Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Le Frigo Jaune, la solution anti-gaspi pour les entreprises

A 40 ans, Laurence Kerjean a lâché un poste confortable chez l’Oréal pour monter Le Frigo Jaune, une start-up qui permet de redistribuer gratuitement aux employés les invendus des restaurants d’entreprise.

En France, le gaspillage alimentaire représente 20 kg par an et par habitant. Si 42% de ce gaspillage proviendrait des ménages d’après la Commission Européenne, la restauration collective a elle-aussi sa part de responsabilité. En moyenne, on estime que 30 à 40% des produits du repas se retrouvent à la poubelle. Dans le même temps, 4 millions de personnes ne mangent pas à leur faim dans l’hexagone.

Face à ce défi, Laurence Kerjean a lancé depuis novembre 2016 la start-up Le Frigo Jaune. Trônant au milieu des locaux des sociétés, ce frigo permet de récupérer les invendus des restaurants d’entreprise afin de les donner gratuitement aux salariés qui pourront les garder pour leur propre consommation, ou en faire profiter des sans-abris. Une solution innovante puisque les restaurants n’ont pas le droit de donner leurs invendus aux particuliers, en raison de la loi HACCP relative à l’hygiène dans la restauration collective. Ainsi, le Frigo Jaune joue le rôle d’intermédiaire dans ce processus.

« J’avais précédemment fondé la société Meet Ze Chef, qui proposait une solution anti-gaspillage alimentaire, mais en C to C. C’est lors d’un hackathon organisé par Orange que nous avons fait pivoter le projet vers un modèle B to B. Sans vouloir devenir Mark Zuckerberg, nous avions besoin de mettre au point un modèle plus pérenne et rentable », explique la fondatrice.

Une solution RSE pour les entreprises

L’ambition de la start-up ? S’appuyer sur les nouvelles réglementations en matière de politique RSE des entreprises (responsabilité sociale et environnementale), et proposer un modèle clés en main. En effet, les entreprises doivent désormais indiquer dans leur rapport annuel extra-financier ce qu’elles mettent en œuvre contre le gaspillage alimentaire, et ce qu’elles réalisent en faveur de l’économie circulaire. « Les entreprises sont preneuses de solutions, mais il n’est pas toujours évident pour elles de les mettre en œuvre, et encore moins de mesurer les résultats », poursuit Laurence Kerjean.

Le Frigo Jaune propose ainsi une solution F.a.a.S, “fridge as a service”. En clair, via un abonnement mensuel (environ 1800€/mois), la start-up se charge de gérer le dépôt et le retrait des produits, de fournir des « doggy bags », et de prévenir les salariés lorsque le frigo est rempli grâce à une application qui envoie des pushs. Les salariés indiquent ensuite ce qu’ils ont retiré (plat, dessert etc), ce qui permet de mettre à jour les quantités restantes. C’est aussi la start-up qui nettoie le frigo et distribue les dernières portions restantes si tout n’est pas parti à 18H.

 17 kg de nourriture sauvés en un mois sur un site de 100 personnes

La jeune entreprise connaît déjà un certain succès. Elle s’est installée dans les locaux d’aufeminin.com (qui abrite le site marmiton.org), son premier client. « Sur le premier mois, nous avons sauvé 17 kg de nourriture, soit 38 doggy bags par semaine sur un site d’à peine plus d’une centaine de personnes », se réjouit Laurence Kerjean. Actuellement, elle est en négociation avec de nombreuses entreprises du CAC 40 et du SBF 120. « Nous avons notamment été exposés lors de la JFD (journée de la femme digitale) en mars dernier, ce qui nous a donné une certaine visibilité. Notre projet est vecteur de sens et créateur de liens, ce qui plaît. Mais cela n’est pas non plus évident car nous venons disrupter les habitudes dans la restauration collective », explique-t-elle.

Pour l’heure, Le Frigo Jaune n’a pas encore levé de fonds. En juin, la société prévoit un petit événement : une campagne de Love Money et l’intervention de Business Angels avec un objectif de 450 000€. « Nous ne sommes pas une entreprise qui a besoin d’énormément d’investissements, car nous avons la chance d’avoir déjà des clients existants. Nous aurons des besoins plus importants lorsque nous mettrons en place notre frigo 100% connecté », affirme Laurence Kerjean.

« Ne vous lancez pas qu’à moitié »

Formée à Sciences Po, cette maman de trois enfants a consacré son mémoire de fin d’études aux associations et au monde caritatif. « Je suis longtemps restée auprès des Restos du cœur et suis donc très sensible à cette thématique », confie-t-elle. Et d’ajouter : « Le Frigo Jaune est un projet qui a du sens pour moi et mon équipe, et qui permet de dire qu’il n’y a pas d’antinomie entre l’économie de marché et l’économie de partage ».

C’est après une rupture conventionnelle en septembre 2016 qu’elle lâche son poste chez l’Oréal pour se lancer dans le grand bain. Une prise de risques qu’elle ne regrette pas : « je pense que les vraies barrières, ce sont nos peurs irrationnelles. Personnellement, j’ai un crédit immobilier, trois enfants, et pas de famille pour me soutenir financièrement en cas d’échec. Mais selon moi, c’est déjà une réussite d’essayer ! », affirme-t-elle. Son petit conseil à toutes nos lectrices ? « Ne vous lancez pas qu’à moitié. Pour que votre projet fonctionne, vous devez y mettre tout votre temps et votre énergie ».

@Paojdo

 

 

Ils nous font confiance