Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Dilemme chez les indépendants : entre amour de la liberté et quête de soutien

03.05.2019

La Fondation Travailler Autrement a mené une seconde fois son étude auprès des travailleurs indépendants pour en savoir plus sur leur façon de percevoir leur activité dans un monde du travail en pleine mutation. Salariés portés, auto-entrepreneurs et entrepreneurs, où en sont-ils deux ans après la première étude ?

La liberté, première fierté des indépendants

Cela ne fait pas l’ombre d’un doute chez les indépendants : les atouts les plus forts de leur statut sont sans conteste l’autonomie et la liberté. C’est en tous cas ce que 89% des interrogés ont déclaré, ajoutant que c’est cette même liberté qui leur permettait de se réaliser pleinement tout en laissant derrière eux les contraintes liées au salariat et au monde de l’entreprise. Ces derniers citent également comme avantage au fait d’être indépendant la souplesse financière et la simplicité des process. De quoi d’ailleurs les convaincre à 89% de continuer sous ce statut au moins pour les cinq années à venir.

Le portage salarial, le parfait compromis pour les anciens salariés

Le portage salarial a sérieusement le vent en poupe auprès des indépendants, notamment auprès des femmes qui sont aujourd’hui 49% à avoir opté pour cette nouvelle forme de travail contre 38% en 2016. Les profils, de plus en plus diplômés sont aussi très largement d’anciens salariés classiques ayant choisi le portage salarial pour activité principale. Très satisfaits par ce mode de travail triangulaire (à 91%), ces indépendants d’un nouveau genre apprécient également la liberté et l’autonomie qu’ils en retirent et s’avouent optimistes quant à leur avenir professionnel (84%).

Les auto-entrepreneurs : un profil toujours majoritairement féminin

Cette année encore, les auto-entrepreneurs sont en majorité des femmes (63%) et sont moins diplômés que les autres profils d’indépendants (42% diplômés du Bac ou inférieur contre 38% en 2016). Leur activité, principale pour 81% d’entre eux, ils la pratiquent majoritairement depuis leur domicile (87%) et semblent se concentrer plus sur le B2B qu’en 2016.

Côté entrepreneurs, les profils restent mixtes et très diplômés et privilégient également le B2B et le secteur de la santé. Comme les auto-entrepreneurs, ces derniers sont dans l’ensemble toujours satisfaits de leur activité (81%).

Des indépendants en demande d’accompagnement et de protection sociale

Si globalement les indépendants, salariés portés et auto-entrepreneurs, sont 79% à vouloir poursuivre leur activité dans les cinq prochaines années, 20% se disent prêts à arrêter. En cause, les difficultés rencontrées qui semblent s’être accrues depuis deux ans. La conquête de clients s’impose en problème premier (69% contre 61% en 2016) suivie par la variation des revenus (66% contre 58%) et la solitude du travail (49% conte 34%). Face à ces angoisses, les indépendants affichent de plus fortes attentes en termes d’offre personnelle pour leur protection sociale et avouent être en attente d’un accompagnement sur la façon d’établir un réseau de contacts et sur les moyens de mieux s’adapter à une activité fluctuante (à l’aide de formations notamment).

> Travail à temps partagé : le nouveau dada des entreprises et des salariés

> Freelances, apprenez à travailler votre personnal branding

 

Ils nous font confiance