Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Avec le Fit’Ballet, sculptez votre corps et votre esprit !

La danse classique n’a jamais été aussi branchée en France, avec une déclinaison de nouvelles disciplines ouvertes au plus grand nombre. La danseuse professionnelle Octavie Escure, fondatrice du Fit’Ballet, nous explique tous ses bienfaits.

Un port de reine, des muscles fuselés, un mental d’acier… la danseuse classique fascine. D’ailleurs,  la presse féminine anglo-saxonne abreuve ses lectrices d’articles sur le sujet. Pas un jour ne se passe sans qu’un post sur l’art et la manière de se comporter comme une ballerine ne soit publié. L’effet Black Swan ? Outre-Atlantique, « la danse classique a toujours été démocratisée, toutes les classes sociales vont voir des spectacles, et les ballets sont plus modernes… Les disciplines dérivées de la danse classique, comme le Barreshape ou le Body Ballet, y existent depuis longtemps », nous explique Octavie Escure. De formation classique, l’artiste a posé un temps ses valises à San Francisco, avant de revenir en France. Danseuse et chorégraphe pour Pete Doherty, elle n’a pas hésité à mettre ses pointes au service du chanteur rock pour un résultat sur scène plutôt décalé. Avec le Fit’Ballet, contraction entre Fitness et Ballet, Octavie Escure repousse encore un peu plus loin les frontières entre les disciplines. « La danse classique peut parfois faire peur, mais le fait d’y accoler un autre terme la rend plus accessible. Aussi, avec l’arrivée de personnalités comme Benjamin Millepied, la danse se modernise encore plus », explique-t-elle.

Le Fit’Ballet : késako ?

Créé en 2014, le Fit’Ballet est simplement né de la demande de ses amies qui souhaitaient prendre des cours à ses côtés, sans pour autant avoir son niveau. « J’ai ainsi lancé un cours qui serait à la fois bénéfique pour mon entraînement et celui de mes amies danseuses, mais aussi pour les débutantes », explique-t-elle. Face au succès grandissant de ses leçons, la danseuse professionnelle a décidé d’approfondir sa technique. Dans son cours ouvert à tous prodigué au centre Elephant Paname, des danseuses du Crazy Horse côtoient ainsi des néophytes. Le Fit’Ballet se compose d’une session de trente minutes plutôt cardio, où les pliés et dégagés s’enchaînent comme lors d’un cours d’aérobic, le tout sur fond de musique pop. La seconde partie de la classe est quant à elle consacrée aux étirements et gainages afin de travailler le corps en longueur.

Fit'Ballet

Quels bienfaits ?

Le Fit’Ballet se pratique sur des musiques actuelles « rigolotes », pour autant, Octavie aime que le travail soit bien fait. « Je regarde le corps de chacune, analyse si les élèves ont plus ou moins d’aisance, je ne les brusque pas mais l’idée est vraiment de les amener à progresser », explique-t-elle. Les exercices se font en position « en dehors » ce qui implique donc un certain effort physique. Tout le corps est sollicité, des pieds au sommet du crâne. « On gaine son ventre, baisse ses épaules, travaille son port de tête, son ouverture, sa démarche », rapporte la danseuse.  « Dans la rue, on reconnaît facilement les danseuses, elles ont une certaine présence et une tenue. Il ne faut pas oublier que la danse classique a été inventée par Louis XIV : il s’agissait d’être léger, d’avoir une belle démarche et en même temps beaucoup de présence. Des contradictions qui font toute la beauté de cette pratique », affirme Octavie Escure.

D’un point de vue mental,  le Fit’Ballet, et plus largement la danse classique est aussi l’école du perfectionnisme. « Les danseuses apprennent dès leur plus jeune âge à faire des sacrifices, et sont très exigeantes envers elles-mêmes dans tous les domaines de leur vie. Elles ont le sens de l’effort, et ne voient pas l’échec comme une option », poursuit la danseuse. A plus petit niveau, l’impact de la discipline se fait aussi ressentir : « s’exprimer avec son corps, arriver à accomplir quelque chose avec lui est très gratifiant. Et puis quand mes élèves sortent de classe le matin et ont transpiré, elles se sentent bien pour toute la journée », rapporte-t-elle. En investissant tout leur corps, en le maîtrisant mieux, en gagnant en confiance en elles, les élèves s’affirment ainsi davantage au quotidien.

Fit'Ballet

Le Fit’Ballet, mode d’emploi

Le Fit’Ballet se pratique à raison d’une séance hebdomadaire minimum car « la mémoire du corps est importante si l’on veut progresser ». Deux séances sont encore plus bénéfiques. Octavie Escure donne des cours au centre Elephant Paname, mais aussi au studio Synopsis à Perpignan. Elle forme actuellement d’autres professeurs et le Fit’Ballet devrait bientôt être proposé dans d’autres grandes villes de France. Allez, entrez dans la danse !

Crédit : Lemon Three Photo

@Paojdo

>Pilates : Dîtes oui au sport chouchou des stars !

>5 blogueuses fitness à suivre pour être au top

>Les secrets d’Angèle, fondatrice de la Guinguette d’Angèle

Ils nous font confiance