Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

« Perfection Detox » : 21 exercices pour accepter enfin d’être imparfaite

« Team imparfaite, La charge mentale, c’est non ! » est le titre d’un best-seller américain écrit par Petra Kolber, ancienne coach de fitness, speaker de renom, et qui a survécu à deux cancers. A travers un programme en 21 étapes, elle invite chacune à se réconcilier avec ses imperfections pour embrasser une vie plus créative.

  1. Remarquez le bruit. Concrètement, l’auteure vous invite à identifier vos 3 principales pensées négatives. Pour ce faire, prenez un carnet et notez pendant 24H les pensées qui vous reviennent le plus souvent à l’esprit. Car certaines pensées négatives sont nichées dans votre inconscient, et vous ne vous en rendez même pas compte ! Essayez ensuite d’identifier les trois pensées qui vous mettent le plus mal à l’aise. Une fois votre top 3 couché sur le papier, ne le jugez pas. Par la suite, à chaque fois que l’une de ces pensées négatives vient vous tourmenter, respirez. Sachez aussi qu’être capable de les mettre à jour est un premier pas vers votre « perfection detox ».

 

  1. Affamez vos démons du doute. Débusquez les moments de la journée les plus propices à la rumination. Est-ce au sport, devant le miroir, ou en présence de certains collègues avec lesquels vous ne pouvez pas vous empêcher de vous comparer ? Essayez alors de contourner ces mauvais stimulus, et s’il n’est pas possible de les éviter, adoptez un minimantra, comme « sois ici, maintenant », « je suis bien comme ça » ou encore « je refuse de me faire du mal ».

 

  1. Enlevez le poids qui pèse sur vos épaules. Pour cela, réfléchissez aux relations que vous entretenez, et pourquoi vous vous sentez sans cesse redevable. Vous a-t-on réellement demandé quelque chose ? De plus, analysez les exigences que les autres ont envers vous. Vous aident-elles réellement ? Sont-elles en phase avec vous ?

 

  1. Déchiffrez vos peurs. La peur se manifeste physiquement en contractant votre intestin, en vous faisant rougir ou encore en accélérant vos battements cardiaques. Si cela vous arrive, mettez-vous en mouvement et concentrez-vous sur votre respiration. Ensuite, tentez de débusquer l’élément déclencheur de votre peur. Puis, ajustez votre petite voix intérieure et reformatez vos attentes : par exemple, plutôt que de vouloir délivrer le speech parfait, dites-vous plutôt que vous allez offrir la meilleure expérience possible à votre public.

 

  1. A qui est cette voix dans votre tête ? Réfléchissez aux personnes qui vous ont influencée entre 6 et 16 ans : lesquelles vous ont empli de joie, lesquelles vous ont rendu malheureuses ? Car au final, à qui appartiennent les voix négatives qui tournent en boucle dans votre tête ? Réfléchissez aux nouvelles réponses que vous pouvez formuler à l’égard de certaines croyances négatives. Et puis, pardonnez. De nombreuses personnes n’ont pas conscience de la portée de leurs actes ou paroles, et font au mieux avec les outils dont elles disposent. Faire la paix avec votre passé vous permettra de vivre plus sereinement le présent.

 

  1. Exploitez vos imperfections au lieu de lutter contre elles. Listez vos trois principales imperfections. Cela vous permettra d’être moins angoissée car vous aurez clairement identifié ce qui vous stresse. Bien souvent, vous vous rendrez compte que ces imperfections sont parfaitement inoffensives, et sont même des caractéristiques naturelles propres aux humains. Puis, prenez votre principale imperfection et imaginez que c’est votre meilleur(e) ami(e) qui se bat contre elle. Ecrivez-lui une lettre pour décrire ce que vous percevez de votre point de vue, avec les lunettes de la compassion. Une fois terminée, relisez-la : ne voyez-vous pas se dessiner la belle personne que vous êtes ?

