Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Le monde de l’entreprise est-il prêt à être plus sage ?

Auteur du best-seller “Réveillez le chaman qui est en vous”, le coach et méditant Arnaud Riou revient avec un nouveau livre passionnant, “Les nouveaux sages”, ou comment instiller davantage de spiritualité et conscience au sein des entreprises. Interview.

Qui sont les nouveaux sages ?

Arnaud Riou : Nous pourrions les définir comme des entrepreneurs ou des managers de l’entreprise. Des êtres conscients que le monde est en pleine mutation et qui décident de s’inspirer de la sagesse ancienne pour l’incarner dans le monde moderne.

 Quelle est votre définition de la sagesse ?

Arnaud Riou : C’est une vue à long terme qui englobe le maximum de dimensions, et qui vient du cœur. Ecouter son cœur permet d’avoir une vision plus globale des choses car l’on recueille des informations plus rationnelles, plus justes, et surtout moins névrosées. La sagesse, c’est aussi un équilibre du cœur, du corps et de l’esprit. Souvent, nous oublions la dimension de l’esprit, une forme de spiritualité qui nous ouvre à quelque chose de plus grand que nous.

D’après vous, nous sommes rentrés dans “la société du 7ème type” : en quoi cette dernière nous invite-t-elle à un profond changement ?

Arnaud Riou : Jusqu’à présent, nous fonctionnions sur un paradigme qui ne tient plus la route, celui de croire que nos ressources étaient inépuisables. Nous nous rendons compte aujourd’hui que nous avons consommé 40% de nos océans ces 20 dernières années. Nous essayons en vain de trouver un équilibre sur une société qui n’en a pas. Il y a de grandes disparités entre les pauvres et les riches, les hommes et les femmes. C’est impossible de construire une société stable sur cette base.

Pensez-vous que le monde de l’entreprise soit prêt pour ce changement ?

Arnaud Riou : En réalité, le monde de l’entreprise est vaste ! Je rencontre des entreprises qui managent comme on le faisait pendant la révolution industrielle, et des managers qui intègrent la méditation dans le quotidien de l’entreprise,  qui ont une dimension de conscience et de sagesse. Dans tous les cas, il faudra que les sociétés soient prêtes pour ce changement !

Beaucoup de sociétés organisent des stages de développement personnel, mais dans les faits, est-ce que cela suffit à apaiser les salariés qui sont plus de 72% à souffrir du stress en entreprise ?

Arnaud Riou : Oui, cela peut être effectivement un simple pansement. Mais dans nos besoins fondamentaux, il y a le besoin de reconnaissance et d’utilité. Si on ne sait pas à quoi l’on sert, on va rapidement être en souffrance. Et si on a l’impression d’être utile et que personne ne le sait, on est encore en souffrance. Le sentiment d’appartenance à la société est essentiel, il faut pouvoir se reconnaître dans les valeurs de l’entreprise pour rester épanoui et heureux. Certains patrons se demandent à quoi cela sert de faire méditer leurs salariés. Mais sur le long terme, les entreprises qui investissent dans le bien-être sont plus compétitives et ont moins de turn-over. Aujourd’hui, il est plus dur de recruter que de fidéliser !

Notre société a perdu le sens du sacré. Pensez-vous que l’on puisse instiller une certaine forme de spiritualité au sein des entreprises ?

Arnaud Riou : Sans doute. La spriritualité n’est plus le pré carré des religions. Une entreprise qui a un rôle dans le changement du monde peut avoir conscience de sa contribution à un monde meilleur. Mais les entreprises veulent-elles sincèrement rendre le monde meilleur ? Car vous pouvez dire que vous allez rendre le monde meilleur en créant des emplois, tout en fabriquant des produits toxiques…

Vous évoquez aussi l’importance des rituels, et ce, même en entreprise ?

Arnaud Riou : Les rituels existent depuis la nuit des temps pour rapprocher les hommes. Quand j’apprends que dans les boîtes, certains sont renvoyés du jour au lendemain par recommandé, je me dis qu’un rituel de départ n’aurait pas été du luxe ! Les rituels sont nécessaires dans les temps forts comme une acquisition, un changement de lieu, de destination etc. Nous avons besoin de mettre de la conscience sur ce qui est en train de se dérouler. Dans les entreprises, il n’y a pas assez de recul.

Vous vous intéressez à l’entreprise en vous adressant d’abord à l’homme puisque nous pouvons chacun être un vecteur de changement. En quoi la méditation peut-elle nous y aider ?

Arnaud Riou : La méditation nous permet d’arrêter d’avoir peur. D’avoir une vue à plus long terme et de ne pas agir sous le stress. Elle développe notre sens du discernement. Nos réactions sont trop souvent émotionnelles voire puériles, et ce, même chez les chefs d’Etat comme nous pouvons l’observer dans le bras de fer entre les USA et la Corée du Nord.

Lorsque l’on pratique la méditation régulièrement, on parvient à une certaine forme de conscience collective ?

Arnaud Riou : Quand on médite, l’égo se dissipe et l’on prend conscience que nous sommes tous connectés les uns aux autres comme les feuilles d’un même arbre. Lorsqu’une branche est malade, les autres vont l’être à leur tour. La méditation nous permet de prendre soin des autres autant que l’on prend soin de nous. J’ai l’exemple d’un chef d’entreprise avec qui j’étais en voyage qui a pris le soin de choisir 20 colliers personnalisés pour ses salariés, en mettant de l’intention pour chacun. Ce genre de geste permet de fidéliser les collaborateurs. Les entreprises sont trop souvent coupées du monde. Les émotions y sont exclues, alors qu’aucun homme et aucune femme ne peut vivre sans émotion.

Vous évoquez la loi d’attraction : nous attirons ce qui nous ressemble. Cela vaut aussi pour les négociations ?

Arnaud Riou : C’est ce que disent les chamans et la physique cantique. Nous attirons ce qui nous ressemble. Si j’ai des rapports névrotiques, j’attirerais des manipulateurs. D’où la phrase Gandhi ! Il faut prendre soin de se changer soi-même en ouvrant son cœur pour attirer des situations plus harmonieuses. Lorsque je vois les conflits en entreprise, je me dis que si syndicats et patrons continuent à se mépriser, leur relation ne peut pas changer. Il faut savoir être à l’écoute, ce qui requière patience et sagesse.

Vous dîtes aussi qu’une réconciliation entre l’homme et la femme est nécessaire. Qu’entendez-vous par là ?

Arnaud Riou : Il y a 20 ans de cela, les conseils d’administration du CAC 40 comptait peut être 5% de femmes. Aujourd’hui, nous sommes loin de la parité mais la situation s’améliore. Toute société doit s’appuyer sur l’équilibre de l’énergie masculine et féminine, les femmes étant davantage dans l’introspection, la sagesse et la conscience. Et à titre individuel, nous avons tous besoin de maintenir cet équilibre.

Quelles nouvelles formes de management alternatif observez-vous ?

Arnaud Riou : Le management qui se développe de plus en plus est participatif. Il s’agit de donner le pouvoir à ceux qui ont la connaissance, qui sont sur le terrain. C’est aussi un management moins infantile qui considère les adultes comme des êtres responsables. C’est le cas par exemple dans les entreprises libérées où chacun choisit ses horaires et prend ses congés quand il le souhaite. On observe en général que personne n’abuse ! Plus il y a de contrôle, plus il y a de triche. A l’inverse, lorsque les salariés sont responsabilisés, ils sont plus intéressés aux résultats. Quand on responsabilise les gens, tout se passe mieux.

@Paojdo

 

Ils nous font confiance