Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Le “girl power” ou la nouvelle révolution féministe

25.09.2014

Active, compétente, sexy, autonome et bien sûr mère modèle : la femme occidentale de ce début de XXIème siècle doit tout assumer, endosser tous les rôles avec le sourire. Des contemporaines qui s’estiment écrasées par une multitude de tâches, certes, mais qui tiennent les rênes du bouleversement de notre société, à en croire Marie-Laure Susini, auteure de “La Mutante”.

« Dès 1960, avec la contraception, les femmes peuvent pour la première fois programmer la naissance de leurs enfants et donc envisager un plan de carrière. » Une révolution qui placerait les femmes au cœur de l’Histoire et en ferait des mutantes. « La science agit sur le corps des femmes au point de dissocier totalement la procréation de la sexualité, » explique Marie-Laure Susini. Pour elle, pas de doute, il s’agit là d’un chamboulement redéfinissant les contours de la filiation, du genre et des rapports entre les sexes. « Encore aujourd’hui, on en saisit mal les conséquences, » poursuit l’auteure. « Un enfant doit maintenant sa vie, sa naissance à la volonté de sa mère, d’où une nouvelle autorité des mutantes. » Ainsi, non seulement les femmes peuvent, depuis la démocratisation de la contraception, accéder aux mêmes postes que les hommes, mais elles ont, en plus de cela, la possibilité de programmer le moment où elles entendent donner la vie. Un pouvoir féminin qui ne cesserait de croître.

Autorité, féminité, maternité: une image professionnelle à trois visages

Et les exemples de cette nouvelle puissance féminine ne manquent pas à écouter Marie-Laure Susini. A commencer par la nouvelle haute représentante pour la politique extérieure et la sécurité de l’Union européenne, l’Italienne Federica Mogherini : « elle a très bien compris le mouvement. Elle n’était pas spécialement féminine mais l’est devenue. Elle a opté pour un carré blond. » Des mutantes qui, loin d’utiliser leur féminité pour séduire, ne veulent plus devoir ressembler aux hommes pour faire autorité. « Sur le modèle Marissa Mayer », argumente la psychanalyste.

La très charismatique PDG de Yahoo ! qui se définit ainsi comme une « girly geek ». Le message est simple : elle a les mêmes capacités que les hommes et est féminine. « Marissa Mayer explique que la frontière des genres est pulvérisée par le travail».

Une patronne moderne qui marche dans les pas de l’une des pionnières sur laquelle Marie-Laure Susini s’attarde dans son ouvrage : George Sand. « Au XIXème siècle, elle est l’égale d’un Victor Hugo ou d’un Balzac. Elle écrit le même nombre de best-sellers qu’eux. D’ailleurs, Balzac dit à son sujet : « elle gagne autant d’argent que moi. » » Avec une différence notable cependant entre George Sand et Marissa Mayer: « Avant d’être mutantes, les femmes ont dû s’appuyer sur le côté paternel, sur le côté homme pour intégrer le monde du patriarcat. Au point pour George Sand d’être obligée de s’habiller de façon très masculine. »

Les temps changent. Aujourd’hui, Marissa Mayer n’hésite pas à poser, de façon très glamour, pour le magazine Vogue ni à axer sa communication professionnelle autour de sa maternité. « Le 12 Juillet 2012, raconte Marie-Laure Susini, alors que Yahoo déclare officiellement avoir nommé PDG Marissa Mayer, cette-dernière tweete attendre un enfant pour le 7 Octobre, soit quelques semaines plus tard. Loin de cacher le fait d’être enceinte, elle l’utilise. »

La révolution qui divise

Une synchronisation parfaite entre vies professionnelle et personnelle rendue possible grâce à la science mais qui fait également grincer des dents. Car Marissa Mayer, prototype parfait de cette mutante que Marie-Laure Susini décrit à longueur de pages, n’a pris qu’un congés maternité éclair de deux semaines. Un retour précoce aux affaires qui n’est pas sans rappeler celui de Rachida Dati en 2009. Reprenant son poste de Garde des Sceaux cinq jours seulement après son accouchement, l’ancienne ministre s’était alors attiré les foudres de bon nombre d’associations féministes.

Mais pour Marie-Laure Susini, le débat est ailleurs : « dans les entreprises, les femmes doivent pouvoir accéder à un congés maternité, c’est absolument essentiel. Rachida Dati et Marissa Mayer représentent autre chose : elles mettent leur maternité au service de la communication, de l’image. Cela leur permet d’asseoir leur autorité de femme, de montrer qu’elles ont, en plus des hommes, le pouvoir de donner la vie. »

Les femmes aux commandes donc ? Difficile à croire lorsque l’on sait qu’en 2014 les différences de salaire en France à poste égal entre un homme et une femme sont de l’ordre de 10% et que les conseils d’administration des entreprises regorgent encore de costards cravates. Marie-Laure Susini l’admet, le réel tente de résister à ce mouvement inéluctable qu’est l’effondrement du patriarcat. Le basculement serait donc en marche, rien ne semblerait pouvoir l’arrêter.  « Tout cela va prendre un certain temps. Les mutantes, de plus en plus nombreuses, vont parvenir aux commandes, à des postes qui étaient traditionnellement occupés par des hommes. »

Et les hommes dans tout ça ?

Justement, les hommes, que pensent-ils de ces mutantes ? Beaucoup semblent freiner des quatre fers. Selon un sondage IPSOS paru en Avril 2014, 45% estiment que trop d’actions sont menées en faveur de l’égalité hommes-femmes. « C’est difficile pour eux de renoncer au patriarcat d’autant plus que les sociétés humaines n’ont connu que cela.» Et Marie-Laure Susini de conclure: « je ne suis pas sûre qu’ils accepteraient ce changement majeur si c’était inévitable. Or, c’est inévitable. » Pour elle, aucun doute, la féminisation du pouvoir est irrémédiable : après Marissa Mayer patronne de Yahoo !, Anne Hidalgo, maire de Paris, Angela Merkel chancelière allemande, pourquoi pas un jour une femme à la tête des Etats-Unis, première puissance mondiale ? La réponse est pour demain…

La Mutante, Marie-Laure Susini, éditions Albin Michel

@clairebauchart

 

Ils nous font confiance