Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Le hygge : leçon de bonheur à la danoise !

30.05.2017

De la floraison de livres sur le sujet à l’émergence de boutiques dédiées telles que Nordkraft, à Paris, l’art de vivre danois n’en finit plus de s’exporter. Décryptage d’une philosophie dans laquelle puiser des recettes simples pour cultiver le bonheur au quotidien.

En 2016, le Rapport mondial sur le bonheur, commandité par l’ONU, sacrait les Danois peuple le plus heureux de la planète. Pour Meik Wiking, président de l’Institut de recherche sur le bonheur de Copenhague, think tank consacré à la qualité de vie, les raisons de ce bien-être envié sont à chercher du côté de l’État providence qui, malgré ses imperfections, tend à atténuer les inquiétudes de ses concitoyens. Mais alors, comment expliquer que le pays devance régulièrement ses voisins nordiques, qui figurent en bonne place dans les classements sur le bonheur et se distinguent eux aussi par un niveau élevé de protection sociale ? La réponse tient en deux syllabes : hygge (prononcez « hou-ga »), la philosophie de vie nationale, à laquelle Meik Wiking a consacré un ouvrage, Le livre du hygge.

Le hygge, quèsaco ?

Si le nom vient d’un terme norvégien signifiant « bien-être », le hygge s’est imposé comme un élément constitutif de l’identité culturelle danoise. À tel point que le mot, qui existe également sous forme verbale et adjectivale, colonise les discussions quotidiennes et se décline à l’infini, des hyggesokker (chaussettes) au kaffehygge (café). « Nous ressentons le besoin d’évaluer le caractère hyggelig de toute chose, tout le temps », analyse Meik Wiking. Depuis peu, le concept a franchi les frontières du pays, suscitant une curiosité et un engouement croissants à travers le monde. En témoignent la prolifération d’ouvrages publiés sur le sujet, l’ouverture de salons de thé et magasins de déco dédiés ou encore l’introduction de cours sur le hygge dans des établissements tels que le Morley College, à Londres. Mais qu’est-ce que le hygge ? Selon Meik Wiking, « le hygge parle d’ambiance et d’expérience, plutôt que de choses tangibles : c’est être avec les personnes que l’on aime. Le sentiment d’être à sa place, comme à la maison. La sensation d’être en sécurité, protégé du monde extérieur, et de pouvoir enfin baisser la garde. » Ce concept, qui peut sembler abstrait, repose néanmoins sur de grands principes.

Chaleur

Soumis à une météo peu clémente et à un important manque d’ensoleillement une partie de l’année, les Danois compensent en se bâtissant des refuges chaleureux, dans les lieux de sociabilité comme au sein des foyers. Fous de décoration intérieure, les habitants du royaume, qui jouissent des espaces de vie les plus grands d’Europe (51 m2 par résident), cassent régulièrement leur tirelire pour s’offrir les plus belles créations du prestigieux design local, mariant élégance et fonctionnalité. Sont convoqués des objets en bois, en céramique, des peaux de bêtes et autres éléments rappelant la nature, des coussins, des plaids… Et, surtout, des lampes disposées avec soin pour propager une lumière chaude, douce et diffuse, à laquelle se mêle le crépitement des bougies, indispensables au hygge. Pour preuve, avec environ 6 kilos de cire brûlés par an et par habitant, le Danemark détient le record européen de consommation de bougies. Si le hygge s’épanouit également en été, au fil de pique-niques ou de barbecues ensoleillés, les Danois n’aiment rien tant que s’emmitoufler dans une couverture pour bouquiner en sirotant une boisson chaude – autre élément incontournable – ou un verre de vin, lovés dans leur hyggekrog, le petit nid douillet de la maison.

Convivialité

Pour autant, le hygge se pratique majoritairement en famille ou entre amis. Alors que la qualité et la profondeur de nos relations sociales influent directement sur notre bonheur, les Danois bénéficient d’un terreau favorable pour leur épanouissement, grâce à un excellent équilibre entre activité professionnelle et vie privée. En quittant leur travail à 17h, ils disposent d’un temps précieux pour jouer avec leurs enfants ou préparer à dîner pour leurs amis. Mieux encore, ils adorent se retrouver pour cuisiner ensemble, les valeurs d’égalité et de partage étant au centre du hygge. Dans la culture danoise, il est d’ailleurs mal vu d’étaler ses succès et de chercher à accaparer l’attention… Plongé dans un environnement décontracté et apaisant, entouré de personnes bienveillantes dont on a choisi la compagnie, on peut ainsi se laisser aller à être soi-même, tout en savourant un moment d’harmonie. « L’art du hygge est également celui d’étendre sa propre zone de confort pour y inclure d’autres personnes », écrit Meik Wiking.

Plaisir

Boire et manger font partie des piliers du hygge. Aussi, les plaisirs du palais s’invitent au menu de tous les rassemblements familiaux et amicaux. Il s’agit de rompre, temporairement et sans culpabilité, avec les impératifs d’une vie saine, et de s’octroyer des pauses gourmandes. On l’a vu, les Danois raffolent des boissons chaudes (ils sont les 4e buveurs de café au monde), mais ils vouent aussi un culte aux friandises et pâtisseries. Et si la salade sans vinaigrette est proscrite du hygge, il en est de même des mets trop raffinés comme le caviar et le champagne. Simples et réconfortants, les plats sont concoctés avec amour et patience, dans une démarche où la préparation compte autant que la dégustation : une confiture faite maison aura plus de valeur qu’un pot acheté dans le commerce, notamment parce que chaque cuillère fera ressurgir le souvenir de la cueillette et de l’odeur des fruits cuits…

Lenteur 

« La vie simple, lente et rustique est le plus court chemin vers le hygge », affirme Meik Wiking. La randonnée à plusieurs, activité calme et au contact de la nature, apparaît dès lors comme un must du hygge en plein air. Dans l’état d’esprit danois, qui rappelle par certains aspects le mouvement slow, il importe en effet de prendre du temps pour soi, de s’affranchir du rythme infernal que nous imposent nos vies connectées, en commençant par oublier provisoirement nos téléphones portables. Car pour apprécier les plaisirs simples qui se présentent, encore faut-il être dans l’instant présent, attentif à son environnement, à l’ambiance qui s’en dégage et aux personnes qui nous entourent. « Le hygge nous donne les mots, l’objectif et les méthodes pour prévoir et préserver le bonheur – et pour en vivre un peu chaque jour », conclut Meik Wiking. Si nous expérimentons tous des moments qui s’apparentent à du hygge, il ne tient qu’à nous d’en faire, comme les Danois, une quête permanente.

@manondampierre

 

 

Le livre du hygge – Mieux vivre : la méthode danoise de Meik Wiking
First Editions
288 pages
14,95 €

 

Nordkraft
20 Rue Lucien Sampaix
75010 Paris

Ils nous font confiance