Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Les 10 clés du Personal Branding

Véritable travail de réflexion à mener sur soi et ses objectifs, le Personal Branding a longtemps été boudé en France. Pourtant, nulle honte à vouloir se vendre, au contraire ! Décryptage avec la spécialiste Pascale Baumeister, coach et consultante.

Conseil n°1 : Anticiper 

Identifier sa valeur ajoutée pour pouvoir mieux se vendre sur le marché du travail, tel est en substance l’objectif du Personal Branding. Dans un monde frappé par la crise économique, savoir se différencier sur le marché de l’emploi, ou le marché tout court, est devenu essentiel. En France, envisager notre personnalité et nos compétences comme un produit a longtemps été mal perçu. Mais les mentalités changent. « Aux Etats-Unis, les personnes peuvent se faire renvoyer du jour au lendemain. Du coup, les salariés travaillent en permanence leur communication », explique Pascale Baumeister. En somme, il est plus difficile de faire le bilan sur nos compétences lors d’une période de chômage. Mieux vaut s’y intéresser lorsque l’on est porté par une énergie positive, en demandant par exemple à nos collègues quels sont, selon eux, nos atouts. Le Personal Branding doit donc se travailler tout au long de la carrière. Anticiper, c’est aussi choisir ce que l’on veut faire ressortir de nous sur internet. Lors d’un recrutement, nous serons forcément googlelisés. Même dans un métier moins créatif comme la comptabilité, mieux vaut prendre en main ces résultats. Car maintenant, la toile regorge d’informations sur à peu près tout le monde.

Révéler sa véritable personnalité(1)Conseil n°2 : Etablir une cohérence entre son projet, sa personnalité et sa cible

« On peut avoir le plus beau bateau du monde, si on ne lui donne pas de cap, cela ne va pas marcher », illustre la coach. En clair, avant de vouloir commencer à communiquer, encore faut-il savoir où l’on va. On peut par exemple avoir un projet clair, comme c’est le cas pour un artiste, mais ne pas identifier sa cible. « Je conseille notamment de ne pas envoyer son CV qu’aux DRH qui sont parfois traités par des machines, mais d’identifier le bon interlocuteur dans l’entreprise », conseille la consultante. On peut aussi avoir une idée et une cible bien arrêtées… et ne pas savoir qui nous sommes. Le Personal Branding, c’est donc établir une cohérence entre notre projet, notre personnalité, et notre cible.  Pour pouvoir définir notre objectif, on peut tenter de déterminer notre vision idéale du monde. « On peut changer de métier, donc de mission, mais il est important de garder la même vision. C’est ici que l’on peut se permettre d’être créatifs », nous explique Pascale Baumeister. Il est ensuite important de voir si notre vision est en accord avec celle de l’entreprise.

Conseil n°3 : Respecter ses valeurs

Après avoir établi notre objectif, on va aborder la phase de définition de notre personnalité. Cela commence déjà par l’établissement de nos valeurs. C’est une étape importante dans le Personal Branding pour savoir qui l’on est. « Quand on ne vit pas selon ses valeurs on n’est pas heureux. Bien sûr, on peut prendre un job alimentaire, mais ce qui tue quelqu’un, c’est de rester dans un boulot qui ne lui plaît pas toute sa vie », affirme la coach. En clair, ne pas être dans une entreprise qui épouse nos valeurs peut fonctionner un temps, mais il faut ensuite se mettre en mouvement pour trouver quelque chose qui nous corresponde mieux.

Conseil n°4 : Se singulariser avec ses passions et talents

Se positionner de manière différente est la clef du Personal Branding. Pour ce faire, identifier nos passions et nos talents s’avère utile. Parfois, on peine à mettre nos talents à jour, mais peut-être suffit-il d’écouter notre entourage qui salue depuis notre enfance l’une de nos qualités. « Un talent, ça se développe, mais c’est inné », martèle la coach. Les passions sont elles aussi très importantes: ce sont elles qui nous motivent dans notre travail.

