Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Play’n’Code : le jeu à mettre entre les mains de tous les enfants !

Play’n’Code : le jeu à mettre entre les mains de tous les enfants !

Le code est souvent perçu comme une discipline réservée aux « nerds », et notamment à nos comparses masculins. C’est pour lutter contre ces stéréotypes que Christelle Plissonneau, Sarah Schneider et leur associé Adrien Emery, ont co-fondé Early Birds Studio, une start-up dans laquelle ils développent Play’n’Code, un jeu vidéo sur mac ou PC dédié aux 8-12 ans dans le but de leur apprendre les bases de la programmation.

En France, 191 000 postes seront à pourvoir d’ici 2022 dans les métiers IT, selon un rapport de France Stratégie. Et pourtant, les entreprises peinent encore à recruter, notamment parmi la gent féminine, très largement sous-représentée dans la tech. Fraîchement sorties de l’école EPITECH, qui voit naître chaque année dans ses rangs plus de 17% d’entrepreneurs, Christelle Plissonneau et Sarah Schneider sont justement la preuve tangible que ces métiers sont loin d’être réservés aux hommes. « Avec Play’n’Code, nous voulons démystifier la complexité de la programmation, et transmettre des connaissances aux plus jeunes. Nous nous adressons tant aux filles qu’aux garçons. Le fait d’être dans une équipe mixte est essentiel car notre projet est avant tout très humain et nous avons besoin de regards complémentaires », soutient Christelle.

Une start-up qui monte

Né dans le cadre d’un projet étudiant, Play’n’Code trace sa route avec succès, au gré des salons, concours et surtout des rencontres, comme celle avec Florence Caghassi, start-up manager chez TF1, qui leur a donné un vrai coup de pouce. Après avoir été sélectionnés, les trois associés ont pu bénéficier des conseils avisés de professionnels du marketing, du SEO ou encore du design graphique. Ils ont aussi remporté 6 mois d’incubation au sein de la Creative Valley qui les accueille actuellement. Pour l’heure en démo gratuite sur internet, leur jeu sera commercialisé en mars prochain, au prix de 42€ TTC (un petit clin d’œil à Xavier Niel). Outre ce projet spécifique, leur société, Early Birds Studio, se destine globalement à l’EdTech.

Pour l’heure, il existe encore peu de jeux vidéos dédiés à l’apprentissage du code. Le plus connu d’entre eux, Scratch, a une approche légèrement différente, qui consiste davantage en l’assemblage de briques de code. Apple a aussi lancé son propre jeu, Swift Playgrounds, mais qui se limite au propre langage de la marque, et ne se joue que sur Ipad. « Pour le moment, nous sommes assez peu dans le milieu et il y a une certaine bienveillance entre nous. Les ateliers proposés par Magic Makers ou encore Tech Kids Academy peuvent nous utiliser en tant qu’outils », explique Christelle.

Un jeu très pédagogique

De son côté, Play’n’Code propose de commencer au tout début, en apprenant déjà à se servir des touches, du clavier et de la souris. Les enfants découvrent ensuite ce qu’est la programmation, et à quoi elle sert. Pour cela, ils sont assistés d’un petit personnage, et la présence d’un adulte n’est donc pas requise. « Ce n’est pas tellement un langage qu’on leur apprend, mais plutôt une logique », affirme Sarah. Le langage utilise le français et a été créé spécifiquement pour le jeu. « Il se rapproche de ce que l’on trouve sur le marché. Il suffit ensuite simplement de traduire en anglais pour pouvoir l’utiliser dans le but de créer des petits logiciels ou applis mobiles », renchérit Christelle. Les enfants vont apprendre les variables, boucles (pour automatiser des actions), ils vont remplir des blocs à trou en trouvant des mots clefs pour être capables à la fin d’écrire eux-mêmes le script pour parvenir à aider leur personnage à retourner sur sa planète. Le jeu se joue sur ordinateur, ce qui a un intérêt pédagogique puisque dans le monde professionnel, c’est cet outil qui sera central et non les tablettes.

Play’n’Code propose aussi une application permettant un suivi des parents qui peuvent suivre les notions apprises et programmer des temps de jeu. « C’est vrai qu’on observe pendant nos tests que les enfants ne veulent pas décrocher au bout des 30 minutes de démo, même s’ils sont assez fatigués car il y a des choses à apprendre. Les parents peuvent donc décider de sessions quotidiennes de 20 minutes, et c’est alors un petit personnage qui leur conseillera de passer à une autre activité », explique Sarah.

Du code à l’école ?

Quand on leur explique que la programmation permet de créer des robots ou des drones, les enfants, tant filles que garçons, s’illuminent. Grâce au jeu, la barrière de la complexité s’estompe. Dès lors, faut-il systématiquement mettre nos enfants le plus tôt possible au code ? A l’école, des cours de programmation commencent à être proposés, mais les deux associées craignent la fausse bonne idée. « Des professeurs de maths nous ont expliquées qu’on leur demandait de s’initier seuls alors qu’ils sont étrangers à cet univers. Ils ne savent pas non plus ce qu’ils doivent apprendre à leurs élèves, à quel niveau ils doivent s’arrêter, ce qui peut donc créer encore plus d’inégalités chez les enfants, notamment car certaines écoles ont peu de matériel informatique, et que certains enfants n’en ont pas non plus à la maison », regrette Sarah. Alors du code oui, mais à condition d’avoir de vrais professeurs pouvant transmettre avec pédagogie, sinon « cela peut aussi créer un rejet catégorique de la matière », ajoute Christelle. Ludique et accessible à tous, le code doit définitivement s’émanciper des stéréotypes. En tant que parents, vous avez une carte à jouer !

Cliquez >ici pour découvrir la démo gratuite

@Paodjo

Ils nous font confiance