Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

1 homme sur 3 démissionnerait en cas d’inégalité salariale homme/femme

04.04.2019

Ce mardi 3 avril est parue l’étude annuelle d’ADP (Automatic Data Processing) « The Workforce View in Europe 2019 » et ce sont 10 585 salariés européens qui ont été interrogés sur leur sentiment à l’égard de leur environnement professionnel et plus particulièrement sur l’égalité salariale homme/femme. Le résultat ? Plus d’un quart des participants a déclaré estimer qu’un signalement des écarts de rémunération devrait être mis en place au sein de leur organisation.

Les Italiens : les Européens les plus sensibles à la parité au travail

La tendance est à la rébellion chez les Européens ! L’étude révèle en effet que 60% des interrogés affirment qu’ils envisageraient de rechercher un emploi ailleurs s’ils avaient connaissance de ce type de pratique inégalitaire au sein de leur entreprise. Pour les Italiens tout particulièrement la tolérance à l’égard de ces inégalités semble se réduire sérieusement puisqu’ils sont 73% à s’avouer capables de quitter leur job s’ils constataient un écart de salaire injuste entre hommes et femmes. Les salariés Britanniques et Espagnols les suivent de près (68%) quand les Français, eux ne sont que 46% à oser mettre leur emploi en jeu. Les moins concernés ? Les Néerlandais qui ne sont pas plus de 11% à envisager même la simple possibilité de signaler les écarts salariaux dans leur entreprise.

Hommes et femmes (presque) sur la même longueur d’onde

D’après les résultats de l’étude, sur les 30% de salariés français estimant que les écarts de salaires entre les sexes devraient être dénoncés, on compte pas moins d’une femme sur deux et d’un homme sur trois se déclarant tout à fait prêts à rechercher un autre emploi s’ils découvraient des inégalités salariales au sein de leur entreprise.

Les Millenials se rebiffent !

Des quatre générations représentées dans ce panel, les Millennials (population née entre 1980 et 1999) sont de loin les plus hostiles à l’inégalité salariale entre hommes et femmes. Les 25-34 ans sont plus d’un tiers à juger qu’il est impératif de dénoncer de telles inégalités au sein de leur entreprise, allant pour 67% d’entre eux à déclarer se sentir capables de quitter leur job s’ils étaient mis au courant de telles discriminations de la part de leur employeur.

> Comment les français perçoivent le travail dans 20 ans ?

> Carrière : deux femmes cadres sur trois se sentent pénalisées au travail

Ils nous font confiance