Conseil n°5 : Ne pas oublier que la toile, c’est public !

Si les jeunes manient bien les réseaux sociaux, pas sûr qu’ils en optimisent l’utilisation. « En règle générale, ils n’ont pas de vision de l’objectif et de la cible. Ils n’ont pas de stratégie de communication », explique la coach. Problème ? Ils envisagent par exemple Twitter comme un chat, oubliant que toutes leurs conversations sont publiques. Or, le jour où ils entreront sur le marché du travail, le recruteur ira forcément consulter leur profil sur les réseaux sociaux. Il faut donc comprendre que tout ce que l’on y dévoile devient public.

Conseil n°6 : Ne pas délaisser les supports de communication traditionnels

Oui, les réseaux sociaux sont essentiels comme on vient de le voir, mais n’oublions pas non plus le CV papier ou la bonne vieille lettre manuscrite. Ces supports de communication font partie intégrante du Personal Branding. « Les recruteurs reçoivent aujourd’hui si peu de CV papier qu’ils peuvent être plus attentifs à votre candidature », avance la coach. On pense que les lettres de motivation ne se lisent plus, mais elles en disent beaucoup sur le candidat. Il ne faut pas non plus croire que le CV doit être formaté : « ce n’est pas un document officiel », s’amuse Pascale Baumeister. Bien entendu, il ne faut pas chercher l’originalité pour l’originalité, tout cela doit être en accord avec notre personnalité.

Conseil n°7 : Avoir une belle photo de soi

La tendance voudrait aujourd’hui que l’on aille vers les CV anonymes, sans photo ni indication du genre sexuel. Mais la réalité est toute autre ! On peut mettre une photo de soi, mais attention, uniquement si elle est de bonne qualité. « On évite la photo de vacances trafiquée », et on opte pour un beau cliché professionnel.

Pascale BaumeisterConseil n°8 : Mettre en application le plan de communication

Après avoir mis en place la stratégie de communication, place à l’action ! Cette phase du Personal Branding n’est pas la plus facile. « On peut avoir le plus beau CV du monde, c’est le moment de se vendre », insiste Pascale Baumeister. Il faut donc rendre toute cette stratégie vivante et passer à la partie plus commerciale en développant un certain discours. Bref, il  faut aller démarcher et se mettre en action.

Conseil n°9 : Apprendre à prendre sa place

Tout ce travail autour du Personal Branding est très important, pas seulement pour notre carrière, mais aussi pour nous. Il est important de réfléchir à ce que l’on veut faire de notre propre vie. « Cela peut prendre du temps et demande du courage car il faut se poser des questions existentielles », soutient la coach. Pour Pascale Baumeister, il est important que nous apprenions à prendre notre place, surtout en tant que femmes, car personne ne nous l’apportera sur un plateau d’argent.

Conseil n°10 : S’entourer pour réfléchir

Tout le monde ne peut pas s’offrir les services d’un coach, même si une séance au cours de notre carrière peut nous permettre d’aller plus loin dans notre réflexion et d’aborder des points que nous pourrions nous cacher à nous-mêmes. Pour faciliter l’accès à ce travail autour du Personal Branding, Pascale Baumeister a réalisé son ouvrage sous la forme d’un work-book afin que chacun puisse conduire ce cheminement. « Ce n’est pas facile de le faire seul, mais c’est possible. Une bonne solution peut aussi être de mener cette réflexion à plusieurs afin de pouvoir se nourrir de la vision de l’autre », affirme la coach. Bref, travailler notre Personal Branding, ce n’est pas « marketer » notre personne, mais c’est avant tout redonner un sens à notre vie au travail.

Pour aller plus loin : Révéler sa véritable personnalité avec le Personal Branding, Pascale Baumeister, éditions Leduc.

Et aussi :

>5 astuces pour réussir dans sa boîte

>Le silence des cadres, enquête sur la solitude des cols blancs

>Team building : quoi de neuf pour 2014 ?

>Demander une augmentation en 10 leçons

 

 

Ils nous font confiance