Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

10 femmes à suivre en 2015

05.01.2015

Elles sont ambitieuses, talentueuses, et surtout ont des projets plein la tête. Focus sur celles qui rythmeront 2015, qu’elles soient cadres, entrepreneures, artistes ou athlètes.

Virginie Calmels, de la télévision à la politique

virginiecalmels

 Qui est-elle ?

Ancienne patronne d’Endemol également passée par la direction de Canal Plus, cette    quadragénaire, passionnée de politique depuis toujours, est aujourd’hui première adjointe d’Alain Juppé à la mairie de Bordeaux, en charge de l’économie, de l’emploi et de la croissance durable. Elle a récemment été auréolée du Prix Espoir de la femme d’Influence Politique, distinction révélant des femmes s’illustrant dans des univers encore largement masculins.

Pourquoi la suivre en 2015 ?

 Virginie Calmels fait de plus en plus figure d’éminence grise d’Alain Juppé dans la course à la primaire UMP. Pour certains, elle est la dauphine à la mairie de Bordeaux de l’ancien Premier Ministre. Une personnalité politique montante donc, déjà pleinement engagée dans la bataille pour 2017.

@VirginieCalmels

Isabelle Kocher, celle qui défriche les sentiers du CAC 40

isabellekocherQui est-elle ?

Son CV est plus qu’impressionnant, presque prodigieux : normalienne, ingénieure du Corps des Mines, première à l’agrégation de physique. Un parcours universitaire qui détonne doublé d’une avalanche de postes à responsabilités au sein de GDF Suez: directrice de la stratégie, directrice générale de la Lyonnaise des Eaux, directrice générale adjointe chargée des finances… Sa fidélité à l’entreprise est totale. En 2011, elle refuse ainsi de remplacer Anne Lauvergeon à la tête d’Areva. Même réponse deux ans plus tard lorsqu’on lui propose de prendre la présidence de la Banque Publique d’Investissement. Une loyauté payante : en Novembre 2014, Isabelle Kocher est promue numéro 2 du groupe GDF Suez.

 Pourquoi la suivre en 2015 ?

 La succession à Gérard Mestrallet, son mentor et actuel PDG du géant de l’énergie, lui est promise. D’ici 2016, Isabelle Kocher devrait donc devenir la première femme dirigeante d’une entreprise du CAC 40.

  

Alice Zagury, chaperonne d’entrepreneurs

alicezaguryQui est-elle ?

 A bientôt trente ans, cette ancienne élève de l’EM Lyon, passée par la direction du Camping, est à la tête de l’accélérateur d’entreprise The Family, structure qu’elle a cofondée avec Nicolas Colin et Oussama Amar. Le concept : proposer notamment de la formation, des mises en relation à de jeunes entrepreneurs. Ces-derniers, en échange, acceptent de céder 3% de leur capital. Depuis son lancement en mars 2013, The Family a ainsi reçu pas moins de 3500 candidatures. Aujourd’hui, elle aide 180 start-ups.

Pourquoi la suivre en 2015 ?

Le credo d’Alice Zagury pour cette nouvelle année ? Rendre toujours l’entrepreneuriat plus accessible et démocratique. Pour cela, la PDG de The Family mise notamment sur Koudetat, une formation pédagogique à l’entrepreneuriat comptant déjà plus de 600 inscrits, appelée à se développer au cours de cette année.

The Family lance également cette année BGirl, un rendez-vous tous les deux mois à l’adresse des femmes. Le but : parler de la création d’entreprise tant du côté entrepreneure qu’investisseure. Premier rendez-vous, la semaine prochaine, mardi 13 Janvier. A vos agendas !

 

@Alice_zag

Emmanuelle Duez, l’amie de la génération Y

emmanuelleduezQui est-elle ?

Passée par les bancs de Sciences Po et ceux de l’Essec, Emmanuelle Duez a dirigé le colloque Happy Happening aux côtés de Marie-Laure Sauty de Chalon et Aude de Thuin. Mais entre autres choses seulement. Car la jeune femme se veut surtout une ambassadrice de la jeune génération, à travers son organisation, WoMen’Up. Elle porte la parole des Y qui, selon elle, refusent le fatalisme de la crise et rêve d’associer bien-être, sens, et vie professionnelle. La jeune femme a également lancé en 2012 le Boson Project,  un laboratoire de capital humain, dont l’ambition principale vise à anticiper les tendances de fond du futur.

