Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Les nouvelles figures du féminisme

06.02.2017

Elles appartiennent à génération Y mais ne font pas partie des 39% des Français, hommes ou femmes, considérant le féminisme comme étant dépassé (Ipsos, 2014). Au contraire, ces jeunes femmes donnent de la voix, chacune à leur niveau, pour défendre nos droits.

Chiara Condi

Entreprendre pour mieux se reconstruire. Tel pourrait être le moto de Chiara Condi, à la tête de l’association Led By HER, visant à encourager les femmes victimes de violences à entreprendre.Dans le cadre d’un projet d’investissement, ma première expérience professionnelle à la banque BERD m’a sensibilisée aux sujets des inégalités liées au genre et des violences,” explique cette diplômée de Sciences Po Paris.  “Cela m’a donné envie d’agir à ma propre façon.” Comment? En mettant sur pied une structure pour encourager l’entrepreneuriat des femmes vulnérables et leur proposer une formation adéquate. “Nous accompagnons 30 femmes par an, et mettons des ressources à leur disposition sur 3 ans,” détaille Chiara Condi, qui s’est lancée dans cette aventure en 2015. “Par exemple, elles peuvent assister aux ateliers que nous offrons dans notre espace de coworking ou bénéficier de l’accompagnement d’un mentor.La jeune femme se défend pour autant d’évangéliser l’entrepreneuriat: “je suis la première à considérer cette activité si difficile que l’on ne doit se lancer qu’à condition d’être incapable d’imaginer faire autre chose.” Néanmoins, on doit le favoriser, en particulier chez les femmes qui restent une minorité à tenter l’aventure.” Et pour celles ayant traversé des épisodes douloureux, monter un projet qui leur est propre permet “de compléter ce parcours de reconstruction par l’indépendance, l’autonomie et l’auto-réalisation,” assure Chiara Condi. Et de citer une phrase qui la stimule, signée Gandhi: “si la non-violence est la loi de l’humanité, l’avenir appartient aux femmes.

Emma Watson

“J’ai commencé à m’interroger à propos des préjugés sur les sexes il y a très longtemps. J’y ai pensé à 8 ans, quand on m’a dit que j’étais autoritaire, parce que je voulais diriger les pièces que mes camarades et moi montions pour nos parents. En septembre 2014, Emma Watson s’exprime en ces termes à la tribune de l’ONU, devant un parterre de sept cent personnalités.  Plus jeune Ambassadrice de bonne volonté depuis la création de l’organisation internationale, la comédienne, par ses mots bien trouvés, s’est hissée au rang des nouveaux visages emblématiques du féminisme: “Puis à 15 ans, quand mes amies ont quitté les équipes sportives qu’elles adoraient parce qu’elles ne voulaient pas devenir trop musclées. (…) J’ai décidé que j’étais féministe. Pour moi, ça allait de soi.” Un discours bien ciselé et inspirant qui lance HeForShe, campagne pour l’égalité des sexes imaginée par l’ONU femmes. Depuis d’autres personnalités ont soutenu publiquement le mouvement, parmi lesquelles Matt Damon et Michelle Obama.

Rebecca Amsellem

J’aimerais réinventer une définition du féminisme qui convienne à davantage de femmes.” C’est l’un des objectifs que s’est fixée Rebecca Amsellem. En octobre 2015, cette docteure en économie crée “Les Glorieuses”, une newsletter ayant  vocation à “réinventer l’information sur les femmes.” Empowerment, politique, santé, la plateforme décline les thématiques sous forme d’articles envoyés tous les mercredis aux abonnées. Et le concept semble porteur: “40.000 femmes reçoivent ce bulletin d’informations hebdomadaire“, se félicite Rebecca Amsellem. Un succès qui la pousse  à varier les plaisirs. A l’aube de l’élection présidentielle, la jeune femme vient de lancer “les femmes ont le pouvoir”: “un mouvement politique, non rattaché à un parti, visant à favoriser la transparence des informations sur les candidats à l’Elysée.” “Le nouveau Président de la première puissance économique mondiale est misogyne,” explique Rebecca Amsellem sur son site.  “La bonne nouvelle ? C’est que nous avons la solution.  Echangeons, débattons avec des personnes qui n’ont pas les mêmes avis que nous pour créer ensemble un avenir possible.” Un engagement aussi féministe, que volontaire, catalysé par un contexte où les droits de femmes semblent par endroits de plus en plus remis en cause. De fait, lorsque l’on demande à Rebecca Amsellem quelle citation lui parle le plus, elle répond par cette phrase de l’écrivaine américaine Erica Jong: “J’ai un principe dans la vie : si j’ai peur de quelque chose il faut que je le fasse“.

Lena Dunham

“Le féminisme ne signifie pas que les femmes vont prendre le pouvoir partout sur la planète et castrer les hommes.” Son franc parler est certain, son succès également. En cinq ans à peine, Lena Dunham s’est faite la porte-voix d’une génération de jeunes femmes à travers la série Girls, dont elle est la créatrice. Le pitch? Quatre copines dans le Manhattan d’aujourd’hui qui traversent toutes les galères des jeunes actives…. et les perpétuels questionnements existentiels qui transcendent beaucoup d’entre nous: comment surmonter ses angoisses, jusqu’à quel âge poursuivre ses rêves etc. Des protagonistes qui cherchent désespérément à donner un sens à leur vie, tout en dépoussiérant les codes féminins. Pour les quatre héroïnes, le mariage ne constitue en rien un aboutissement nécessaire. De quoi faire un beau pied de nez à d’autres succès mettant en scène des femmes de notre temps, comme Sex in the City ou encore Bridget Jones. Car même l’éternelle célibataire anglaise finit par endosser la robe blanche!

Gillian Anderson

Connue et récompensée pour son interprétation de Dana Sully dans la série télévisée X-files, Gillian Anderson sait aussi prendre la plume pour tendre la main aux jeunes femmes. Dans un livre sorti en 2016, “We: a manifesto for women everywhere”, co-écrit avec la journaliste Jennifer Nadel, la comédienne s’adresse aux vingtenaires, mais aussi aux adolescentes, pour les aider à contrer leur manque de confiance en elles.Je ne cesse de rencontrer des jeunes femmes qui ont une mauvaise image d’elles-mêmes. J’avais envie d’écrire pour les aider à sortir de cette spirale négative.” Le livre de l’actrice et de la journaliste se structure autour de neuf piliers parmi lesquels le courage, le fait d’accepter les situations telles qu’elles sont, ou encore la confiance accordée aux autres.

@clairebauchart

Ils nous font confiance