Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Comment lutter contre le stress ?

05.05.2015

Céline Rivière est psychologue. Dans son livre, La calinothérapie : une prescription pour le bonheur (Michalon), elle s’est longuement penchée sur la question du bien-être et des moyens optimaux de l’atteindre. Quels sont donc les meilleurs remèdes pour lutter contre les tourments et le stress qui nous envahissent quotidiennement ? Eléments de réponse.

Business O Féminin : Quelle est l’influence du stress sur l’organisme ?

Céline Rivière : Le stress, en plus d’être mauvais pour le cœur, accélère le vieillissement. Il y a un réel effet de l’esprit sur le corps. C’est d’ailleurs ce qu’ont démontré en 2004 Elizabeth Black-Burn, biologiste australoaméricaine, et Elissa Epel, psychiatre à l’université de Californie. Elles ont constaté que l’ADN de mères d’enfants atteints d’une maladie chronique, l’autisme par exemple, présente des signes de vieillissement précoce. Concrètement, les télomères, fixés à l’extrémité des chromosomes pour les protéger, raccourcissent au fil du temps, créant le vieillissement. Or, les deux scientifiques ont constaté que chez ces mères angoissées, les télomères sont anormalement courts, accélérant de fait leur vieillissement de 9 à 17 ans. D’où un lien direct entre les émotions et ce qui se passe dans la cellule.

Au-delà de cette expérience, chacune d’entre nous a déjà constaté devant son miroir paraître plus fatiguée lorsque la charge de travail est importante.  De manière plus générale, je considère que le stress est inadapté à la société dans laquelle nous évoluons. A la base, l’essence du stress est de nous maintenir en vie. Cela était peut-être très utile à l’époque des cavernes, le principe d’une montée de stress étant d’impulser du sang aux muscles pour permettre, par exemple, de courir et de fuir. Aujourd’hui, on ne peut pas s’échapper lorsque l’on a une montée de stress dans le métro.

Business O Féminin : Concrètement, comment se battre contre le stress ?

Céline Rivière : La relaxation et la méditation constituent des moyens efficaces de s’apaiser et de retrouver un état de plénitude. Elles permettent de reprendre les reines de sa vie, d’autant que leur pratique correspond souvent à une recherche sur soi plus générale.

Mais la première chose à faire est de savoir respirer correctement, aptitude que l’on perd lorsque l’on est stressé. Si notre respiration est calme, non saccadée, l’esprit se dit « tout va bien. » Résultat : le niveau de stress baisse. Il existe des applications, RespiRelax notamment, qui permettent de revenir à une respiration cohérente. Puis bien sûr, le rapprochement à l’autre, le fait de retrouver son amoureux, son enfant, abaissent considérablement le niveau de stress. Il faut revenir à des choses simples dans cette société devenue très complexe.

Msq9Igzv09AUb75fVsBOVQb0br0rtUucNSHlb6_mRdOBkDAmuq81BLYkzMdcZbtLXSMn1MffzCOPyG9TcR6ufrUJlHjrG0Ys3v24FE6UlvVL_Chu-WO29y_1-MfizOlJG9l0Jl2qWYSfXxy2npeVyG-lBm5QNGAqGtZK4wrSJCWu9O8-SHB1NWEOWDDpaAJHFp Business O Féminin : dans votre livre, vous expliquez que le toucher, via les câlins par exemple, génère une sensation de bien-être. Pourquoi ?

Céline Rivière : Les câlins renvoient à la petite enfance, à des images de douceur, ce qui leur confère donc un caractère  rassurant. Cela permet donc de se sentir moins stressé, en sécurité. Vient ensuite une raison hormonale : lorsque quelqu’un vous touche avec affection, votre corps sécrète de l’ocytocine, surnommée l’hormone de l’attachement. Cela provoque un état de bien-être.

Le contact apporte toujours quelque chose, même s’il ne provient pas d’un être aimé. Cela explique notamment le phénomène des free hugs. Il suffit que quelqu’un soit bienveillant pour se sentir en sécurité.

Business O Féminin : Le toucher a-t-il une influence sur le système immunitaire ?

Céline Rivière : Cela a été prouvé : les gens régulièrement caressés, enlacés tombent moins malades que les    autres. C’est cohérent : en recevant de l’affection, nous nous sentons en sécurité et avons donc moins besoin de lutter contre des peurs, des angoisses, des croyances négatives que l’on a sur soi.

Le système immunitaire est donc mobilisé au bon endroit, pleinement disponible pour se battre contre de possibles infections.

Business O Féminin : à ce propos, vous revenez longuement dans votre essai sur le concept d’épigénétique. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Céline Rivière : L’épigénétique a été reconnue il y a assez peu de temps. Avec le séquençage du génome, nous avons découvert que 85% de l’ADN est fonction de la façon dont on s’alimente, de notre environnement, de notre niveau de stress.

Cela a des conséquences très concrètes. Voici un exemple : auparavant, nous étions persuadés que les risques de développer un cancer étaient plus importants chez les enfants biologiques de malades. Or, on s’est rendu compte que les enfants adoptifs de personnes atteintes de cancer avaient le même pourcentage de probabilité de développer la pathologie. Cela montre bien que quelque chose se transmet en dehors des gènes. De la même façon, grandir dans un environnement angoissant aura un impact sur la partie de l’ADN influencée par l’environnement.

Business O Féminin : avec cette prise de conscience de l’influence du bien-être sur l’organisme, tout un business est en train de se développer : des cours de câlins aux cahiers de coloriage pour adulte. Quel est votre regard sur ces phénomènes ?

Céline Rivière : En France, concernant les cours et bars à câlins, beaucoup de gens se disent encore : « c’est affreux de devoir payer pour un câlin. » Mais d’après moi il s’agit d’une forme de thérapie. Il faudrait plutôt avoir la réflexion suivante : « nous allons payer pour rencontrer des gens qui sont dans la même attente que nous. Cela va nous faire du bien et déboucher sur quelque chose de positif. » Ces cours peuvent permettre de réenclencher chez certains l’envie de partage, de contact.

Quant aux coloriages, ils permettent de se vider l’esprit, de se calmer après des journées où le flux continu de pensées est envahissant. Dans nos sociétés, notre mental est très agité et finit par s’encombrer, comme un autoroute à l’heure de pointe. Nombreux sont ceux à être tellement encombrés d’informations qu’ils ne demandent qu’une chose : faire un break et ne plus penser. Ces carnets de coloriage s’inscrivent dans la même veine que les hôtels proposant des chambres sans wifi ni téléphone.

@clairebauchart

Vous aimerez aussi:

Réussite professionnelle et bien-être: le nouveau cocktail gagnant

Notre assiette: booster professionnel?

Le sommeil: clé du bien-être?

Ils nous font confiance