Pourquoi la suivre en 2015 ?

2015 sera l’année de l’engagement pour Emmanuelle Duez. L’entrepreneure compte lancer une nouvelle structure dont le but sera de véhiculer des messages et de mobiliser les plus jeunes en vue de la prochaine présidentielle. Un challenge à suivre dans ce contexte économique morose où la génération Y se détourne de plus en plus des urnes.

@manou_boson


Alice Audouin, coach durable

aliceaudouinQui est-elle ?

 Elle fait figure de pionnière dans son domaine. En 2006, elle devient la première responsable du développement durable chez Havas Media, avant de co-fonder en 2008 la coalition « Art et développement durable » (COAL). Le principe: créer une passerelle entre art et environnement. Autant d’engagements qui l’ont conduite à prendre la plume et publier en 2013 On entend dire que… l’écologie c’est fini (Eyrolles).

Pourquoi la suivre en 2015 ?

 Alice Audouin entend bien participer à sa manière à la conférence Paris-Climat 2015, programmée entre les 30 Novembre et 11 Décembre prochains. « Un rendez-vous de l’histoire », comme elle l’explique sur son blog, auquel les artistes participeront. Cette passionnée d’écologie inaugurera d’ailleurs mardi prochain, le 13 janvier, « Post Carbone », exposition au siège de la poste de 12 artistes contemporains.

2015 sera également l’année du lancement d’Alice Audouin Projects, activité centrée autour de la conception, de l’accompagnement de projets liant culture et développement durable.

 

@AliceAudouin

Margaux Pelen, serial entrepreneure

margauxpelenQui est-elle ?

A seulement 27 ans, cette diplômée d’HEC a déjà effectué un sacré bout de chemin entrepreneurial : en 2011, alors encore étudiante, elle crée Home n’Go avec deux camarades de promotion. Avec cette start-up d’annonces immobilières, la jeune femme est sélectionnée par le Réseau Entreprendre Paris et Le Camping. Son envie de créer, Margaux a décidé de la transmettre à ceux qui lui succèdent sur les bancs de la plus grande école de commerce française, en créant Mash Up, association visant à accompagner les étudiants-entrepreneurs. Depuis le mois de Mars 2014, elle bénéficie ainsi du statut « d’entrepreneure en résidence » à HEC, ce qui lui permet de se dédier pleinement à sa mission.

Pourquoi la suivre en 2015 ?

Margaux Pelen puise son inspiration en dehors du cadre français : l’été dernier, elle a été choisie parmi 80 entrepreneurs triés sur le volet pour participer, en plein cœur de la Silicon Valley, à la Singularity University, programme développé par Google et la NASA visant à plancher sur des solutions pour améliorer le monde de demain.  L’entrepreneure compte également créer une nouvelle société dans le domaine de l’éducation.

 

@Mapelen

Claire Cano, entrepreneure numérique

 clairecanoQui est-elle ?

 Tout juste diplômée d’HEC, la jeune femme se lance dès 2012 dans l’aventure entrepreneuriale en co-fondant LuckyLoc. Le concept : proposer des véhicules à la location pour un euro seulement à des particuliers, des voitures normalement rapatriées d’une ville à l’autre par les loueurs. L’idée fait mouche : Claire Cano se voit décerner le prix 2013 de la femme entrepreneure numérique, récompense mise en place par Bouygues Telecom.

 Pourquoi la suivre en 2015 ?

 2015 devrait rimer avec croissance pour LuckyLoc, désormais employeur de sept personnes à temps plein. Parallèlement, la start up teste le fonctionnement d’options périphériques : depuis quelques semaines, son nouveau site, Expedicar, propose à des particuliers de faire déplacer leur véhicule par un membre de la communauté LuckyLoc (pour cause de déménagement ou d’achat à distance par exemple.) Cette nouvelle formule trouvera-t-elle preneur ? Verdict cette année !

 

@ClaireCano

Corinne Diacre, première sportive à entraîner un club professionnel masculin

corinnediacreQui est-elle ?