 

  1. Libérez-vous de la honte. Tâchez d’identifier quels aspects de votre perfectionnisme font souvent naître de la honte et de l’embarras chez vous. Choisissez-en un, et écrivez-le sur papier. Cherchez une manière artistique de vous en débarrasser, qu’il s’agisse de la danse, du dessin ou d’un simple collage. Peu importe que l‘objet soit beau ! Puis parlez de cette honte à un proche : c’est un grand pas vers la guérison. De plus, en faisant cela, attendez-vous à ce que cette personne vous raconte à son tour son histoire. En vous confiant, vous générez de la confiance.

 

  1. Considérez chaque faux-pas comme une occasion d’explorer, d’apprendre et de vous investir. Si par exemple, une personne fait référence à quelque chose que vous ne connaissez pas, n’ayez pas honte de le dire. Cela vous offrira une occasion supplémentaire d’apprendre. Puis, une fois par semaine, osez sortir de votre zone de confort en attaquant une tâche au travail que vous ne maîtrisez pas, ou une nouvelle activité. Puis écrivez ce que vous ressentez. Si vous avez envie de stopper cette activité, essayez de comprendre pourquoi, puis recommencez jusqu’à trouver une activité qui vous convienne.

 

  1. Changez de vocabulaire : remplacez « oui, mais… » par « oui et… ». Listez tout d’abord les choses auxquelles vous pouvez dire oui cette semaine, comme de nouvelles expériences. Listez à présent les choses auxquelles vous pouvez dire non aujourd’hui pour vous sentir plus légère. Listez ensuite ce à quoi vous pouvez dire mais aujourd’hui, puis supprimez ce mot de votre vocabulaire : ne renoncez pas à sortir de votre zone de confort à cause de la peur. Enfin, remplacez-le mais par le et. Que se passerait-il si vous le faisiez ? Quelles nouvelles opportunités s’offriraient à vous ?

 

  1. Décrochez un peu des réseaux sociaux. Par exemple, essayez de les snober un jour sur deux. Ou, lorsque vous êtes à un feu rouge, cessez de jeter un coup d’œil à votre téléphone pour observer les passants. Vous ferez ainsi de la place à votre cerveau et à la vraie vie, et vous rendrez compte qu’elle est plus intéressante que votre mur Facebook. Enfin, désabonnez-vous sans hésiter de tous les comptes qui vous démoralisent au quotidien.

>>RETROUVEZ TOUS NOS ATELIERS DÉVELOPPEMENT PERSONNEL SUR LE BUSINESS O FÉMININ CLUB, ÉVÉNEMENT UNIQUE À PARIS 6 JUSQU’AU 18 OCTOBRE >>>RESA ICI

  1. Racontez par écrit le moment dont vous êtes la plus fière. Pensez à un moment difficile de votre vie, et à la manière dont vous avez dû puiser dans vos forces de caractère pour vous en sortir. Puis, mettez la liste de vos 5 grandes forces dans un endroit facile d’accès afin de pouvoir les lire dès que votre petite voix intérieure viendra vous critiquer.

 

  1. Osez ! Chaque jour, faites une mini-action qui vous rapproche de vos rêves. Au bout d’un mois, faites le bilan pour savoir si cet objectif est toujours en phase avec votre vie. Même si votre objectif final change, vous apprendrez des choses très utiles et n’aurez pas besoin de recommencer à zéro.

 

  1. Réessayez. Notez dans votre journal un événement qui ne s’est pas passé comme vous l’espériez. Puis écrivez ce que vous feriez de différent aujourd’hui. De cette façon, si l’occasion se représente, et si vous vous en sentez prête, vous pourrez recommencer.

 

  1. Apprenez à voir le bon côté des choses. Tout d’abord, mettez des photos des gens que vous aimez un peu partout dans votre bureau et votre espace de vie. Ensuite, écoutez une musique entraînante : c’est l’un des plus puissants leviers pour booster sa positivité. Enfin, notez chaque jour trois événements de la journée que vous attendez avec impatience.

 

  1. Complimentez au lieu de critiquer. Lorsque vous sentez que votre gorge se noue quand une personne n’a pas été à la hauteur de vos espérances, souvenez-vous de cette phrase d’Anne Lamott : « Les exigences sont du ressentiment en phase de construction ». Quand vous jugez négativement les gens, remplacez ces pensées par un avis positif sur eux en cherchant deux choses que vous aimez chez ces personnes. Enfin, avant de faire une remarque à une personne, assurez-vous que celle-ci passe ces quatre portes : est-ce vrai ? Est-ce nécessaire ? Est-ce gentil ? Est-ce le bon moment ? Si tel est le cas, c’est que vous demandez les choses avec compassion.

