Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Les secrets d’une ambition réussie selon l’entrepreneure Sandra Le Grand

22.11.2016

Sandra Le Grand est une entrepreneure qui a débuté sa carrière chez Coca-Cola avant de lancer CANALCE devenu Kalidea qu’elle a revendu en 2016. Au cours de ces années, Elle n’a cessé de transmettre sa passion d’entrepreneure. Dans son livre #Ambition, elle nous donne avec Evelyne Platnic-Cohen, son mode d’emploi pour oser être ambitieuse !

Pourquoi un livre sur l’ambition ?

Pour une raison assez simple : quand on dit de quelqu’un que c’est un ambitieux ou une ambitieuse, c’est une petite critique sournoise et quand on dit de quelqu’un qu’il n’a aucune ambition, c’est une vraie critique. Et donc avec Evelyne Platnic-Cohen, nous avons voulu redonner ses lettres de noblesse à ce terme qui porte l’audace, les projets. Nous avons voulu faire un livre très Plug and Play : comment arrive t-on à construire son ambition et à la développer.

Mais l’ambition féminine est souvent un tabou ? 

Oui c’est un tabou ! En fait, nous partons du principe que chacun a son ambition car nous pouvons avoir une ambition professionnelle mais aussi pour sa famille, pour son sport, pour son art… Une ambition multi-facettes et surtout les femmes créent parfois des sociétés qui sont un peu petites, qui n’ont quelques salariés. Elles ont du mal à passer à l’étape de croissance. Chez les femmes, c’est peut-être un excès de rigueur, trop de prudence peut-être qui fait qu’on ne veut pas trop prendre de risques, mettre en danger sa famille ou son organisation et parfois du coup on manque un  petit peu de ce goût du risque, de cette audace pour aller chercher de la croissance et donc créer des ambitions un peu plus grandes que celles que l’on avait au départ.

prem_couv_ambition_def

Comment oser être ambitieuse, comment met-on cela en musique, quelles sont les étapes ?

Tout d’abord il faut avoir une vision. Nous avons interviewé 15 personnalités et il y a vraiment cette idée d’aller au bout de son rêve. Et il faut voir après comment on y va. Il y a des étapes. L’ambition se construit pas à pas pour se redonner de l’énergie et arriver jusqu’au bout. C’est de la méthode, c’est de l’envie et il faut savoir s’entourer.

La passion est un des points clés, s’il n’y a pas de passion on arrive pas à grand chose ?

Absolument, on commence avec la passion et on finit avec le plaisir parce que si on a pas cela cela ne dure pas. Il ne faut pas aller contre ses valeurs, contre son plaisir, contre sa passion.

L’entourage joue un rôle central dans l’ambition, de qui faut-il s’entourer et de qui faut-il ne pas s’entourer ?

Il faut savoir s’entourer de gens positifs, de gens énergiques, de gens qui vous veulent du bien et qui vous soutiennent. Le premier à vous soutenir c’est votre conjoint ou compagnon parce que c’est tout de même un projet de vie. Après il y a les amis, les proches, les relations de travail ou amicales qui sont là pour vous soutenir. On a besoin d’avoir un soutien permanent de gens qui croient en vous. Il faut éliminer ceux qui sont négatifs, qui vous expliquent toujours pourquoi vous n’allez pas y arriver, pourquoi c’est dangereux et nous faire culpabiliser.

Quand il y a deux ambitions dans un couple cela se passe comment ?

Avoir deux ambitions, cela ne doit pas poser de problèmes, il faut s’organiser. En revanche, c’est difficile d’être deux entrepreneurs parce qu’entreprendre, c’est tout de même un risque financier d’abord et je milite pour que si la femme entreprend, l’homme reste dans un poste un peu plus sécurisé et si l’homme entreprend, la femme reste dans un poste plus sûr.

Il est beaucoup question du networking dans le livre, il faut rencontrer des gens ?

Je crois beaucoup aux rencontres et d’ailleurs on est stimulé par des gens qu’on écoute, des figures qu’on admire, des discours qui nous interpellent. Les réseaux sont un lieu très important quand on a une ambition et qu’on est entrepreneur ou cadre dans un groupe. On se compare et donc on se rassure et on fait aussi passer les astuces, on trouve les bons partenaires, les bons clients, les bons investisseurs…On gagne du temps, on va plus vite. Et quand on entreprend notamment on a besoin de ne pas rester isolé. Il faut commencer jeune et conserver cette habitude tout au long de son parcours.

Une ambition pour qu’elle réussise doit aussi avoir une dimension mentoring, comment trouve t-on son mentor ?

Le mentoring c’est un cran de plus que le réseau, c’est une personne qui essaie de faire passer un peu plus d’expertise. Je pense que c’est important d’être mentoré, cela fait gagner du temps, cela nous sort la tête du guidon car on est souvent très opérationnel quand on travaille, cela permet d’éviter quelques erreurs mais encore faut-il trouver le bon mentor. Il faut aller les chercher.

Vous évoquez un changement dans la définition de l’ambition à l’heure d’Uber et de blablacar, il n’y aurait plus d’ambition personnelle ?

IL faut distinguer ambition personnelle et ambition individuelle, individualiste. Je crois à l’ambition qui est plutôt partagée, généreuse, la co-ambition car je pense que nous sommes plus forts à plusieurs. Nous ne sommes plus dans l’ambition des années 70-80 avec ce côté très individualiste, je marche sur les autres. Aujourd’hui, les ambitions sont plus partagées.

Vous êtes entrepreneure, quel est le conseil ultime que vous donneriez en tant qu’entrepreneur? 

La plus grande qualité, c’est l’envie donc si on a envie on arrivera à beaucoup de choses, après il y a l’idée et évidemment l’exécution. Le mieux c’est d’avoir les trois alignés. Il y a aujourd’hui, près de 19 millions de français qui veulent créer ou reprendre une entreprise. Il y a donc une envie de créer de développer, d’avoir son ambition à porter pour son entreprise.

@veroniqueforge

Ils nous font confiance