Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Dirigeants, et si vous vous reconnectiez enfin à vos émotions ?

60% des dirigeants confessent ne pas être en phase avec la raison d’être de l’entreprise qu’ils dirigent. En découle un profond malaise sur lequel peu de patrons osent s’épancher, avec à la clef un état de burnout permanent mais aussi une difficulté à prendre de la hauteur pour mieux diriger leur société. Un mal-être que Florence Karras, fondatrice de CANOPSIA – une agence de « voyage intérieur » – tente de résoudre en les reconnectant à la nature. Explications.

A l’heure du zapping permanent, du tout technologie et de l’ultra-urbanisation, Florence Karras s’interroge. Les dirigeants ont-ils encore le temps de nourrir leur vision à long-terme ? Vers quel modèle sociétal s’achemine-t-on ? Que reste-t-il de notre rapport à la nature ? Ex Chief Digital Officer chez BNP Paribas, notre interlocutrice connaît bien le monde du CAC 40 et c’est justement à ses dirigeants qu’elle souhaite s’adresser. Avec CANOPSIA, elle entend les extraire quelques heures ou quelques jours d’un quotidien effréné pour les inviter à se reconnecter à leur moi-profond, et notamment à leurs émotions.

Des dirigeants vulnérables

« Aujourd’hui, la santé des dirigeants pose un réel problème : charge mentale, mal-être, tensions, burnout… les patrons souffrent souvent d’une grande solitude sans pour autant pouvoir l’avouer, ou alors à un cercle très restreint de collaborateurs. C’est pourquoi il faut leur donner un espace de ressourcement. Mais à l’heure actuelle, il faut attendre 2 mois pour obtenir 10 minutes dans l’agenda d’un dirigeant. Je pense pourtant qu’il est essentiel que les patrons puissent s’octroyer un moment pour eux afin d’être dans une nouvelle dynamique de créativité », lance Florence Karras.

La nature comme outil

Et cette dynamique, elle entend la générer grâce à son approche du « Pas de côté ». Son objectif ? Aider les dirigeants à appuyer sur le bouton Stop quand nombre d’entre eux ont peur de décrocher sous peine de ne plus jamais parvenir à se remettre en selle. Pour cela, Florence, qui vit en lisière de forêt depuis plus de 20 ans, les invite à s’immerger dans la nature, persuadée que celle-ci est un puissant outil pour nous reconnecter à nous-mêmes. Passionnée par le bio-mimétisme, elle nous explique qu’il existe d’innombrables analogies entre l’arbre et l’homme. « On peut parler de ses racines, de ses branches, de ses feuilles, de la manière dont il respire, de ses propres blessures… Un arbre forme aussi un tout avec un écosystème, et s’il a mal travaillé son ancrage, il peut facilement être déraciné lors d’une tempête. Et bien il en va de même pour l’homme. D’après moi, les dirigeants ne se connaissent pas suffisamment, ils ne sont pas assez ancrés ».  

Stop à la schizophrénie

Florence Karras concocte ainsi des menus à la carte avec des promenades dans la forêt pour réveiller les sens, des ateliers sur les rêves ou l’écriture, des classes de philosophie… Alors que la mode est au patron qui enchaîne les ultra-trails et marathons, l’accent est mis sur la lenteur et la non quête de performance. Des programmes sur une demi-journée ou plusieurs jours, seul ou en groupe, avec ou sans thématique de réflexion. L’idéal étant bien entendu d’inscrire ces rendez-vous de manière récurrente dans l’agenda des dirigeants, comme faisant partie intégrante de leur hygiène de vie. « La nature est un outil de reconnexion à soi mais aussi un espace d’inspiration car c’est un écosystème vivant. Son observation peut être précieuse pour transformer le fonctionnement de l’entreprise », ajoute-t-elle. Cela est d’autant plus essentiel que 61% des dirigeants confient ne pas être en phase avec l’entreprise qu’ils dirigent (voir source), alors qu’ils sont 64% à estimer que cette question est cruciale. Un exercice totalement schizophrénique qui abîme les patrons mais aussi les collaborateurs et même la société toute entière, les entreprises étant devenues des paquebots géants avec des capitaines naviguant à vue. De son côté, Florence Karras espère bien « ouvrir des fenêtres et éveiller les consciences ».

https://www.canopsia.com/

@Paojdo

Santé : 10 gestes à adopter pour rester en forme

Et vous alliez puiser votre créativité dans vos rêves ?

Sylvothérapie : quand les arbres guérissent les âmes

Ils nous font confiance