Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Jasmine Anteunis : « L’Intelligence Artificielle, ce n’est pas Terminator »

Jasmine Anteunis : « L’Intelligence Artificielle, ce n’est pas Terminator »

Co-fondatrice de RecastAI, Jasmine Anteunis a récemment été distinguée avec son équipe lors du salon Vivatech. Sélectionnée par Publicis parmi les 90 meilleures startups qui avaient candidaté dans le monde entier, la jeune entreprise a finalement remporté la seconde dotation lors de cet événement unique. L’occasion de revenir sur un parcours atypique et inspirant !

La France dans les starting-blocks

Lancée en septembre 2015, la jeune startup RecastAI a connu un destin hors du commun ces derniers mois. Une première levée de fonds d’un million fin juin, puis cette belle distinction lors de l’événement Publicis90 qui débouchera bientôt sur un financement mais aussi un programme de mentoring attendu avec impatience. « Le salon était dingue. C’était un mix parfait entre les startups et les grands groupes qui nous a permis d’élargir nos perspectives et nos partenariats. J’espère vraiment que l’événement sera reconduit l’année prochaine », lance Jasmine qui est revenue pleine d’enthousiasme de ce nouveau rendez-vous.

Vivatech a effectivement permis de réunir les grands acteurs de l’économie mais aussi les pépites qui germent en France et à l’étranger. L’occasion de sentir une véritable émulation monter dans la tech française, et une « belle énergie ». Dans le milieu de l’Intelligence Artificielle, les choses bougent et un vrai réseau de startups commence à se tisser. « On se croise tout le temps, on assiste aux mêmes conférences… il se passe un truc ! », confie la jeune femme.

L'équipe de RecastAI à Vivatech

L’équipe de RecastAI à Vivatech

Les machines vouées à s’adapter à l’humain

Quand on parle d’Intelligence Artificielle, on imagine souvent des personnages à la « Terminator ou Iron Man », s’amuse Jasmine Anteunis. La réalité est un peu moins fantasque ! « Aujourd’hui, l’Intelligence Artificielle se porte sur des mini-secteurs. Nous, nous travaillons sur la compréhension du langage, mais ce n’est qu’un secteur parmi tant d’autres. Il y a aussi la réalité virtuelle, la réalité augmentée, la reconnaissance d’images etc. Ce que les gens vont voir arriver dans leur quotidien, ce sont des petits programmes automatisés dans des domaines très précis », poursuit-elle.

RecastAI développe effectivement une technologie permettant que les machines puissent comprendre un humain lorsque ce dernier est en train de parler. « L’objectif de l’Intelligence Artificielle est que petit à petit nous arrêtions de nous adapter à la machine, et que ce soit elle qui s’adapte à nous », résume Jasmine Anteunis. La technologie développée par la startup permet notamment de créer des bots conversationnels que l’on peut retrouver sur les réseaux de messagerie type Skype ou autre. Les bots sont des programmes informatiques capables d’automatiser des tâches très précises. Par exemple, ils peuvent permettre de réserver une salle de réunion ou de gérer un agenda. Ils pourraient aussi s’avérer très utiles dans le domaine des objets connectés. Imaginez : vous ouvrez votre frigo et grâce à l’analyse de ce qui se trouve dedans, vous recevez des propositions de recettes.

La plateforme de RecastAI est en open-source afin de mettre à disposition des développeurs la technologie. « L’idée est qu’elle soit facile d’utilisation afin que ces derniers puissent créer une app simplement », explique la co-fondatrice. En permettant aux utilisateurs de la plateforme de parler à une machine comme à n’importe qui, l’équipe de RecastAI entend même ouvrir des perspectives à des personnes qui ne sont pas à la base des développeurs.

L'équipe de RecastAI ne cesse de grandir !

L’équipe de RecastAI ne cesse de grandir !

Des Beaux-Arts à l’école 42

A l’image de sa startup, Jasmine Anteunis incarne elle-aussi l’ouverture des possibles. Alors qu’elle était étudiante aux Beaux-Arts d’Aix-en-Provence, la jeune étudiante entend parler de la fameuse école 42 fondée par Xavier Niel. A la base pas geek pour un sou, elle est attirée par la pédagogie de cet établissement hors-norme. Pas de profs, pas de cours, mais une série de projets à réaliser seul ou en groupe, notés par les autres élèves. Le temple de la débrouillardise. Jasmine tente sa chance et intègre le cursus aux côtés de gens venant d’univers très variés. « Je n’avais jamais codé avant. C’était une expérience humaine incroyable. Je ne pouvais pas passer à côté de ça. C’est là-bas que j’ai rencontré Julien et Paul et que nous avons décidé de monter quelque chose ensemble. Nous ne connaissions rien à l’Intelligence Artificielle, mais l’objectif de 42 est de nous donner le goût d’innover, d’oser et d’entreprendre », résume-t-elle.

Au fondement de la société, Jasmine s’occupait du développement de la plateforme, de son design et de l’expérience utilisateur. Depuis, elle code un peu moins et gère une équipe de 7 développeurs. L’équipe s’est notamment enrichie de deux profils commerciaux à l’image de Patrick Joubert, CEO de la boîte, qui apporte toute son expérience dans la stratégie du management. « Nous en avions vraiment besoin, nous étions plutôt naïfs et mal armés dans ce domaine », souligne-t-elle. « Nous sommes 12 aujourd’hui, alors que nous étions 10 la semaine dernière », lance la jeune femme. Une équipe qui ne cesse de s’étoffer et promet de belles choses dans les années à venir. A suivre !

@Paojdo

Ils nous font confiance