Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

J’ai testé le NIA, la danse qui libère l’âme

A la frontière entre la danse, le yoga et les arts martiaux, le NIA est une technique importée des Etats-Unis. Véritable ode à la liberté et au mouvement, cette pratique encore confidentielle en France gagnerait pourtant à être connue.

Un peu d’histoire

Bien avant que n’éclosent les techniques de fusion type Body Balance ou Body Combat, le NIA voyait le jour sur la côte californienne à la fin des années 70. A l’origine : Debbie et Carlos Rosas, respectivement professeurs d’aérobic et de tennis. Partant du constat qu’enseignants et élèves s’ennuyaient voire se blessaient pendant les cours de fitness, tous deux ont travaillé à une technique qui rendrait les mouvements plus fluides et moins robotiques. C’est tout d’abord par les arts martiaux (aïkido, taekwondo, tai-chi) que les fondateurs ont exploré le mouvement, puis ils se sont inspirés d’autres pratiques, comme la danse d’Isadora Duncan, le contemporain, le jazz, et les techniques d’alignement du corps à l’instar des techniques Alexander et Feldenkrais, et enfin du yoga. Au total, les cours proposent 52 mouvements issus de ces 9 disciplines. Les chorégraphies changent toutes les 6 semaines.

« Chaque mouvement est une danse »

Plus qu’un simple cours de fitness, le NIA, qui signifie « Now I am », est une pratique holistique. Il nous invite à être à l’écoute de nos émotions et de nos sensations (flexibilité, agilité, mobilité, stabilité et force), et joue sur la capacité d’homéostasie du corps. C’est une activité qui se pratique dans la joie et le plaisir de bouger son corps tout en étant porté par l’émulation du groupe. Des études ont prouvé que le NIA permettait de secréter de l’ocytocine, la fameuse hormone du bien-être, mais aussi de l’amour ! « Chaque mouvement est une danse », nous explique Magali Romano, qui a importé le NIA à Lyon après l’avoir découvert en Angleterre où elle a vécu 15 ans. Les cours se pratiquent pieds nus et se composent de 9 à 10 enchaînements chorégraphiés durant 60 minutes (échauffement, augmentation du rythme cardiaque et travail musculaire, retour au calme et étirements). Le professeur guide ses élèves, mais de nombreuses plages de danse libre sont également proposées aux élèves qui peuvent laisser libre cours à leur ressenti et leurs envies du moment.

« Apprendre à se connaître par le mouvement »

L’objectif du NIA est que chacun, peu importe son poids, son âge ou son passé sportif, puisse « apprendre à se connaître par la prise de conscience corporelle via le mouvement » poursuit Magali. « L’approche du NIA est très douce, chacun y met l’intensité qu’il désire en jouant sur l’amplitude des mouvements notamment », renchérit Thomas Romano, le frère de Magali, également enseignant à Lyon. Le NIA permet de s’initier très facilement à la danse, grâce à des mouvements simples et des chorégraphies très accessibles, sans pour autant que le cours semble répétitif. Tout comme dans les arts martiaux, le NIA offre un chemin initiatique de la ceinture blanche à la ceinture noire. « C’est une vraie fusion entre la sagesse orientale et les arts du mouvement occidentaux », poursuit l’enseignante. Très ancrés dans le sol, les mouvements remettent le corps au premier plan.

 L’avis de Business O féminin

Le NIA est une pratique qui procure un vrai sentiment de bien-être et de lâcher-prise.

-Le premier de ses grands atouts est qu’il se pratique sur des musiques à la fois planantes et entraînantes, où les percussions se mêlent à des sons plus contemporains et oniriques. Avec le NIA, vous ne retrouverez donc pas les tubes du moment mais des musiques qui vous porteront vers un ailleurs et vous donneront envie de délier vos mouvements.

-Le second gros atout de la pratique est qu’elle permet de se faire plaisir en dansant, même si l’on n’est absolument pas aguerri à la discipline. Les gestes sont faciles à répéter, tout en étant de nature à faire ressentir à chacun une émotion.

-Le troisième point positif est qu’il n’y a aucun jugement entre les élèves ou émanant du professeur, pas de quête de performance, ce qui permet à chacun d’être à l’aise avec son corps.

-Enfin, le NIA a l’avantage d’être une discipline complète, puisqu’il est possible de le pratiquer en douceur mais aussi de façon plus énergique. C’est une discipline qui peut aussi convenir aux séniors ou aux femmes enceintes.

En somme, le NIA réussit l’équation d’être une activité vivante (absolument pas austère), tout en proposant un recentrage sur soi. Une belle découverte !

@Paojdo

Pour en savoir plus sur le NIA à Lyon, cliquez ici

Pour en savoir plus sur le NIA à la Réunion, cliquez ici, ou découvrez la page Facebook

Trouvez un enseignant en France en cliquant ici

Crédit photo : Photograph provided by Nia Technique

Crédit vidéo : NIA Ile de la Réunion, Véronique Courbis

Ils nous font confiance