Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Comment gérer une double vie amoureuse entre le travail et la maison ?

21.01.2019

Non, cela n’arrive pas que dans les films. Mener une double vie entre maison et travail est bel et bien le quotidien amoureux de nombreuses femmes. Entre équilibre sentimental, aventure passionnée pour certains ou déraisonnée pour d’autres, qu’est-ce que mener une double-vie implique pour soi et les autres ? Patricia Delahaie, psychosociologue, coach de vie et auteure du livre « Comment faire la bonne rencontre » nous aide à y voir plus clair.

Le lieu de travail, berceau de rencontres

30% des relations amoureuses naissent au bureau, pas étonnant donc que le lieu de travail soit également le berceau de relations moins officielles. Ce fut le cas pour Hélène, 38 ans qui a rencontré Julian, un collègue devenu au bout de quelques mois son amant et ce pendant plus de deux ans : « J’ai épousé mon mari quand j’avais 25 ans, par amour mais aussi un peu par confort. Il avait une bonne situation et j’admirais cette façon qu’il avait de tout gérer, mieux que moi, et je me sentais rassurée, équilibrée. Je n’avais pas vraiment l’impression qu’il nous manquait quelque chose, jusqu’à ce que je rencontre Julian, l’un des stylistes Menswear de la marque pour laquelle je venais de commencer à travailler. Il était créatif, drôle, un peu fou mais ultra-sensible. J’avais trouvé mon double. ».

Pour notre experte Patricia Delahaie, craquer pour un collègue est « d’une banalité extraordinaire » et il est important de dédramatiser un petit coup de cœur : « Que celles qui se sentent séduites par un collègue et se surprennent à penser à lui le soir en rentrant du boulot se rassurent, c’est un phénomène très banal, il est même plutôt rare que ça n’arrive pas ! ». Les horaires décalés, les préoccupations communes, le temps passé ensemble crée naturellement des liens forts qui ne ressemblent en rien à ce que l’on vit à la maison. Plus encore, un homme qui vous connait dans votre job aura une vision toute autre de vous que votre conjoint : « Un collègue sera attiré par votre intelligence, vous trouvera sexy, vous aurez même la sensation qu’il vous révèle à vous-même, ce qui n’est peut-être pas le cas à la maison » explique Patricia.

Bien sûr, de là à franchir le pas et entamer une véritable relation extra-conjugale, il existe un fossé. Un fossé qui se laisse cependant franchir plus aisément grâce aux déplacements et aux pauses déjeuner, véritables zones étanches du quotidien.

« Quitter mon mari n’était pas une option, j’avais trouvé un équilibre entre ces deux hommes »

Pour beaucoup de femmes engagées dans une double vie, la raison de ce choix est liée à la volonté de ne pas tout faire voler en éclat, surtout lorsque des enfants font partie de l’équation. Selon Patricia Delahaie, la double vie peut être liée à une notion d’équilibre : « Certaines femmes ne veulent pas rompre l’équilibre existant au sein de leur famille, si la vie commune est supportable alors elles préfèrent ne pas briser tout ça. D’autant que l’on peut très bien être amoureuse de quelqu’un avec qui on ne peut pas vivre, un excellent amant peut parfois être un mauvais mari. ». Ce besoin d’harmonie dans le quotidien, Hélène l’a embrassé à 100% : « Quitter mon mari n’était pas une option, j’avais trouvé un équilibre entre ces deux hommes. Nous n’avions pas d’enfant à protéger, mais j’aimais notre couple, mon mari. Seulement, pas assez pour me priver de tout ce que m’apportait Julian ».

Pour qualifier cette balance subtile des sentiments, Patricia Delahaie parle de « l’art de cloisonner », il faut « être suffisamment amoureuse de son amant pour se plaire et faire l’amour, mais pas au point d’être incapable de tourner la page une fois à la maison ».

Avant de vous lancer, sachez à qui vous avez affaire

Pour notre experte, la bonne question à se poser avant de s’engager dans une relation extra-conjugale au bureau est de savoir si oui ou non vous pourriez être amie avec cette personne. Est-ce que, si la relation prend l’eau, elle pourra s’arrêter sans pertes et fracas ? Vos relations au travail pourront-elles rester courtoises ou en seront-elles affectées ?

Bien connaitre votre coup de cœur est essentiel. Se lancer dans une double vie n’est pas un choix que l’on fait à légère et en plus d’une relation c’est un secret que vous devrez partager. Dans la liste des profils à fuir ou tout du moins à envisager avec précaution : les patrons et les dragueurs en série. Pour Patricia Delahaie, le pouvoir peut être naturellement attractif, mais il faut à tout prix se méfier du patron qui a l’habitude de séduire. De manière plus générale assurez-vous de ne pas tomber dans le piège du séducteur de course, celui qui distille son charme à tout va et qui flirte plus par défi que par coup de cœur.

Avant de franchir le pas il est essentiel de chercher à comprendre si cette attirance est liée à la personne elle-même ou à la situation excitante. Pour démêler le vrai du faux, la clé selon Patricia Delahaie est de bien se connaitre soi-même…

Faites un point sur qui vous êtes

Avis aux cœurs d’artichaut accros aux histoires enflammées qui finissent en feu de paille, avant de vous lancer tête baissée dans l’adultère, prenez le temps de bien analyser la situation. Cet homme vaut-il la peine de tromper votre conjoint ? Cette histoire qui pourrait faire tout capoter a-t-elle un avenir ? Prenez garde à ne pas céder trop vite aux sirènes assourdissantes de la passion et pesez bien le pour et le contre en acceptant que l’avenir de toute relation est incertain ; « Toute aventure est une véritable aventure dans le sens où l’on ne peut pas savoir où cela va nous mener. On peut penser qu’il s’agit d’un flirt anodin et se retrouver embarquée dans une véritable passion. Mais c’est vrai aussi dans le sens inverse, on craque sur quelqu’un et quelques semaines plus tard on se demande ce qui a bien pu nous attirer chez lui ! » explique la coach de vie.

Le principal risque, comme dans toute relation, est ce que Patricia Delahaie appelle le « déphasage ». L’un aime et l’autre pas, ou moins. Veillez donc à bien identifier vos sentiments et tentez de vous projeter sans laisser votre passion interférer.

Peut-on vivre heureuse en menant une double-vie ?

Il est a priori tout à fait possible de vivre une double vie. Pendant plus de deux ans, Hélène a vécu pleinement ses deux relations : « J’étais heureuse et épanouie. C’était tout ce qui comptait. Mon mari ne se doutait de rien alors je me disais qu’il ne souffrait pas. J’ai tout de même fini par le quitter car j’avais envie de fonder une famille, mais avec Julian ».

Au-delà du couple, Patricia met cependant en garde sur un dommage collatéral de la double vie : le quotidien avec les collègues. Le travail est un endroit social, très important dans un quotidien et « Le problème lorsqu’on entretient une relation extra-conjugale au bureau, c’est qu’on ne peut pas en parler aux collègues, ceux qui sont aussi des amis. » le risque ici est de se refermer sur soi-même et sur la relation et de se priver de liens privilégiés construits jusqu’ici avec des collègues.

Pour en savoir plus sur le travail de Patricia Delahaie : www.patriciadelahaie.com

> Les 4 profils de collègues qui nous font fantasmer

> Le couple peut-il survivre à deux ambitions ?

>Sexe au travail, des liaisons dangereuses

 

Ils nous font confiance