Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Trouver sa vocation en 10 étapes clefs

Quête de sens, recherche d’impact positif sur le monde… Plus que jamais, trouver sa vocation est devenu un enjeu majeur pour nombre de travailleurs. Auteure d’un excellent ouvrage sur la question, la spécialiste en reconversion professionnelle Marjorie Llombart nous livre ses pistes pour y parvenir.

Avons-nous tous besoin de suivre notre vocation ? Voici une vaste question que l’énoncé de l’article pose irrémédiablement. Alors soyons clairs : pour Marjorie Llombart, la réponse est non. Cela ne l’empêche cependant pas d’être persuadée que nous avons tous une vocation. Ainsi, peut-être que certains se contenteront d’un job sans histoires car leur vocation s’exprimera  dans la sphère privée ou extra-professionnelle. Mais si vous lisez ces lignes, c’est certainement que vous êtes parvenu à un moment charnière de votre vie, que vous ayez 25, 40 ou 60 ans. Vous êtes sans doute à la recherche de nouveaux horizons professionnels pour assouvir votre quête de sens. Si tel est le cas, suivez les conseils de Marjorie. Son livre « Dessine-toi une carrière » a été écrit pour vous !

 I) Préparez-vous au voyage

 

  1. Changez de mindset

La coach vous invite tout d’abord à changer d’état d’esprit pour mieux identifier vos talents, préalable nécessaire pour trouver votre vocation comme nous le verrons plus tard. Pour cela, Marjorie s’appuie sur la psychologie positive dont la particularité est d’avoir changé de paradigme en étudiant non pas nos pathologies, mais les ressorts du bonheur. « La psychologie positive n’est pas juste de la pensée positive. Elle nous permet aussi d’accueillir les émotions inconfortables. Mais avec ce nouveau mindset, on parvient à porter notre attention sur nos atouts afin de pouvoir capitaliser dessus », explique Marjorie Llombart. La psychologie positive se pratique au quotidien via des exercices tels que les « trois kifs par jour » de Florence Servan Schreiber, ou encore la lettre de gratitude (voir notre article sur la psychologie positive avec Christophe André).

  1. Connectez-vous à votre intuition

Actuellement, on entend de plus en plus parler de l’intuition (voir notre article). Mais de quoi s’agit-il ? Pour notre experte, « l’intuition, c’est la connaissance immédiate, sans passer par l’intellect ». En effet, notre raison ne capte que quelques centaines d’informations parmi les millions qui sont à sa disposition. S’ouvrir à son intuition, c’est donc élargir son champ de conscience.  En faisant cela, nous parvenons à aligner notre écoute intérieure avec des éléments extérieurs comme nous l’explique aussi la physique quantique (voir notre article). En clair, l’intuition nous permet d’identifier parmi toutes les possibilités qui gravitent autour de nous lesquelles sont justes pour nous. En attirant ces aides extérieures, vous contribuez de ce fait à la réussite de votre projet.

 

II) Retour vers le futur

 

  1. Faites le deuil de votre passé

 

Un licenciement, la fin d’un CDD, une expatriation, un déménagement… Notre vie professionnelle est constituée de grands changements dont certains peuvent être vécus comme de vrais deuils. D’après Marjorie Llombart, la mécanique est alors la même que lorsque l’on perd un être cher. « Selon moi, il est important de boucler des chapitres de sa vie sous peine de transporter un bagage émotionnel trop lourd, tel un boulet que l’on traîne et qui nous empêche d’aller de l’avant », observe l’auteure. Ainsi, n’hésitez pas à prendre un moment off pour trier et vous débarrasser en conscience ce qui appartenait à votre ancien moi, tant d’un point de vue matériel que psychologique.

  1. Replongez-vous dans votre enfance pour découvrir ce qui vous anime

« Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens ». Ce proverbe africain nous livre un précieux enseignement : il faut parfois retracer notre passé pour déconstruire nos habitudes inconscientes. Si vous avez du mal à identifier vos centres d’intérêts -qui vous aideront par la suite à trouver votre vocation – replongez-vous dans votre enfance, à l’époque où vous n’étiez pas encore un adulte formaté. « Qu’aimiez-vous faire spontanément ? Grimper aux arbres ou faire des jeux de construction ? Etre seul ou en groupe ? Prendre le lead ? Tout cela vous donne des informations sur vos centres d’intérêt et vos facilités », note Marjorie Llombart.

