Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Et si vous alliez puiser votre créativité dans vos rêves ?

Même s’ils sont la plupart du temps totalement farfelus, les rêves nous fascinent depuis la nuit des temps… à raison ! Dans Vingt mille lieux sous les rêves (Laffont), le Dr Patrick Lemoine nous en révèle les potentialités inconnues parmi lesquelles une forme d’intuition et de créativité. Voici 10 choses que vous ne saviez sûrement pas sur les rêves.

  1. Le rêve est un état modifié de conscience

Au même titre que la transe, la méditation ou même l’expérience de mort imminente, le rêve, selon le Dr Lemoine, est un état modifié de conscience. C’est-à-dire que l’on n’est plus le soi que l’on est d’ordinaire, car notre cerveau fait appel à d’autres circuits neuronaux (il n’utilise plus les circuits liés à la raison).

  1. Nous rêvons même lorsque nous ne nous en souvenons pas

Vous êtes persuadée que vous ne rêvez pas ? Tant mieux pour vous, cela signifie que vous êtes une très bonne dormeuse. Car pour se souvenir d’un rêve, il faut se réveiller au moins 3 minutes pendant sa phase de sommeil paradoxal ou juste après. En règle générale, nous nous souvenons de nos rêves au petit matin, car la fin de la nuit correspond au cycle du sommeil paradoxal, celui durant lequel nous rêvons.

  1. Les animaux rêvent aussi

De nombreuses expériences ont démontré que les animaux rêvent aussi, du moins, tous les animaux à sang chaud à une exception près (l’échidné). Ces animaux sont capables de réguler leur température centrale, et donc de produire du sommeil paradoxal (la température du corps augmente durant cette phase qui survient en seconde partie de nuit).

  1. Nos rêves peuvent être influencés par des stimulis extérieurs

Lorsque nous dormons et que nous entendons par exemple la sonnerie de notre téléphone, il est fort probable que celle-ci surgisse d’abord dans notre rêve avant de nous réveiller. Il en va de même pour nos autres sens, comme l’odorat.

  1. Nous pouvons volontairement orienter nos rêves

Une partie de la population, « les rêveurs lucides » (environ 5% de la population, ainsi que les traumatisés sévères et ceux capables d’entrer en transe) savent qu’ils rêvent lorsqu’ils rêvent, ce qui leur permet parfois de modifier le scénario de leur songe. Mais avant d’acquérir ce super pouvoir, il faut beaucoup de patience et de travail.

  1. Nous pouvons nous soigner par le rêve lucide

Certaines personnes souffrant de syndrome post-traumatique peuvent se soigner à travers le rêve lucide. C’est en tout cas la conviction du Dr Lemoine qui utilise cette technique sur certains de ses patients. Pour ce faire, le médecin invite ses patients traumatisés à imaginer un scénario de bonne fin à un événement traumatique. Lorsque ces derniers rêveront de cet événement, ils pourront ainsi déployer leur scénario de bonne fin et parvenir à se débarrasser peu à peu de leurs souvenirs traumatiques.

  1. Les rêves récurrents ne sont pas insignifiants

On se demande parfois s’il faut prêter attention à un cauchemar ou même un rêve que l’on fait chaque nuit. D’après le Dr Lemoine, les rêves à forte portée symbolique servent à nous aider à résoudre un problème (contrairement à un rêve banal qui sert juste à nettoyer la mémoire). Pour les gourous, la réponse se trouvera dans le monde des esprits, pour les psychanalystes dans l’inconscient, et pour les neuroscientifiques dans les neurones affectifs.

  1. Les rêves prémonitoires ne le sont pas vraiment

D’après le Dr Lemoine, les rêves prémonitoires ont avant tout une explication statistique : nous ne nous souvenons que des rêves dont le scénario s’accomplit dans le réel (une fois sur un million !). En revanche, il peut aussi arriver que nous captions des signaux faibles dans le réel, comme ceux d’une maladie chez un proche, mais de façon inconsciente. Cela peut nous faire rêver ensuite de notre parent hospitalisé, fait qui parfois se confirmera le lendemain dans le réel.

  1. Il est plus efficace de réviser avant de dormir

Ce n’est pas un mythe, lorsque vous révisez juste avant de dormir, votre cerveau va travailler cette information pendant toute la nuit, et vous imprimerez mieux votre leçon. Mais attention, cela ne fonctionne que si vous ne vous couchez pas plus tard que d’habitude.

  1. De grandes découvertes ont été faites dans un rêve

Newton, Einstein ou même les Beatles, tous rapportent avoir eu un éclair de génie grâce à un rêve. Einstein explique ainsi avoir découvert la théorie de la relativité grâce à un rêve. « Il était sur une luge descendant une pente raide et enneigée, et lorsqu’il approchait la vitesse de la lumière dans son rêve, toutes les couleurs se mélangeaient en une seule. Il a passé une grande partie de sa carrière, inspiré par ce rêve, à se demander ce qui se passait quand on approchait la vitesse de la lumière », a rapporté John W. Price dans une interview avec John H. Lienhard, professeur émérite en génie mécanique et en l’histoire à l’Université de Houston.  D’après le Dr Lemoine, une certaine créativité pourrait en effet émerger de nos rêves car lorsque nous dormons, le siège de la raison se met en veille pour laisser place à des associations insolites, et parfois géniales. Einstein disait que s’il a fait de grandes découvertes, c’est parce qu’à l’âge de 20 ans, il se posait les questions d’un enfant de 4 ans !

@Paojdo

A ne pas manquer :

>Vivez quantique pour découvrir votre infini potentiel

>Apprenez à écouter votre sixième sens, l’intuition

>Comment transformer votre ultra-sensibilité en atout au travail ?

Ils nous font confiance