Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Les hommes mal à l’aise avec leurs collègues féminines depuis #MeToo

22.05.2019

Un an et demi après le mouvement #MeToo, une étude menée par LeanIn.Org, une organisation qui met en place des programmes dont le but est de lutter contre les stéréotypes liés au genre, démontre que 60% des managers masculins se déclarent plus mal à l’aise dans leurs interactions avec leurs collègues féminines qu’en 2018.

Une gêne toute particulière en one to one

Selon Sheryl Sandberg, fondatrice de LeanIn.org et Chief Operating Officer chez Facebook, les résultats de cette étude ne présagent rien de bon : « 60% des managers masculins aux Etats-Unis se disent effrayés à l’idée de tenir des entretiens en one to one avec une femme » explique-t-elle, ajoutant que d’après le sondage les managers masculins senior hésiteraient 9 fois plus à voyager avec une femme et 6 fois plus à proposer un dîner d’affaire de peur que ce soit mal interprété. « Le problème est que même avant ça, les femmes – et particulièrement les femmes de couleur – n’avaient déjà pas aussi facilement accès au mentoring que les hommes, ce qui signifie que nous n’avons pas une place égale autour de la table, comme si ce n’était pas déjà suffisant de nous harceler, à présent, on nous ignore. » note Sheryl Sandberg pour qui ces craintes ressemblent plutôt à de fausses excuses.

« Nous devons redéfinir ce que signifie être un homme bien au travail »

Pour Sandberg, c’est aux hommes en entreprise de rétablir l’équilibre « Si un homme ne veut pas d’un dîner de travail avec une femme, mon message est simple : n’en faites pas avec un homme non plus. Organisez des dîners de groupe. Soyez explicite, soyez empathique et soyez juste ». Pour la fondatrice de LeanIn.org, il est temps de redéfinir ce qu’être un « homme bien » en entreprise signifie vraiment : « Les hommes doivent agir. Ce n’est pas suffisant de ne pas harceler, trop de gens le pensent. C’est une nécessité, une évidence mais ce n’est pas suffisant. »

Et le problème va bien plus loin qu’une question de comportement envers les femmes en entreprise, il s’agit également de la façon dont le travail de ces dernières est évalué. D’après une récente étude citée par Sandberg lors d’une interview accordée à CBS This Morning, 66% des femmes reçoivent des feedbacks sur la manière dont elles travaillent, leur style de management, contre 1% des hommes. « Les femmes reçoivent des retours sur le fait qu’elles sont trop autoritaires, trop agressives…pendant que les hommes eux, reçoivent des feedbacks sur la qualité du travail accompli. C’est une des raisons pour lesquelles les hommes obtiennent plus de promotions. » Le message de LeanIn.org et Sheryl Sandberg ? « C’est très simple : osez devenir les mentors de femmes afin qu’elles puissent être promues et qu’elles puissent accéder à des postes senior. »

> 1 homme sur 3 démissionnerait en cas d’inégalité salarial homme/femme

> Les femmes sans enfants, elles aussi discriminées à l’embauche

 

 

Ils nous font confiance