Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Changer de vie en 5 leçons

02.05.2018

Beaucoup aspirent à changer de vie mais comment prendre les bonnes décisions ? Se poser les bonnes questions avant de sauter le pas ? Phillipe Gabilliet, professeur de psychologie et de développement personnel à l’ESCP Europe, auteur de L’art de changer de vie en 5 leçons ( ed Saint Simon) nous livre ses conseils.

Que veut dire changer de vie ? Qu’est-ce que cela recouvre et implique pour l’individu ?

Changer de vie est une expérience humaine lors de laquelle un individu va – sous la pression d’événements externes ou de son propre chef – reconfigurer totalement son parcours, son écosystème et son devenir. Changer de vie, c’est introduire une bifurcation majeure dans sa vie telle qu’on la vivait jusque-là. On peut donc changer « quelque chose » dans sa vie (un lieu, une activité, une relation, une priorité) sans pour autant « changer de vie ». Ce dernier terme devrait être réservé à des situations où plusieurs éléments vont être modifiés en même temps, conduisant celui ou celle qui les vit à emprunter une trajectoire différente et donc modifier ce qui –souvent aux yeux des autres (famille,amis, collègues) – apparaissait comme le scénario en train de se jouer.

Quel doit être le moteur du changement de vie ?

Que le changement de vie soit subi ou volontaire, existe en fait deux dynamiques en perpétuel mouvement. Il y a tout d’abord une situation vécue comme insatisfaisante, inconfortable, toxique, absurde, ennuyeuse, etc. Mais changer de vie ne saurait se nourrir de refus exclusivement ; il faut aussi de l’envie, du désir, la projection dans un vécu autre, et donc dans une façon différente d’agir et d’interagir avec les autres. En fait, partant du principe qu’on ne peut pas – dans une vie humaine – ni tout changer ni tout choisir, c’est donc avec les quelques choses que l’on va néanmoins choisir de changer que l’on fera la différence. Changer de vie, c’est aussi optimiser sa réalité pour en faire une autre aventure.

Quels peuvent en être les freins ?

Il est vrai que la vie se laisse rarement changer facilement. Les résistances sont de deux ordres, souvent entremêlés d’ailleurs. Des résistances intérieures tout d’abord faites de peur, mais plus souvent encore de doute et d’hésitation, qui vont conduire à la procrastination : ma nouvelle vie reste rêvée, transformée en simple horizon mental, sorte de ligne imaginaire qui recule au fur et à mesure qu’on avance vers elle… Mais ces résistances intérieures sont presque toujours nourries par des résistances externes, faites de pression sociale de conformité ou de pression relationnelle d’engagement. Quiconque change de vie vient souvent perturber la zone de confort de celles et ceux qui l’entourent. C’est aussi la raison pour laquelle un changement de vie réussi implique souvent une part de négociation avec les autres.

Quel travail sur soi doit-on faire avant de changer de vie ?

Si on change de vie, c’est a priori pour aller mieux, parce qu’on aspire à une vie plus épanouissante, plus en phase avec soi-même. On ne peut donc échapper à une interrogation sur ses désirs. Je propose toujours aux candidats au changement de vie de se poser trois questions : 1) « Qui suis-en train de devenir si je ne change pas ? » ; 2) « De quoi – de quelles sensations et expériences – ai-je vraiment envie pour demain ? » ; et 3) « Avec qui aimerai-je les partager ? ». Ces trois interrogations permettent souvent de mieux aborder la transition que constitue un changement de vie majeur.

Vous donnez 10 idées pour changer de vie à la fin du livre. Y en a-t-il une qui vous apparait comme particulièrement primordiale ?

Par expérience, deux idées me semblent primordiales. La première idée, c’est qu’un changement de vie réussi, même s’il s’ancre dans un désir individuel de bifurcation et de différenciation, est presque toujours une création collective ; quand on décide de changer d’existence, les autres sont toujours concernés ou parties prenantes. La deuxième idée, c’est que changer de vie constitue toujours un défi adaptatif et créatif. Il va donc falloir continuer à apprendre des choses nouvelles, sachant qu’il n’est de meilleure voir pour apprendre que de désirer changer.

@veroniqueforge

Changer de vie en 5 leçons, Philippe Gabilliet ( Ed Saint Simon)

Ils nous font confiance