Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Que veulent les femmes qui entreprennent ?

27.06.2019

En analysant les résultats de son baromètre annuel, Tiime, start-up dédiée à l’entrepreneuriat, a pu établir le portrait-robot de l’entrepreneur français. Sans très grande surprise, il s’agit d’un homme âgé de 41 ans, habitant en Ile de France. De quoi soulever tout un tas de questions ; qui sont les femmes qui entreprennent ? Pourquoi et quelles sont les difficultés qui les freinent ?

Un désir d’indépendance plus fort que tout

Interrogées sur leurs motivations à devenir entrepreneures, les femmes ont répondu à 69% que leur désir d’indépendance avait guidé leur choix. Si elles mentionnent également l’envie de donner vie à un projet (51 %), d’être leur propre patron (45 %), d’apporter du sens à leur existence (45 %), elles ne sont que 18% à avoir mentionné leurs ambitions salariales (contre 38% d’hommes).

Mais si augmenter leur niveau de vie n’est pas une priorité, les femmes entrepreneures interrogées ont cependant déclaré vouloir dégager un salaire chaque mois. Et c’est bien là que le bât blesse, en effet pour 70% d’entre elles la rémunération est un véritable frein et elles avouent avoir quelques difficultés à estimer (46%) et calculer un salaire (38%) sur leurs revenus.

Trouver des clients, un frein supplémentaire

Autre problématique mentionnée à 51% par les participantes à l’étude : la difficulté à trouver des clients. Un obstacle lié au fait que ces dernières se sentent moins crédibles que les hommes dans ce domaine… Elles sont 43% à ne pas se sentir toujours qualifiées pour tout mener de front, considérant à 64 % que leur formation académique ne les a pas bien préparées à entreprendre.

Un moyen de trouver l’équilibre entre vie professionnelle et personnelle

Des obstacles certes, mais qui n’ont pas pour autant raison de l’optimisme des interrogées. Elles estiment à 50% avoir trouvé un bon équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle et bien que certaines d’entre elles culpabilisent d’accorder parfois trop de temps à leur activité – 6 femmes sur 10 déclarent travailler plus de 35h et 14% plus de 60h par semaine – elles restent en grande majorité très satisfaites de leur choix. Malgré l’auto-culpabilisation et les contraintes, elles évaluent à 8/10 leur taux d’épanouissement personnel. Un constat très positif auquel vient s’ajouter un sentiment de fierté pour 55% et une belle confiance dans l’avenir de leur entreprise pour 58% d’entre elles.

> Les femmes appréhendent plus le risque entrepreneurial

> Le statut d’autoentrepreneur séduit de moins en moins

Ils nous font confiance