Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Absentéisme au travail : le taux explose chez les Français

12.09.2018

Arrêts maladie courts ou prolongés, accidents du travail ou même absences injustifiées, le taux d’absentéisme au travail ne cesse d’augmenter en France depuis 2015.

Il grimpe, il grimpe le taux d’absentéisme en France et avec une régularité à faire frémir les employeurs. La 10ème édition du baromètre Ayming publiée ce jeudi 6 septembre annonce en effet un chiffre moyen de 17,2 jours d’absence par an par employé contre 16,6 en 2015 et 16,8 en 2016. Les corps de métiers pointés du doigt ? Le secteur hospitalier privé avec en moyenne 5,31% des salariés absents chaque jour et le commerce avec une moyenne de 4,86%.

Les femmes, plus touchées par l’absentéisme que les hommes…

…la faute à des troubles musculo-squelettiques dus à la nature de leurs postes et à des raisons domestiques. « Elles sont également plus en situation monoparentale que les hommes. Moins reposées, davantage exposées, leur santé est fragilisée et leur guérison, plus difficile » précise le rapport de l’étude. Avec un taux d’absentéisme de 5,30% elles creusent l’écart avec ces messieurs affichant une moyenne de 3,54%.

L’absentéisme, une affaire de seniors ?

Pas exactement ! Si le taux d’absentéisme des plus de 55 ans est en effet plus élevé, 7,1% contre 3,23% chez les moins de 30 ans, c’est en raison de la longueur des absences. 45% des arrêts chez les salariés de 55 et plus sont de longue durée, soit plus d’un mois d’arrêt. Les plus jeunes, eux, obtiennent un taux plus bas tout en accumulant des absences plus fréquentes mais pour des raisons moins graves, donc d’une durée plus courte !

Les différents motifs d’absentéisme

D’après une étude menée par Juritravail.com, le motif le plus récurrent serait « personnel » à 24% suivi par l’exigence du travail et la pression (14%), talonné par le manque de reconnaissance (13%) et enfin la rémunération (10%).

Voilà qui a de quoi faire réfléchir encore un peu plus sur l’importance du bien-être au travail et sur les stratégies managériales à adopter pour endiguer ce phénomène qui coûte chaque année près de 10 milliards d’euros à la Sécurité Sociale.

A lire que le même thème

> 1 femme sur 4 a déjà quitté son travail à cause de son manager

Ils nous font confiance