Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Stéphane Huet (DELL EMC) : « La parité permet à chacun d’être plus authentique »

Senior Vice President et General Manager Commercial France de l’une des plus grosses entreprises de tech au monde, Stéphane Huet nous parle de la politique ambitieuse de l’entreprise en matière d’égalité hommes-femmes. Rencontre dans les salons de Vivatech.

La diversité est au cœur de la politique de DELL depuis de nombreuses années. Quel a été le catalyseur de cette prise de position ?

Stéphane Huet : La transformation numérique concerne aujourd’hui tous les secteurs d’activité. Mais dans le monde de l’IT, nous faisons et continuons à faire face à un manque de diversité qui est problématique pour répondre à ces nouveaux défis, et nous adresser à des clients très variés. Depuis la création de la société, Michael Dell a ancré la culture de l’innovation de l’entreprise autour du client et non pas de la technologie. Celle-ci doit avant tout permettre le progrès humain. A ce jour, DELL Technologies représente 150 000 collaborateurs dans le monde, et son chiffre d’affaires a bondi de 15% l’an dernier pour atteindre 91 milliards de dollars. Tout cela parce que la société a su rester agile. En 2013, l’entreprise a été retirée de la bourse sous l’impulsion de Michael Dell qui l’a rachetée pour la transformer avant d’effectuer en 2016 la plus grosse fusion jamais réalisée dans la tech avec le rachat d’EMC. Si je raconte tout cela, c’est parce ces succès n’auraient pas été possibles sans la vision de Michael Dell, mais aussi sans cette diversité qui est au cœur de notre politique. Dans notre secteur, un jour vous êtes leader, le lendemain vous vous faites doubler. Il faut donc sans cesse innover, et la disruption ne se produit que lorsque les personnes viennent de background différents. C’est pourquoi, chez DELL, nous œuvrons depuis longtemps pour recruter davantage de femmes et leur permettre d’avancer dans l’entreprise.

Concrètement, comment vous y prenez-vous ?

Stéphane Huet : Tout d’abord, nous voulons faire émerger davantage de managers et leaders féminins en les aidant à établir des plans de carrière. Pour cela, les femmes doivent avoir suffisament confiance en elles pour saisir les opportunités auxquelles elles peuvent prétendre. C’est pourquoi nous accompagnons les initiatives générées par les employés eux-mêmes comme Women in action en mettant à disposition les moyens de l’entreprise et du temps de travail pour permettre aux salariés de se consacrer à leurs actions. Ce groupe aide les femmes à développer leur carrière en les mettant en situation afin qu’elles puissent postuler plus facilement. On sait que les hommes vont se survendre pour un poste alors que les femmes non. L’objectif est donc de leur apprendre à reconnaître leurs points forts.

Le second volet passe par des programmes de sensibilisation de l’ensemble des collaborateurs aux bienfaits de la diversité et de l’inclusion. Par exemple, cela signifie qu’il n’est pas possible d’organiser des réunions à 18H si l’on désire avoir des femmes dans son comité de direction. De manière générale, la culture de DELL est très inclusive, qu’il s’agisse de l’égalité homme-femme, du handicap ou encore des minorités LGBT. Nous avions même un char à la dernière gay pride de Montpellier ! Si seuls des hommes blancs de 45 ans leadent votre société, il est certain que vous allez vous priver d’opportunités pour comprendre ce que les femmes ou les jeunes veulent. C’est aussi pourquoi 25% de nos recrues doivent sortir de l’université.

On dit que les femmes apportent plus de performance au sein de l’entreprise, mais pas forcément pour leurs qualités féminines, juste parce que la diversité génère de la performance. De votre côté, croyez-vous en des qualités plus féminines ?

Stéphane Huet : D’après moi, les femmes ont davantage de sensibilité et d’empathie que les hommes, mais bien sûr, il ne faut pas les limiter à cela. Certains hommes sont aussi très sensibles, et je pense que la présence des femmes dans les postes à responsabilité permet à chacun d’être plus authentique et ainsi de donner le meilleur de lui-même puisqu’il n’y a plus de modèle type à suivre.

