Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Graines d’Entrepreneurs transforme votre enfant en baby startupper

« Parce qu’ils rêvent sans contraintes, les enfants créent des innovations de rupture ». Voilà trois ans que Laurence Halifi a créé en Suisse Graines d’Entrepreneurs, aujourd’hui présent en France. Ce programme hébergé dans les écoles propose aux 10-18 ans d’apprendre à créer leur start-up, de l’idée jusqu’au pitch. Nous avons profité de l’organisation d’un événement lors du salon des Entrepreneurs à Lyon pour en savoir plus.

Comment est né le programme Graines d’Entrepreneurs ?

Laurence Halifi : Je l’ai conçu en pensant à ma fille, afin de la préparer aux compétences et métiers de demain qui ne sont pas ce que l’on nous enseigne aujourd’hui. Nous devons nous adapter et apprendre à oser pour mener à bien un projet. Désormais, les entreprises ne recherchent plus des exécutants spécialisés.

Quel est l’ADN du projet ?

Laurence Halifi : Nous avons voulu faire un programme européen avec des valeurs européennes. Les programmes d’entrepreneuriat anglosaxons sont davantage basés sur le modèle économique, alors que notre force à nous, c’est l’innovation. Avec Graines d’Entrepreneurs, nous voulons que les enfants se lâchent, innovent, brainstorment. Ce n’est qu’une fois leur idée validée qu’ils vont s’intéresser à la manière dont ils pourront réaliser leur projet : avec quelle technologie, ou même en imaginant une technologie qui n’existe pas encore. Pour cela, nous utilisons les mêmes outils que ceux des startuppers et entreprises du monde entier : le Value Proposition canvas, ou encore le Business Model canvas. Ces outils simples peuvent être appris par des enfants de 10-12 ans. Cela permettra de structurer dès le départ leur pensée entrepreneuriale, un avantage clef lorsqu’ils se lanceront seuls ou en tant qu’intrapreneurs.

Pourquoi pensez-vous qu’il est nécessaire d’agir à la préadolescence ?

Laurence Halifi : Avant 15 ans, on peut avoir un vrai impact sur l’état d’esprit de l’enfant car il n’est pas encore construit. Le but est de lui transmettre l’esprit d’entreprendre. Cela est encore plus vrai chez les jeunes filles ! L’entrepreneuriat est clef pour les inciter à prendre des postes à responsabilité du type chef d’entreprise, créateur d’entreprise ou cadre. Une Directive du Parlement européen de 2016 préconise ainsi d’inculquer l’esprit d’entreprendre le plus tôt possible à l’école pour les jeunes filles.

Effectivement, les femmes sont beaucoup moins présentes dans les incubateurs puis les rangs des créateurs d’entreprise…

Laurence Halifi : Oui, c’est pour cela qu’il faut changer de mindset. Pour que les filles prennent confiance en elles, il faut agir le plus tôt possible. Qu’elles sachent qu’elles ont quelque chose à apporter à la société, qu’elles ont le droit d’être écoutées pour leurs idées, qu’elles peuvent créer, et que les postes à responsabilités sont une option pour elles. On ne leur avait jamais expliqué cela avant.

Concrètement, que proposez-vous comme accompagnement avec Graines d’Entrepreneurs ?

Laurence Halifi : Nous axons notre programme sur la capacité des enfants à trouver des réponses innovantes à un problème identifié. Ils doivent ensuite valider leurs idées auprès de vraies personnes, comme ici au salon des entrepreneurs, ou encore via un sondage en ligne. Cette étape est essentielle et pourtant, de nombreuses startups échouent car elles n’ont pas vérifié que leur idée ou leur technologie étaient attendues sur le marché. Ensuite, les enfants passent à la question du comment : recherche de partenaires, marketing, choix des canaux de distributions, budget etc. Puis ils doivent défendre leur projet en public. Sur le salon, le programme est fait en mode accéléré, mais vous seriez étonnée de découvrir ce que les enfants inventent en 3H30. Des adultes n’y arriveraient pas forcément en si peu de temps.

A cet âge là, il est plus facile d’appliquer la citation de Walt Disney : « pour réaliser une chose vraiment extraordinaire, commencez par la rêver » ?

Laurence Halifi : Oui, les petits sont comme des poissons dans l’eau car ils rêvent. Ils n’ont pas en tête toutes les contraintes de faisabilité, du coup, cela mène à des innovations de rupture. Je désire vraiment laisser les enfants rêver, mais je veux aussi leur expliquer comment réaliser leur rêve plus tard.

Que deviennent ces enfants qui ont suivi le programme Graines d’Entrepreneurs ?

Laurence Halifi : Nous les suivons tous. Cela fait plus de trois ans que nous avons lancé le programme. Pour nous, les enfants sont les entrepreneurs créateurs d’avenir de demain. Ce sont eux qui feront en sorte que l’Intelligence Artificielle soit éthique. Tous les enfants passés par nos ateliers ont été transformés. Désormais, ils ont compris le sens pratique de leurs apprentissages, et les professeurs se transforment en coachs. C’est vraiment un programme complémentaire à l’école. C’est pour cela que les ateliers y sont hébergés, et sont ouverts à tous les enfants du quartier. Cela augmente leur participation en classe et leur confiance en eux. Et puis cela les aide dans leur orientation professionnelle, mais aussi dans leur vie personnelle.

@Paojdo

>Laure Behar, cofondatrice de SuperAidants et lauréate du Young Business O Féminin Award

>Jeunes actives : qu’est-ce qui les fait courir ?

>Whoomies, le Tinder des coloc’

Ils nous font confiance