Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Un esprit apaisé est un esprit clair et créatif.

16.03.2017

Etre attentif à l’instant présent, porter un regard bienveillant sur soi, ne pas jouer un rôle mais être dans sa vérité…Découvrez les conseils d’Aurélia Lanson-Villat pour être en paix avec soi-même.

Parfois on peut avoir le sentiment que sa vie nous échappe, on passe son temps à courir d’un endroit à un autre, à honorer ses engagements et toutes nos obligations. Arrivée à un rendez-vous, on pense déjà au prochain. On est ailleurs.

Dans notre tête on pense régulièrement à cet ailleurs. Il nous sert d’échappatoire au moment présent quand celui-ci ne correspond pas à nos envies profondes. C’est ainsi que l’on peut se surprendre à courir pour combler ce que l’on pense être un vide intérieur. On court d’autant plus qu’être « occupée » pourrait être un statut social, plus on est occupée, mieux c’est. Pourtant ce vide est rempli, simplement on l’ignore. On n’ose pas tourner notre regard vers lui de peur de ce qu’il pourrait nous dire. Il suffit pourtant de quelques instants, prendre le temps d’observer ses journées, pour aller vers davantage d’apaisement, voir même de sérénité. La vie n’est rien de plus qu’une journée après l’autre, alors autant prendre le temps de choisir sa vie.

Faites une pause quelques minutes et observez. Aidez-vous d’un tableau, et pour cela dessinez deux colonnes. Dans la première colonne, inscrivez toutes les choses que vous avez faites la semaine dernière, et que vous n’aviez pas envie de faire. Dans la seconde, écrivez pourquoi vous les avez faites alors que vous n’en aviez pas envie. Arrêtez-vous quelques instants pour observer, et découvrez les thèmes qui émergent dans votre vie. Faites ça avec humour et bienveillance, ne vous jugez pas, ne vous culpabilisez surtout pas !

Il y a quelques années, lors d’une journée d’initiation à la méditation de pleine conscience, le thème portait sur la « parole consciente »: être le plus attentif possible au moment où l’on parle, et à notre intention derrière ce que nous disons. Peu de temps après, lors d’une soirée, je m’entretenais avec différentes personnes lorsque je devins réellement attentive à ce que je disais. Je réalisais que je frimais, je ne parlais pas à ces gens, je leurs vantais mes mérites ! Je me mis à rire de moi intérieurement, et contre toute attente cela m’a procuré beaucoup de joie. Ce jour-là j’ai découvert combien il était merveilleux et productif de rire de soi, plutôt qu’être constamment en train de se juger. On a tendance à mal se parler, on se traite d’idiote ou pire encore, des vingtaines de fois par jour. On pense que cela ne compte pas, qu’on entend pas. Pourtant notre être tout entier écoute, il se remplit chaque jour de tous ces mots. Sans nous en rendre compte, ils diminuent notre confiance en nous, atteignant en profondeur l’estime que nous avons de nous-même. La tension entre ce que nous sommes aujourd’hui et ce que nous voudrions être perdure, alimentant ce qui nous fait le plus de mal: ne pas nous accepter comme nous sommes. Nous attendons d’être mieux, plus mince, plus riche, un meilleur poste, pour nous aimer. Pourquoi attendre ?

On sait aujourd’hui qu’un esprit apaisé, est un esprit plus clair et créatif, qualités essentielles pour une vie professionnelle et personnelle riche et épanouissante. Quand vous dessinerez ce tableau, faites-le en conscience que les moments de pause que vous vous offrez, vous permettent d’accéder au meilleur de vous-même. Vous pouvez aussi prendre 2 minutes chaque matin, pour observer votre respiration: sur le bord du lit, observez le début de chacune de vos inspirations, jusqu’à la fin de chacune de vos expirations. Fixez-vous au choix sur un endroit: le ventre, ou les poumons, ou le nez, observez l’air qui rentre par une narine, et l’air qui sort par l’autre narine. N’essayez pas de vous détendre, de réussir quelque chose, soyez simplement présente à ce que vos faites. A la fin de la semaine, que remarquez-vous de différent ?

Ils nous font confiance