Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

En 2015, prenez des risques !

Cette rentrée rime avec réinvention de soi et prise de risques, voici 10 bonnes raisons de vous lancer avec Françoise Kourilsky*, auteure du célèbre ouvrage Du désir au plaisir de changer (éd. Dunod).

1/ Car la crise offre aussi des opportunités

«Les gens qui ont les plus belles réussites sont toujours ceux qui ont tiré profit des moments de crise. On comprend enfin que l’on vit dans un monde d’incertitudes, que l’on ne pourra plus travailler 40 ans dans la même boîte », martèle Françoise Kourilsky. En 2015, mettons-nous donc en mouvement. Plutôt que de ressasser les mauvais chiffres de l’économie, regardons ce qui se passe chez les jeunes entrepreneurs. Notre époque est aussi celle du financement participatif, des starts-up qui se créent en un clic, des auteurs qui s’auto-publient… Il n’est pas toujours nécessaire d’avoir un gros capital pour se lancer, un brin d’audace et de passion peuvent suffire.

2/ Car la prise de risques est naturelle

Prendre des risques est communément considéré comme un acte contre-nature, source d’angoisses. Mais pour grandir, découvrir ses possibilités, l’enfant ne prend-t-il pas en permanence des risques ? En fait, « la prise de risques est la vocation de l’être humain. Faire un enfant, c’est prendre des risques, une histoire d’amour, c’est un pari. Finalement, on prend tous en permanence des risques sans nous en rendre compte », explique Françoise Kourilsky. La prise de risques est salutaire, et pour tout le monde car nous sommes tous dans l’incertitude. Elle donne tout simplement un sens à notre vie, une direction.

3/ Car la peur est un indicateur précieux

« Tu n’as aucune raison d’avoir peur », voilà une phrase contre-productive ! Françoise Kourilsky nous invite à voir sous un autre prisme ce sentiment. Bien sûr, nous ressentons tous de la crainte à l’aube de changements, « mais il faut écouter nos peurs. La peur est à la fois un handicap et une ressource. Elle nous indique que nous devons mieux nous préparer ». Apprenons donc à ne plus voir la peur comme une faiblesse, mais un guide.

4/ Car prendre des risques nous reconnecte à nous-mêmes

Prendre des risques, ce n’est ni de l’intellect, ni de l’égo, c’est un retour à soi, à ce qui nous anime, nous fait vibrer.  « Prendre des risques demande d’être très bien connecté à soi-même, à son âme. Je parle ici de nos propres vibrations, celles de notre sixième sens. La prise de risques est avant tout une intuition. D’ailleurs, les gens les plus attirants suivent leur intuition. On peut faire le pari que nous sommes tous sur terre pour remplir une mission. Pas devenir président, mais aimer tout simplement ce que l’on fait. Il n’y a pas de vraie réussite sans notion de bonheur dans la réussite ».

5/ Car trop de sécurité nous rend insécures

Si prendre des risques est finalement naturel, notre crainte à l’égard du changement est donc bien liée au culturel. En Occident, la sécurité est un thème central. Mais paradoxalement, « plus on crée de la sécurité, plus les gens se sentent insécures », estime Françoise Kourilsky. «La sécurité est quelque chose que l’on doit s’apporter à soi-même », ajoute t-elle. Les gens qui prennent des risques se sont donnés la sécurité qui leur permet d’explorer leurs possibilités, comme ces grimpeurs qui gravissent des falaises vertigineuses sans harnais. Se donner de la sécurité, c’est écouter ses sentiments, oser exprimer ses peurs, avec rigueur et vigilance.

6/ Car c’est faire écho à nos valeurs

On ne prend pas de risques de façon inconsidérée, juste pour le plaisir de prendre des risques, mais parce que cela nous permet « d’être alignés avec nos valeurs », précise la coach. On ne le fait pas non plus pour démontrer quoi que ce soit aux autres. On le fait pour soi, pour s’accomplir. Pour exprimer ses qualités, ses talents. C’est donc un acte intime et réfléchi.

7/ Car prendre des risques, c’est oser être authentique

Prendre des risques, cela ne vaut pas que dans le monde professionnel, mais aussi dans notre vie privée. « Quand on a confiance en soi, on peut être authentique. Dans les livres de psychologie, on parle de comportements, mais il faut revenir au cœur, nous dérobotiser. Plutôt que de rester figés dans leur rôle de parents, j’invite les pères et mères à être eux-mêmes pour apprendre à leurs enfants à avoir confiance en eux, et à pouvoir ainsi prendre des risques », estime notre experte.

8/ Car le changement est l’unique constante

Oui, le changement constitue une prise de risques, mais le changement est aussi la seule constante de notre société. « Changer ne s’apprend ni à l’école, ni à l’université. Les institutions ne nous prendront pas par la main, nous sommes les acteurs de notre vie», affirme Françoise Kourilsky. Le changement s’opère dans le présent : rien ne se perd, tout se transforme, et cela est valable aussi pour nous, êtres humains. La lumière n’existe pas sans l’ombre. De la peur peut jaillir de bonnes choses.

9/ Car on apprend plus de ses échecs

Derrière la prise de risques, il y a bien entendu la possibilité d’un échec. « Mais les grands gagnants sont ceux qui arrivent à anticiper l’échec et à prévoir des solutions de rechange. Ils arrivent ainsi à prendre des risques avec plus de confiance. Il faut anticiper les obstacles pour pouvoir les dépasser. Si on ne peut pas les dépasser, il faut donc travailler sur soi », nous explique Françoise Kourilsky. On apprend beaucoup plus de ses échecs, le problème est lorsque l’on en tire pas de leçons.

10/ Car on apprend à s’apaiser

La mindfulness, la pratique des activités zen, le grand succès des livres de développement personnel… Tous ces indicateurs témoignent d’un élan très positif dans notre société, avec cette nécessité de mieux se connaître, de réfléchir à ses choix de vie, de donner du sens. La prise de risques n’est pas l’affaire de personnes exaltées, mais de celles capables de se recentrer sur elles-mêmes, de s’apaiser. « Prendre des risques, c’est savoir méditer quelques instants, écouter sa respiration. Il faut une belle hygiène mentale pour réussir sa prise de risques », conclut Françoise Kourilsky.

@Paojdo

*Françoise Kourilsky est Docteur en psychologie, diplômée de Sciences Po, et est reconnue pour son approche de la conduite du changement et du coaching. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages à succès. Pour la contacter : francoise.kourilsky9@orange.fr

>Ambition ou aspiration, quels sont vos rêves ?

>5 signes qui indiquent qu’il faut changer de job

>C’est quoi au juste le bonheur ?

 

Ils nous font confiance