Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Do’s et don’ts pour une ambition réussie en entreprise

05.01.2016

« Ce n’est pas juste », « je vais essayer », « il est idiot»… Des phrases génériques, qui sortent parfois toutes seules, mais qui peuvent néanmoins nuire à votre image et posture professionnelles. Description du comportement efficace à adopter en entreprise pour progresser.

« Un leader ne s’excuse pas. C’est une posture ! » Pour Frédérique Cintrat, intervenant régulièrement dans dans les réseaux féminins et entreprises, lauréate en 2013 du prix de la « femme de l’année dans l’assurance », « avancer dans une société suppose de se rendre compte des jeux d’influence et donc de ne pas hésiter à déjeuner, prendre des cafés avec ses collègues. » Un comportement permettant de créer du lien et de favoriser la récolte d’informations. En d’autres termes, exit les déjeuners seule devant son clavier.

Le syndrome de la bonne élève

Des conseils loin d’être évidents pour beaucoup. « Lorsque je me suis lancée dans la vie professionnelle, je n’avais pas tous ces codes », se rappelle Frédérique Cintrat, par ailleurs auteure de Comment l’ambition vient aux filles (Eyrolles). « Pour moi, l’essentiel était de travailler, et de faire avancer mes dossiers. Je considérais que la compétence était clé. » Une attitude qu’elle est loin d’être la seule à adopter. Claire Léost, directrice générale de l’univers grand public chez Lagardère et auteure du Rêve brisé des working girls (Fayard), déclarait en Octobre 2014 à Business O Féminin : « Nous, les femmes, nous cherchons à faire nos preuves, à  faire correctement notre travail. Nous sommes persuadées que cela va suffire et que nous allons être récompensées ! »

Les phrases interdites pour une posture optimale

Une attitude scolaire alors même que les spécialistes s’accordent à dire que le savoir-être professionnel passe d’abord par une batterie d’expressions à bannir de son vocabulaire. Sur le haut du podium, le fameux « ma question est peut-être stupide mais » : une allocution qui met dangereusement à mal votre crédibilité, suggérant par ailleurs un sérieux manque de confiance en soi. “ Il faut éviter de rentrer la tête dans les épaules et s’affirmer”, rebondit Frédérique Cintrat. Egalement à bannir : « je vais essayer » ou sa variante « je ne peux pas faire ça ». Le verbe « essayer » remet directement en question votre capacité à mener à bien une mission. Le mieux reste encore, en cas d’impasse, de suggérer une alternative.

Dans un tout autre domaine, pour revêtir le costume parfait de la working girl droite dans ses bottes, mieux vaut éviter l’écueil du ragot. Critiquer un collègue n’apporte en règle générale jamais rien de bien bénéfique : souligner le manque de compétences de votre voisin de bureau peut être perçu par certains comme une façon maladroite de vous mettre en avant et donc écorner votre image professionnelle.

Politique et sponsors

Une fois la posture professionnelle ainsi travaillée, place à la stratégie et à la politique, à « l’art de louvoyer », comme le qualifie Frédérique Cintrat. « Une personne stratège sait se montrer là où il faut, quand il faut avec qui il faut » commente-t-elle.

Et de souligner l’importance de se créer des alliances en prenant en compte les jeux d’influence internes, le but étant d’identifier ceux qui pourront être « nos sponsors » : en d’autres termes, rentrer dans les petits papiers des employés influents. « Plutôt que de parler de vous-même, l’idéal est que ces personnes parlent de vous, qu’elles vous permettent d’avancer et de progresser, » ajoute Frédérique Cintrat. «Objectif: lorsque vous vous positionnez pour un poste, faire en sorte qu’il y ait une convergence de voix en interne pour dire de vous : « elle est très bien. » »

Une sorte de jeu de go grandeur nature donc qui, plus que les compétences, dépend des appuis et relations : « Au-delà d’un certain niveau, la compétence compte peu. Si vous êtes là, c’est que forcément, vous êtes compétente. La différence se joue sur vos connaissances, en clair, sur votre réseau » assure de son côté Claire Léost. « Nous avons tendance à nous en rendre compte beaucoup trop tard. »

Le networking, nerf de la carrière

Ce fameux réseau… Omniprésent dès que l’on aborde le sujet de la réussite professionnelle. « En progressant dans la hiérarchie, on se rend souvent compte que ceux qui sont promus ont les bons réseaux en interne, » insiste Frédérique Cintrat, rappelant la nécessité, même en poste, de sortir, d’aller rencontrer d’autres professionnels, que ce soit dans le cadre d’événements réseau organisés par les écoles, les représentants de votre secteur d’activité ou des conférences en tous genre, « qui ne sont que des prétextes pour networker. » Et pour inciter les femmes à se rendre à ce type d’événements, tout en luttant contre le syndrome du verre de cocktail seule dans son coin, Frédérique Cintrat a fondé une start-up d’aide au réseautage Axielles.com : une plateforme numérique à destination des femmes actives leur permettant de se mettre d’accord pour aller à des événements à plusieurs.

@clairebauchart

 

Ils nous font confiance