Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Je cherche un autre travail : comment éviter que mon boss ne l’apprenne ?

09.06.2019

Vous envisagez de quitter votre poste pour en trouver un nouveau ? Mais vous craignez que votre supérieur ne s’en aperçoive et ne vous en tienne rigueur… Explications et conseils pour mener à bien votre recherche d’emploi en toute discrétion.

Activez votre réseau régulièrement

Famille, amis, voisins, anciens camarades de promo, ex-collègues… Le réseau est l’un des meilleurs leviers pour trouver un nouvel emploi. Pour rester discrète, on s’adresse à des personnes dignes de confiance et on leur précise que cela doit rester confidentiel. L’idéal selon Agnès Du Boullay, coach auprès de cadres supérieurs, experte en évolution de carrière et associée d’Enjeux dirigeants, c’est d’effectuer sa recherche progressivement : « Si vous vous activez subitement dans tous les sens, ça va se voir. Activez votre réseau tranquillement tout au long de l’année, prenez un petit-déjeuner avec elles ». L’experte conseille également de payer régulièrement sa cotisation au réseau des anciens élèves pour rester en contact avec eux plus facilement.

Faites bonne figure

Afin d’éviter d’éveiller les soupçons, ne dites pas de mal de votre entreprise et ne faites pas la tête au bureau. « Votre boss aura ainsi moins de doute et vous laissera le représenter plus facilement lors de tables rondes, salons professionnels, conférences… Vous gagnerez alors en visibilité y compris auprès de vos concurrents. C’est la meilleure manière de se faire repérer et de gagner en attractivité », conseille Agnès du Boullay.

Préparez-vous discrètement

Vous avez besoin de faire le point sur vos compétences, sur votre CV, le marché local, les entreprises qui recrutent… « On peut déjà se renseigner sur ce que l’on veut chercher comme emploi, dans quel secteur, préparer son entretien sans que son employeur ne le sache en consultant, par exemple, un conseiller en évolution professionnelle auprès de l’Apec. On peut aussi faire un bilan de compétences sur ses congés hors temps de travail », suggère Malika Maucourt, consultante RH, formatrice et auteure de Cahier de recherche d’emploi, aux éditions Eyrolles.

Désactivez les notifications de profil sur LinkedIn 

LinkedIn est une bonne solution pour trouver des offres d’emploi, y répondre ou bien encore se mettre en relation avec des personnes clés. En revanche, sur votre profil, mieux vaut éviter de dire que vous êtes « en recherche active » ou « ouverte aux nouvelles opportunités ». Votre manager, le service RH ou des collègues faisant partie de vos contacts pourraient bien le remarquer. De même, s’il est utile de partager au plus grand nombre vos articles ou nouvelles, les avertir du moindre changement apporté à votre profil peut vite devenir inintéressant ou mettre la puce à l’oreille de vos collaborateurs. Par prudence, vous pouvez désactiver vos notifications de profil (profil : rubrique « préférences et confidentialité »). Si jamais, votre boss vous questionne sur votre activité sur ce réseau, vous pouvez vous justifier facilement. « C’est important de toujours avoir un profil à jour, d’ajouter de nouveaux contacts, de mettre à jour ses compétences car vos clients veulent voir votre profil. Vous pouvez toujours dire que c’est un plus pour l’entreprise car c’est le cas », ajoute ainsi Malika Maucourt.

Restez anonyme sur les jobboards

Sur les plateformes d’emploi en ligne, le responsable RH de votre entreprise peut très bien tomber sur votre CV. Vous pouvez opter pour le mode anonyme ou alors créer un profil avec l’initiale de votre nom de famille et éviter de mentionner votre société actuelle. Citez alors plutôt le secteur dans lequel elle évolue. Cependant, pour Malika Maucourt, mieux vaut éviter les jobboards pour rester discrète si on est toujours en poste. « On peut choisir son niveau de visibilité dessus mais c’est difficilement maîtrisable. Il me semble plus pertinent de créer des alertes pour recevoir les offres sur sa boîte mail », recommande-t-elle.

Orientez les cabinets de recrutement

Les cabinets de recrutement veillent à être particulièrement discrets pour ne pas vous porter préjudice. La loi les oblige à obtenir votre accord avant de contacter d’anciens employeurs pour obtenir des références. Mettez-les alors en relation avec des personnes de confiance avec qui vous avez travaillé, qui avaient un ascendant hiérarchique sur vous. « Demandez auparavant à ces personnes si vous pouvez donner leur contact au cabinet de recrutement et ce qu’ils vont dire de vous. Les candidats oublient trop souvent de le faire », prévient Malika Maucourt. Par ailleurs, sur votre CV, indiquez bien « en recherche confidentielle-actuellement en poste ». Pour être proactive, Agnès du Boullay suggère quant à elle d’aller sur des sites comme jobfinder.fr pour obtenir la liste des chasseurs de tête et des conseils sur la façon de les aborder.

Oubliez l’ordinateur du travail

Votre employeur a le droit de collecter les statistiques générales des sites visités par ses employés, mais il ne peut pas relever l’historique d’un salarié en particulier sans l’avoir prévenu. Par précaution, compartimentez les temps personnels et professionnels autant que possible. Consultez de préférence les annonces et sites d’offres d’emploi depuis chez vous ou sur votre smartphone à la pause déjeuner. Vous pouvez appeler un recruteur depuis votre lieu de travail en vous isolant mais attention à ce que cela reste rare pour ne pas éveiller les soupçons et pour rester concentrée sur votre travail. Tout est affaire de dosage et de discrétion.

Ils nous font confiance