Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Cinq conférences Ted en résonance avec l’actualité

10.05.2017

Comment les “fake news” peuvent-elles altérer un processus électoral? En quoi permettent-elles d’exploiter la démocratie? Ou encore quelles techniques employer pour capter une audience? Ces thématiques ont été explorées par des experts de haut vol à l’occasion de Ted Talks, ces conférences vous permettront de mieux décrypter les événements récents.

Quelles sont les répercussions néfastes pouvant être engendrées par les fake news?

 

Qui parle?

Stéphanie Busari est journaliste à CNN. Au cours des quinze dernières années, elle a notamment travaillé pour la BBC et le Daily Mirror. Elle a été, entre autres, chargée du suivi de l’actualité judiciaire, puis éditorialiste. Stéphanie Busari a également animé des conférences à l’ONU ou Oxford.


Pourquoi on aime?

Vous vous souvenez forcément des lycéennes capturées en 2014 par Boko Haram. “Des Nigérians influents nous expliquaient que cette information était fausse. Au point que certaines personnes pensent encore aujourd’hui que ces filles n’ont jamais été kidnappées,” raconte au début de son intervention Stéphanie Busari, mandatée à l’époque par sa rédaction pour suivre le dossier. “Durant les deux années qui ont suivi, l’actualité a suivi son cours, plus personne ne s’est réellement occupé du destin de ces filles,” poursuit-elle. “Ceux qui croyaient à l’histoire les pensaient mortes.” Jusqu’à ce jour d’avril 2016 lorsque la journaliste obtient de Boko Haram une vidéo, preuve de vie des otages. “Cela a permis de relancer les négociations pour leur libération. Un sénateur nigérian m’avoue alors que toutes les négociations avaient été arrêtées, parce que beaucoup de responsables pensaient qu’elles n’étaient plus nécessaires.” Quelques mois plus tard, en Octobre 2016, 21 lycéennes seront libérées.

Cet exemple illustre à lui seul le danger des “fake news’ assure Stéphanie Busari. Si des développeurs et ingénieurs, travaillant notamment pour Facebook et Google, s’attachent à rendre la technologie sensible à la divulgation de ce genre d’informations erronées, la journaliste tient à rappeler chacun à ses responsabilités: “tout le monde a un rôle à jouer, car nous partageons tous du contenu. Nous sommes tous des éditeurs!“, martèle-t-elle.

La récente campagne présidentielle n’est pas en reste: Florian Philippot est accusé d’avoir relayé des fake news concernant Emmanuel Macron, François Fillon a prétendu que le suicide de sa femme avait été annoncé par des chaînes de télévision… Des propos tenus par des personnalités influences que beaucoup relaient sur Internet sans prendre les précautions qui devraient s’imposer: “en tant que journaliste, je vérifie tout“, commente Stephanie Busari. “Nous devons désormais tous nous poser ce genre de questions.” Et de déplorer le fait que de nombreux internautes partagent des articles en n’ayant lu que leurs titres, sans se préoccuper de la répercussion de leurs clics.

Comment la démocratie peut-elle être manipulée?

 

Qui parle?

Laura Galante analyse dans quelle mesure les Etats ont recours aux données numériques. Une expertise à la croisée du monde militaire et des services d’informations. A la tête de son cabinet Galante Strategies, cette diplômée de l’Université de Virginie est notamment intervenue à une conférence du Conseil de Sécurité de l’ONU, portant sur la cybersécurité. Elle est également régulièrement interviewée en tant qu’experte sur CNN, Bloomberg, la BBC, NPR ou Reuters.

Pourquoi on aime?

Au cours de sa conférence, Laura Galante explique comment les nouveaux usages, en particulier celui du smartphone, simplifient la manipulation des esprits. “Votre cervelle est d’autant plus exploitable qu’elle est désormais habituée à recevoir un flot continue d’informations, qui plus est adaptée à vos propres goûts.” De quoi permettre, d’après elle, à des institutions ou des gouvernements de diffuser des informations les faisant apparaître sous leur meilleur jour. “On peut diffuser une donnée, un fait sur quelqu’un en le modifiant sensiblement selon les personnes à qui on l’envoie, et ainsi véhiculer le message, l’image que l’on a envie de distiller,” assure-t-elle, évoquant un “management de la perception.” Aussi préconise-t-elle de travailler son esprit critique, sa capacité à prendre du recul pour éviter toute manipulation. Un Ted talk complétant parfaitement celui portant sur les fake news!

