Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Développez vos cinq formes d’intelligence

Cognitive, émotionnelle, relationnelle, pratique et spirituelle… Il existe bien des formes d’intelligence, et toutes s’avèrent utiles dans le monde professionnel. La psychologue et psychanalyste Monique de Kermadec, spécialiste de la douance, nous livre ses précieux conseils pour parvenir à développer toutes ces facettes.

L’intelligence cognitive

Qu’est-ce que c’est ? L’intelligence cognitive révèle une capacité de raisonnement. On l’assimile souvent à la mesure du Quotient Intellectuel.

Comment la développer ? Ce n’est pas parce que l’on a terminé ses études, qu’il est trop tard pour la travailler. Sortis de l’université, les adultes se sentent souvent pris au piège d’un job qui ne les pousse pas à se dépasser. Heureusement, que l’on habite en ville ou à la campagne, Internet permet de s’informer à condition d’apprendre à faire le tri. Il ne faut pas non plus hésiter à se rendre à des conférences, à adhérer à des associations professionnelles etc… pour multiplier ses sources. « Il a été démontré qu’être dans un contexte stimulant permettait de fonctionner au maximum de ses capacités intellectuelles », note Monique de Kermadec.

L’intelligence émotionnelle

Qu’est-ce que c’est ? Comme son nom l’indique, l’intelligence émotionnelle est la connaissance et la maîtrise de ses propres émotions. Cette intelligence émotionnelle est une vraie force, puisqu’elle permet de contrôler sa colère, son anxiété etc…

Comment la développer ? Il est difficile de développer son intelligence émotionnelle seul dans son coin ! Ce sont souvent les parents qui permettent à l’enfant de la développer. Si tel n’a pas été le cas, on peut commencer à lire, à se renseigner sur le sujet. Mais « l’intelligence émotionnelle implique forcément la relation à l’autre pour tenter des petits exercices, ou encore pour faire un vrai bilan grâce à l’intervention d’un coach, d’un thérapeute », explique la psychologue.

L’intelligence relationnelle

Qu’est-ce que c’est ? L’intelligence relationnelle découle de l’intelligence émotionnelle. « Il s’agit de la prise en considération des émotions de l’autre, et la gestion de la relation à l’autre en prenant en compte ce que l’on décode », nous explique Monique de Kermadec. Elle est essentielle car elle permet de rentrer dans une relation positive avec l’autre.

Comment la développer ? En travaillant d’abord sur sa propre intelligence émotionnelle, car si l’on ne maîtrise pas ses propres émotions, on risque d’entrer dans des positions de conflits ou de résistance, puis en apprenant à décrypter le langage verbal et non verbal de son interlocuteur.

L’intelligence pratique

Qu’est-ce que c’est ? L’intelligence pratique pourrait aussi être qualifiée d’intelligence de la situation. Il s’agit d’être capable d’analyser les enjeux, les problèmes potentiels d’une situation, et d’y faire face de façon pratique.

Comment la développer ? « Tout ce qui relève du domaine du bon sens est aujourd’hui déprécié, alors que l’on utilise l’intelligence pratique à longueur de journée », affirme la spécialiste. Cette intelligence se développe sur le terrain, à force d’expériences de la vie. D’après la psychologue, arrivé à l’âge adulte, il s’agit de garder un certain esprit d’initiative, car certains problèmes inattendus ne peuvent pas se résoudre seulement par l’intellectualisation.

L’intelligence spirituelle

Qu’est-ce que c’est ?  La spiritualité doit être bien distinguée de la religion. « Quel que soit le métier dans lequel on s’engage, il est important de respecter ses valeurs profondes pour réussir », martèle Monique de Kermadec. Cette dernière observe un nombre grandissant de personnes ayant eu une carrière professionnelle brillante, qui décident de tout plaquer du jour au lendemain.

Comment la développer ? En osant se questionner ! Certes l’argent n’est pas nécessairement sale, mais il ne justifie pas toutes les conduites. Peu importe l’échelle du métier que l’on exécute, il est indispensable de ne pas aller à l’encontre de ses valeurs morales. « Nous sommes dans un système de valeurs souvent basé sur les revenus financiers, qui laisse entendre qu’il existerait des métiers de seconde zone qui sont pourtant très utiles socialement, et peuvent être épanouissants» insiste la psychologue qui plaide avant tout pour la prise en compte de la qualité de vie.

@Paojdo

Ils nous font confiance