III) Vous êtes unique

 

  1. Identifiez vos valeurs

 

Pour trouver votre vocation, il vous faudra faire le point sur vos ressources : vos forces (sagesse, courage, humanité, justice, tempérance, modération, transcendance), centres d’intérêt, besoins professionnels (travailler en extérieur, vivre en province, travailler en contact avec le public…), mais aussi et surtout vos valeurs. Pourquoi ? « Car il est absolument impossible d’agir contre elles car elles sont intimement liées à nos besoins », martèle la coach. Peut-être ont-elles été bafouées jusqu’ici, ce qui vous empêche donc d’être parfaitement aligné. C’est le moment de vous interroger sur ce qui vous tient réellement à cœur.

  1. Mettez à jour vos talents naturels

Parmi vos ressources personnelles, vos talents naturels jouent une place prépondérante. Ce sont eux qui vous rendent uniques, eux qui vous font accéder à votre brillance personnelle. Pourtant, ces talents sont justement si naturels que vous ne vous en rendez souvent plus compte. Il s’agit de tout ce que vous faites avec facilité, sans avoir l’impression de travailler, et souvent en perdant la notion de temps. « Dans notre société, l’étymologie de travail tripalium prend tout son sens, comme s’il n’existait pas de labeur sans douleur. Fort heureusement, la psychologie positive nous permet de sortir de ce schéma », soutient Marjorie Llombart. De la même façon, par la suite, ne vous interdisez pas non plus de gagner de l’argent en faisant ce que vous aimez. « Dans l’équation du succès, l’un ne va pas sans l’autre », renchérit Marjorie.

  1. Listez vos domaines de contribution

Maintenant que vous avez listé vos ressources intérieures, il va vous falloir trouver les domaines dans lesquels vous allez exercer vos talents, afin de les exprimer à l’extérieur. « La question est : à quel besoin dans le monde souhaitez-vous répondre grâce à vos talents ? Désirez-vous lui apporter plus de justice, plus de connaissance, plus de beauté ? », soutient la coach. En bref, trouvez le champ dans lequel vous souhaitez avoir un impact.

  1. N’oubliez pas votre âme

Pour identifier les domaines dans lesquels vous souhaitez œuvrer, vous ne pouvez pas rester déconnecté aux messages que votre âme tente de vous souffler. « Pour moi, dès lors que l’on se pose des questions fondamentales comme notre place dans le monde, émerge nécessairement la question de la spiritualité. Quel est le sens derrière tout cela ? Je pense qu’une partie de nous est reliée à quelque chose qui nous dépasse et nous unit tous », poursuit l’experte. Une forme d’universalité qui nous permet d’œuvrer pour le bien commun et qui s’avère être un précieux guide pour trouver notre vocation.

 

IV) Trouvez votre vocation

 

  1. Talents + besoins du monde = vocation

 Nous y voilà enfin : votre vocation émerge à la croisée de vos talents et de vos domaines de contribution (autrement dit des besoins du monde). Comme le disait Aristote, « Là où vos talents et les besoins du monde se renontrent, là se trouve votre vocation ». « Il peut s’agir uniquement d’une phrase poétique. Pour ma part, j’avais choisi « éclairer le chemin des femmes », illustre Marjorie Llombart. Car avoir une vocation ne signifie pas être cantonné à un seul métier. Bien au contraire ! D’autant plus que nous ne sommes plus voués à mener des carrières linéaires. Ne vous bridez donc pas lorsque vous listerez les projets et métiers qui vous permettront d’assouvir votre vocation. Une fois que cette liste sera établie, immergez-vous dans le secteur afin de voir si la réalité du métier correspond au fantasme que vous vous en faites. Test and learn !

  1. Ne craignez pas l’échec

Arrivé à ce stade, vous vous dites peut-être : « et si je n’étais pas heureux même en suivant ma vocation ? Que me resterait-il ? ». « La peur et les résistances sont tout à fait normales lorsque l’on recherche sa vocation puisque c’est un changement. Cela nous met en plus une certaine pression car on a très envie de réussir », analyse Marjorie. Rassurez-vous, la coach n’a encore jamais croisé  personne n’ayant pas trouvé de satisfaction en poursuivant sa vocation. « Pour moi, si l’on n’est pas épanoui, c’est que l’on n’a peut-être pas encore trouvé le bon format pour l’exprimer », poursuit-elle. Dans tous les cas, si vous ne trouvez pas la bonne formule dès le début, ne considérez jamais cela comme un échec, mais comme la possibilité d’affiner votre chemin vers l’épanouissement.

« Si on veut obtenir quelque chose que l’on n’a jamais eu, il faut tenter quelque chose que l’on n’a jamais fait ». Pericles

@Paojdo

La punk mindfulness, ou l’art de méditer pour se rebeller

Apprenez à prendre vos décisions en pleine conscience

Ils nous font confiance