Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Augmentation salariale : les do’s and don’ts

10.04.2018
Augmentation salariale : les do’s and don’ts

La situation peut être d’autant plus angoissante que la fenêtre de tir est souvent étroite : demander une promotion ou une augmentation est un art qui requiert entraînement et réflexion. Petit tour d’horizons de techniques éprouvées.

Les don’ts :

 Salaire : demander trop ou pas assez

« Dans le cadre d’une négociation salariale, la chose à ne pas faire est de demander moins que ce que l’on souhaite, en se disant : « comme ça, je suis sûre d’obtenir une augmentation si mimine soit-elle. » Isabelle Aussant sait de quoi elle parle. Cette coach professionnelle est l’auteure de plusieurs livres traitant de divers aspects de la vie en entreprise. Pour elle, il convient surtout, lors d’une demande d’augmentation, « de connaître la valeur de son poste et d’avoir une idée de la situation financière de son entreprise. Si vous réclamez trop, vous risquez de paraître trop gourmande et déconnectée de la réalité de la situation. »

Dévaloriser un collègue

 Autre écueil à éviter : la comparaison avec ses collègues. « Vous comparer avec votre voisin d’open space pour justifier votre propre valeur est à proscrire, » commente Isabelle Aussant. Selon cette spécialiste, une telle technique ternit votre image. « En plus, il ne faut jamais parler des autres, en bien ou en mal, mais uniquement de vous. »

 Jouer le quitte ou double

Parmi les grands don’ts de la négociation : la menace. « Il faut éviter lors d’une conversation avec votre supérieur hiérarchique de lui faire comprendre que, s’il ne va pas dans votre sens, vous allez moins travailler, » détaille Isabelle Aussant. Donner le sentiment de quitter la table, une mauvaise technique donc, d’autant que vous pouvez, dans bien des cas, vous retrouver prise à votre propre piège : « dans une telle situation, votre interlocuteur peut également vous faire comprendre que la porte est grande ouverte. »

Les do’s :

 Préparer

 Réfléchir en amont au déroulé de votre négociation : incontournable. « Il faut absolument avoir dressé un bilan professionnel et évalué de manière rationnelle votre potentiel d’évolution au sein de votre société, » conseille Isabelle Aussant. Puis, bien sûr, prêtez une attention particulière à votre timing. « Le mieux est d’avoir un peu d’ancienneté dans l’entreprise, au moins un an. Ou de réclamer une augmentation à l’occasion d’un changement de poste ou après une mission réussie. » Et bien sûr, préparez vous à essuyez quelques critiques et essayez de gérer au mieux votre stress.

Etre à l’écoute

 « Un bon négociateur écoute deux fois plus qu’il ne parle », assure notre coach. Pour elle, lors d’une discussion déterminante pour votre avenir professionnel, il convient de ne pas se formaliser même lorsque les propos de votre interlocuteur peuvent s’assimiler à des ultimatums. « Vous devez toujours garder un certain recul. »

 L’art du compromis

« Enfin, ne perdez pas de vue qu’une négociation doit toujours être raisonnée. » En d’autres termes, pour qu’elle aboutisse, les deux partis doivent gagner. « Il faut arriver à un accord gagnant-gagnant. » A garder en tête donc: vous devez toujours envisager la solution du compromis, intégrer une marge de négociation à vos demandes.

@clairebauchart

Ils nous font confiance