Footballeuse dans l’âme depuis toujours malgré les réticences de ses parents, cette passionnée du ballon rond est devenue en 2014, à quarante ans à peine, la première sportive à entraîner une équipe masculine, le Clermont Foot 63. Un sacre pour celle dont la carrière ferait déjà pâlir n’importe quel (le) étudiant(e) de sport-études : ancienne capitaine et défenseur de l’équipe de France, elle affiche pas moins de 121 sélections entre 1993 et 2005. Pour couronner le tout, elle a également été l’adjointe de Bruno Bini, sélectionneur national des footballeuses françaises.

 Pourquoi la suivre en 2015 ?

 La planète foot attend de voir si l’entraîneure, dont le professionnalisme est régulièrement souligné par le président du Clermont Foot 63 Claude Michy, parviendra à maintenir le club en Ligue 2 et à améliorer le jeu de l’équipe. Les commentateurs sportifs soulignent régulièrement les lacunes concernant la récupération du ballon.

 

Cathy Verney, scénariste montante

cathyverneyQui est-elle ?

Elle fait partie des rares femmes scénaristes à avoir leur place dans le monde impitoyable du petit écran. Auréolée du succès de “Hard”, série de sa création diffusée sur Canal Plus portant sur le milieu de la pornographie, Cathy Verney a dirigé l’écriture de la septième saison de “Fais pas ci Fais pas ça”. La scénariste, reconnue tant pour son culot que son originalité, n’a pas déçu les producteurs de la série star de France 2 : entre des vacances surprises dans un camp de naturistes ou encore une aventure extra-conjugale inattendue, les Bouley et les Lepic ont été bousculés de façon surprenante. Pour un résultat au zénith : les six épisodes de la saison ont rassemblé en moyenne près de 5 millions de téléspectateurs, soit 400 000 de plus que l’année dernière.

Pourquoi la suivre en 2015 ?

Sa plume pourrait faire des émules, mais sur grand écran cette fois. Cathy Verney développe un projet pour le cinéma. Elle se lance également dans l’écriture d’une autre série. Des projets qui devraient la tenir éloignée du scénario de la saison 8 de “Fais Pas ci Fais Pas ça”.

 

Marie Lopez, l’outsider loufoque

marielopezQui est-elle ?

Appelez-la EnjoyPhenix, le pseudo avec lequel elle a capitalisé plus d’un million deux cent mille fans sur sa chaîne YouTube. Car justement, la jeune femme de 18 ans tout juste, est une « youtubeuse ». Comprenez l’une des nombreuses descendantes des blogueuses (mode notamment) dont l’audience a parfois fait pâlir d’envie les magazines féminins les plus en vue.

Que fait EnjoyPhenix exactement ? Depuis sa chambre d’adolescente, elle se filme en train de se coiffer, de se maquiller et prodigue aux internautes des conseils modes. Une fois ces tutoriels beauté enregistrés, elle les poste sur YouTube, et le nombre de vues s’envole. Ainsi, avec plus d’un million de visionnages en novembre dernier, la Lyonnaise est sur la première marche des YouTubers hexagonaux.

Pourquoi la suivre en 2015 ?

Le succès de la jeune femme appâte jusqu’aux mastodontes du cosmétique. Cacharel s’est donc associée à Marie alias EnjoyPhenix afin de créer un premier tutoriel pour le lancement du parfum Anaïs Anaïs mon Premier Délice. La YouTubeuse a également été invitée sur le plateau de “The Voice” dont Cacharel était partenaire, et a pu interviewer les finalistes.

Au delà du cas particulier de Marie Lopez, 2015 pourrait bien être l’année d’envol des YouTubeuses made in France. Certaines sont en effet en train de transformer leurs activités cybernétiques en principale source de revenus : une tranche de mille vues pouvant générer entre 0,40 et 0,60 euros, certaines ont même abandonné l’idée de trouver un travail traditionnel pour se consacrer entièrement à leur activité sur la Toile. D’autant que monétiser ses vidéos n’est pas si compliqué : lors de la création de la chaîne YouTube, il suffit de cocher une case acceptant les publicités.  Un phénomène à observer…

@MarieLopezJunes

@clairebauchart

Vous aimerez aussi:

5 femmes à suivre dans la communication digitale en 2015

10 clés de la réussite au féminin en 2015

2014: 10 moments qui ont marqué la vie des femmes

Ils nous font confiance