 

  1. Arrêtez d’être une perfectionniste. Devenez une passionniste ! Pour cela, repensez à l’un de vos rêves, et posez-vous ces 7 questions : qu’aimez-vous le plus en lui ? Quand avez-vous réussi un projet similaire ? Quelles forces pouvez-vous utiliser pour aller dans cette direction (voir 11) ? De quelles ressources avez-vous besoin pour vous aider à avancer ? Qui peut vous aider ? Qu’est-ce qui, dans votre vie, peut vous aider ? Qu’est-ce qui vous retient, vous empêche de prendre les mesures nécessaires pour y arriver ? Puis, demandez-vous : « Si c’était ma dernière semaine sur Terre, aurais-je plus peur d’échouer que d’être déçue par le fait de ne pas avoir essayé ? »

 

  1. Changez votre relation au sport. Si par exemple, vous faites 10 km de running chaque matin, essayez de n’en faire plus que 5 pour consacrer l’autre moitié à du stretching. Aussi, prenez au minimum un jour de repos par semaine. Entrainez-vous avec une personne proche que vous n’avez pas vue depuis longtemps : faites un sport qu’elle aime une semaine, un que vous aimez l’autre semaine, et un que vous ne connaissez pas la semaine suivante. Et si vous n’avez jamais fait de sport, commencez déjà par vous lever ne serait-ce que 5 minutes toutes les heures.

 

  1. Devenez curieuse. Et si au travail, vous envisagiez les choses autrement ? Quels changements noteriez-vous si vous travailliez sans juger les autres, sans avoir d’attentes précises, et en restant ouverte à toutes les opportunités ? Et puis, au quotidien, achetez un livre sur un sujet sur lequel vous n’avez aucune opinion, regardez des TED inspirants ou encore adoptez des podcasts sur votre trajet au travail.

 

  1. Entrez dans le flow et émerveillez-vous. Le flow est cette zone de tranquillité durant laquelle votre cerveau est totalement absorbé par une activité, à tel point que rien ni personne ne peut vous déranger. Cela peut se produire au travail, dans l’activité physique, dans un loisir ou même la cuisine. Problème : les perfectionnistes, dont le cerveau est toujours en état d’alarme, ont du mal à le ressentir. Alors, tentez de mettre un peu plus de flow dans votre vie en changeant de salle de sport, en vous occupant de votre animal de compagnie ou encore en dessinant. Apprenez à identifier ces moments de flow et tentez d’augmenter leur dose chaque semaine.

 

  1. Faites la paix avec votre miroir. Pour cela, essayez de vous regarder dans la glace seulement avant de partir au boulot. Si c’est la peur de vieillir qui vous assaille, pensez à un modèle qui vous inspire et à qui vous voulez ressembler plus tard. Enfin, plutôt que de penser à « votre petit moi », choisissez une cause dans laquelle vous investir.

 

  1. Libérez-vous de votre passé et bâtissez-vous un avenir magnifique. Demandez-vous pardon une fois par semaine. Et fixez un jour durant lequel vous vous interdisez de culpabiliser. Si vous vous surprenez à penser du mal de vous-même, donnez 5€ à votre asso préférée. Et quand cela se produit, répétez-vous ce mantra très connu : « J’espère être en sécurité. J’espère être en paix. J’espère être gentille avec moi-même. J’espère m’accepter telle que je suis ». Enfin, fermez les yeux et félicitez-vous pour tout le chemin accompli. Vous avez décidé de vivre autrement : ne sous-estimez jamais le travail qu’il vous a fallu pour en arriver jusque là.

Le petit mot de la fin de Petra Kolber : « n’oubliez jamais que le monde préfère mille fois entendre votre voix imparfaite qu’un silence parfait ».

>Et vous, quel est votre point G-énial ?

>Apollonia Poilâne : “Nourrir son levain pour durer”

Ils nous font confiance