Vous êtes l’une des premières entreprises à avoir adopté le Men Advocacing Real Change : en quoi consiste ce programme ? Et pourquoi les hommes sont-ils en première ligne ?

Stéphane Huet : Il est essentiel d’intégrer les hommes à nos programmes pour que les femmes ne se heurtent pas à des réactions négatives de l’environnement masculin. C’est pourquoi je suis contre les quotas. Nous avons lancé ce programme pour sensibiliser les hommes afin de lever les freins conscients ou inconscients à une meilleure inclusion des femmes. Tous nos employés suivent donc un atelier d’une demi-journée afin de leur montrer que finalement, « je suis différent comme toi ». Nous sommes tous uniques et, selon les facteurs, pouvons faire partie de minorités ou majorités.

Le recrutement de femmes dans la tech est problématique, quand bien même on a la volonté d’augmenter les effectifs féminins. Quelles sont les solutions pratiques que vous mettez en œuvre ?

Stéphane Huet : Nous nous efforçons de recevoir en entretien autant d’hommes et de femmes car le recrutement est une étape essentielle dans une entreprise, il ne faut pas se tromper ! Il s’agit de trouver les personnes avec les bonnes compétences et la bonne culture. Quand un poste est ouvert, il est mis sur internet et accessible peu importe l’endroit dans le monde. Aujourd’hui, nous avons environ 37% de femmes dans nos effectifs, une belle progression. Mais le pool de femmes à recruter est faible car celles-ci sont peu nombreuses dans les écoles d’ingénieures. Or, on s’aperçoit que la séparation a lieu dès le lycée.

C’est pour cela que vous avez créé un programme pour les collégiennes afin de leur permettre de rencontrer des rôles modèle chez DELL ?

Stéphane Huet : Oui car si nous n’agissons pas auprès des jeunes filles, nous ne leur donnerons jamais envie de poursuivre une carrière dans la tech. Alors nous leur faisons rencontrer des femmes qui exercent tout type de jobs chez nous, et qui partagent avec passion leur métier. Et les réactions des collégiennes sont extras. Nous les recevons dans nos bureaux de Montpellier (plus de 37 nationalités) qui sont très modernes, ce qui contribue également à désacraliser le monde de l’entreprise.

Vous boostez aussi l’entrepreneuriat féminin dans la tech avec le DWEN : quelles synergies arrivez-vous à trouver par la suite avec ces startups ?

Stéphane Huet : Notre but avant tout est de créer un écosystème autour de l’entrepreneuriat. Pour cela, nous avons deux initiatives internes et une autre capitalistique : DELL tech capital, qui possède son propre fonds d’investissement qui octroie plus de 100 millions de dollars chaque année. En interne, nous avons deux initiatives Dell for Entrepreneur et DWEN. La première vise à mettre en contact nos collaborateurs avec des startups afin de partager leurs compétences et leur expertise. La seconde a été créée il y a 5 ans parce que nous pensons qu’il est essentiel de compter plus de femmes parmi les rangs des entrepreneurs. Pour cela, nous organisons chaque année un événement mondial. Cette année, ce sera à Singapour. Chaque pays amène une délégation d’entrepreneures dont les startups sont plutôt en phase scale up. L’idée est une fois encore que chacune puisse partager son expérience et échanger avec des leaders féminins très élevés dans la hiérarchie de DELL. Nous souhaitons aussi sensibiliser les responsables politiques à l’importance d’avoir plus de femmes entrepreneures. C’est pourquoi nous avons lancé un Index pour classer les pays selon leurs initiatives en la matière afin de mesurer leur taux d’attractivité pour les entrepreneures.

@Paojdo

Comment attirer plus de femmes dans la tech ?

Sinead Bunting (Monster) ou l’art de recruter plus de femmes dans la tech

Laurence Laffont (Microsoft) : les soft skills pour IA plus éthique

Ils nous font confiance