 

Comment diffuser vos idées?

 

Qui parle?

Blogueur et entrepreneur, Seth Godin réfléchit au marketing des idées, à leur diffusion à l’heure du digital. Après avoir travaillé dans les années 80 en tant que directeur de marques web, il a fondé Yoyodyne, l’une des premières entreprises de marketing à s’être focalisée  sur les nouvelles manières, pour entreprises et institutions, de s’adresser à leur audience.

Pourquoi on aime?

Dans cette conférence, Seth Godin explique comment la mutation vers le digital disrupte les modes de communication, tant pour les publicitaires, que pour les personnalités publiques. “A la grande époque de la télévision de masse, il était très facile d’insuffler ses idées, de promouvoir ses idées auprès du plus grand nombre,” expose-t-il. Le message était alors réduit au plus petit dénominateur commun à l’ensemble de la population. Aucune variante ou subtilité n’était admise pour cibler des catégories: les geeks, les amateurs d’un domaine particulier etc. Depuis quelques années, les réseaux sociaux rebattent les cartes. Les responsables publics comme les entreprises doivent désormais décliner leurs messages sur plusieurs supports et les fractionner selon différentes cibles. Et ce d’autant que chaque individu peut devenir prescripteur et transmettre un message qui lui plaît à ses amis numériques. Une transformation que Seth Godin détaille à l’aide d’exemples précis et parlants.

Parler de façon à être écouté:

 

Qui parle?

Spécialiste du son, Julian Treasure préside la Sound Agency, une entreprise qui conseille les entreprises à travers le monde sur le meilleur usage à tirer des bruits. Il est l’auteur du livre Sound Business et du blog du même nom.

Pourquoi on aime?

Pour Julian Treasure, la voix est une boîte à outils que très peu de personnes savent utiliser. Il profite de cette conférence pour détailler les différents aspects permettant de la moduler. A commencer par la localisation. “Le rendu n’est pas le même selon que vous parliez du nez ou de la gorge,” assure-t-il. “Si vous voulez avoir du poids, il faut descendre votre voix dans la poitrine.” A l’image de ce que font la plupart des hommes politiques, qui usent d’une voix grave “inspirant l’autorité, la confiance.Vient ensuite le timbre, la sensation donnée par la voix. “Les recherches montrent que nous préférons les voix riches, douces, chaudes,” expose Julian Treasure, qui aborde également la question des voix chantantes. Autant d’informations utiles qui vous aideront à mieux comprendre comment capter un auditoire. Même si, comme le précise le conférencier, certaines techniques s’acquièrent plus facilement en ayant recours à un coach vocal.

 

Le mystère de la motivation:

 

Qui parle?

Ancienne plume d’Al Gore, Dan Pink a écrit plusieurs livres, notamment A whole new mind, qui a  contribué Outre-Atlantique à modifier les regards des entreprises sur les méthodes de travail modernes. Pour ce conférencier, nous assistons à un bouleversement majeur du travail, laissant plus de place à la créativité.

Pourquoi on aime ?

Au cours de cette longue conférence, Dan Pink expose sa théorie, consistant à considérer que les mondes du business et universitaire reposent depuis des décennies sur le rapport “bâton-carotte”.En fait, ça marche pour beaucoup de tâches du 20ème siècle. Mais pour les tâches du 21ème siècle, cette approche mécaniste de récompense-et-punition ne marche pas.” Car selon lui la mutation des entreprises et de nos modes de vie engendré par le numérique a conduit à une modification de la nature de nos motivations.Ce nouveau système de fonctionnement de nos entreprises tourne autour de trois éléments : l’autonomie, la maîtrise et la pertinence. L’autonomie : le désir de diriger nos propres vies. La maîtrise : l’aspiration de se surpasser sur quelque chose qui compte. La pertinence : l’envie de faire ce que nous faisons au service de quelque chose qui nous dépasse.” Les briques d’un système de fonctionnement entièrement nouveau appelant les dirigeants à revoir ce qui motive leurs employés… et ces-derniers, de manière plus générale, à se poser des questions relatives au sens, à leurs aspirations profondes.

@clairebauchart

Ils nous font confiance