Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

5 astuces pour réussir dans sa boîte

Carrière : 5 astuces pour réussir dans sa boîte

Avis aux ambitieuses : Laurence Bourgeois, spécialiste des ressources humaines et auteure de “13 trucs infaillibles pour être bien vu en entreprise” (éd. Eyrolles), a quelques conseils pour vous.

Fournir un travail irréprochable

C’est bien entendu le b.a.-ba. Avant de commencer à vous vendre, encore faut-il que la qualité de votre travail justifie l’envie de vous ”acheter”, et plus prosaïquement votre salaire s’il est plus élevé que celui des autres ! Et cela passe d’abord par la rigueur et le respect d’une méthode. Avoir des idées ne suffit pas : pour les développer, ces dernières doivent suivre le process propre à l’entreprise. Il est également essentiel de vérifier votre travail : mieux vaut perdre un peu de temps et être certaine de la qualité de votre rendu plutôt que de fournir une copie brouillonne. Car c’est de cela que l’on se souviendra ! Bien entendu, soyons réaliste, on demande aujourd’hui une rentabilité accrue aux salariés, qui doivent faire toujours plus avec moins de moyens. Pour résoudre cette équation impossible, une seule solution : travailler vite et bien. Pour y parvenir, Laurence Bourgeois propose d’essayer le ”test de la poubelle”. L’idée est de réussir à trier ce qui est urgent/pas urgent, important/pas important, et de se concentrer avant tout sur ce qui est important, que cela soit urgent ou non. En somme, déterminer ce qui va nous donner le plus de valeur ajoutée aux yeux de notre employeur.

Entrer dans le moule

Il est parfaitement impossible d’évoluer au sein d’une entreprise si l’on n’épouse pas ses valeurs. Bien souvent, on retrouve les notions d‘éthique, de solidarité, de performance et d’intégrité. Quand on passe un entretien, il est essentiel de se renseigner sur cet aspect en regardant le site Internet de l’entreprise, les retombées presse, l’actualité du secteur, le contenu précis de l‘offre d’emploi. Lorsque l’on arrive dans les locaux, la décoration peut également nous donner des indices. Bref, ouvrez l’œil ! Certaines entreprises organisent même des pré-séjours d’intégration pour s’assurer que le jeune recruté se sent bien dans son nouvel univers de travail. Bien entendu, inutile de vous forcer à adopter la culture de l’entreprise si vous ne vous retrouvez pas dans ses valeurs ! La période d’essai est en ce sens utile aussi pour le salarié. Par exemple, si l’on n’est pas un jeune loup, on trouvera difficilement sa place dans une entreprise de consulting où la réussite individuelle est valorisée.

Faire de la mousse sans faire de vagues

Laurence Bourgeois envisage le salarié comme un produit : pour réussir, on peut avoir toutes les compétences du monde, cela ne suffira pas. Il est important d’avoir aussi un beau packaging tant en interne qu’en externe, et notamment sur Internet avec l‘e-réputation. Un bon marketing sera déterminé par notre capacité à nous démarquer des autres aux yeux de notre hiérarchie. Il s’agit aussi de bien communiquer sur nos réussites : on fait un peu de mousse, sans avoir l’air trop vantarde. On envoie un petit mail à une personne clairement identifiée pour la mettre au courant de notre succès, on se connecte aux gens importants. Tout est question d’intelligence relationnelle.

Être ambitieuse sans se faire d’ennemis

Dans un monde où l’individualisme règne en maître, il faut savoir se vendre sans faire trop de zèle, au risque de collectionner les ennemis. Il s’agit avant tout de développer une ambition saine : ce n’est pas en rabaissant les autres que l’on va briller ! Au contraire, cela dénote en général un vrai manque de confiance en soi. On met ses collègues en copie, on partage les informations : on fait semblant de la jouer collectif. Deuxièmement, pour briller, il s’agit de parfois prendre des risques, d’oser des projets différents. Quand on sort de sa zone de confort, on gagne en compétences. Mais attention, cela ne se fait pas n’importe comment : il faut garder le secret tant que l’on n’est pas certaine de notre projet, et développer notre propre réseau. Car il est aussi possible de se planter, alors mieux vaut choisir un objectif atteignable. Troisièmement, quand on parle d’ennemis, il faut absolument éviter de se mettre à dos notre boss : il a toujours raison ! Et si l’on n’est pas d’accord avec lui, on ne le désapprouve pas en public. On discute avec lui en privé en lui apportant des idées et non des conseils. Enfin, ne commettez pas l’erreur de jouer à saute-mouton en dealant avec votre n+2 : en faisant cela, vous fâcherez votre n+1, et vous ne réussirez jamais sans son appui.

Travailler son apparence

L’apparence va de pair avec le travail de valorisation. Dans notre vie de tous les jours, on se rend malheureusement compte que la perception que les autres ont de nous est bien plus importante que la personne que nous sommes vraiment. Alors, autant mettre toutes les chances de notre côté, et ce, dès notre arrivée dans l’entreprise. On va porter une tenue correcte, qui respecte les codes vestimentaires de la société, travailler notre gestuelle : on ne croise pas les bras, on privilégie les gestes dynamiques, notre démarche est assurée, nos mouvements amples, notre vocabulaire positif. Et surtout, usez de votre plus précieux atout, une arme redoutable, signe d’engagement… : souriez, vous êtes évaluée !

@Paojdo

Lire aussi :

Prise de parole en public, quelle est la bonne posture ?

Jeune manager, les pièges à éviter

Muriel Hermine : ”On ne peut pas réussir et être aimé”

Ils nous font confiance