Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

Avez-vous une âme d’entrepreneure ?

Dans le cadre de notre série “Entreprendre”, nous vous proposons un premier sujet pour tester votre profil psycho. Eric Perret*, coach en entreprise au sein du cabinet Renaissance, nous livre sa vision des qualités nécessaires pour se lancer dans l’aventure.

N°1 : Avez-vous le sens pratique ?

On s’imagine souvent que l’entrepreneuriat est seulement l’affaire de personnes passionnées, mais ce n’est pas le cas. Certes, il faut que le projet parte de vos tripes, mais pas obligatoirement qu’il naisse d’une passion. La passion peut être aveuglante et poser des difficultés par la suite. Le plus important, c’est le sens pratique.

Le conseil du coach : Ce n’est pas parce qu’on a une bonne idée, qu’on peut créer une entreprise. Il faut avoir une bonne idée, et surtout, pouvoir la mettre en oeuvre. Il est également essentiel selon moi de ne pas s’exposer à des désillusions : il faut avoir une force en soi qui nous pousse à avancer, mais ne pas s’emballer. Bref : pour moi, l’entrepreneuriat est avant tout l’affaire de personnes censées, qui ont les pieds sur terre.

N°2 : Etes-vous prête à supporter l’échec ?

On l’entend régulièrement : impossible de se lancer dans l’entrepreneuriat si l’on n’est pas prêt à encaisser un échec. Combien de grands patrons internationalement connus ont coulé plusieurs boîtes avant de connaître le succès ?

Le conseil du coach : L’échec, il faut dès le départ l’intégrer. Il peut se produire de nombreux événements qu’on ne maîtrise pas, comme un environnement économique défavorable. Le bon entrepreneur saura rebondir. Encore une fois, ce n’est pas parce qu’on a une bonne idée que cela fonctionnera, il faut savoir changer d’idée si ça ne marche pas. L’entrepreneur doit accepter de modifier son cap. L’aventure entrepreneuriale est loin de se passer comme on le voudrait !

N°3 : Possédez-vous une force de conviction ?

Etre entrepreneur, c’est ne compter que sur soi pour dégoter des affaires, développer son business. L’une des qualités essentielles sera donc de posséder une force de conviction pour embarquer les autres dans votre projet.

Le conseil du coach : Il vous faudra convaincre vos salariés en interne, pour les mobiliser sur un projet. Il s’agira aussi de séduire les clients, les banques, les investisseurs…. Cette force de persuasion est essentielle. Il faut le savoir : vous ne pourrez pas faire les choses à moitié. Il faudra vous investir à fond.

N°3 : Savez-vous être à l’écoute ?

C’est le paradoxe de l’entrepreneuriat : il faut d’un côté avoir un certain ego car on entreprend pour soi, et de l’autre le mettre de côté pour être au service de ses clients, fournisseurs, salariés.

Le conseil du coach : Etre à l’écoute est essentiel même si cela peut engendrer certaines frustrations . Ce n’est pas toujours votre idée qui va triompher, mais celle qui correspondra aux attentes de votre client.

N°4 : Savez-vous renoncer ?

L’entrepreneuriat est quelque chose d’extrêmement aléatoire. Savoir renoncer quand on fait fausse route est essentiel.

Le conseil du coach : Renoncer, ce n’est pas qu’abandonner son projet, mais c’est renoncer à une idée pour partir sur une autre. Renoncer à certains contacts pour en créer d’autres. Découvrir que ses idées préconçues n’étaient pas les bonnes. Pour cela, il faut jouir d’une certaine confiance en soi qui nous permet d’accepter ces changements continuels. Il faut être capable de sortir de soi et d’admettre qu’on s’est trompé.

N°5 : Avez-vous confiance en vous ?

On vient de le voir, la confiance en soi permet à l’entrepreneur de changer de cap lorsque le vent se lève : elle est cruciale (heureusement, ça se travaille!).

Le conseil du coach : L’entrepreneur, plus qu’un salarié, doit avoir confiance en lui. L’entrepreneur est le personnage central de l’histoire, il faut qu’il ait le sentiment de pouvoir franchir avec succès tous les obstacles qu’il va rencontrer grâce à cette force qu’il a en lui. Pour cela, il est essentiel de connaître son identité profonde : c’est ça avoir une bonne ossature personnelle.

N°6 : N’êtes-vous pas seulement dans l’attente de reconnaissance ?

Oui, la confiance en soi est nécessaire, mais attention à ne pas la confondre avec l’affirmation de soi !

Le conseil du coach : Certaines personnes sont dans l’affirmation de soi. Or, cela ne suffit pas. Quand on rentre dans une zone de difficultés, sans véritable confiance en soi, cela devient dangereux. Il faut être bien structuré mentalement pour entreprendre. L’entrepreneuriat est un beau chemin, c’est très valorisant pour soi, mais à partir du moment où on n’attend pas de reconnaissance forte. Vous ne faîtes pas cela pour exister, vous existez déjà !

N°7 : Entreprenez-vous pour fuir la vie de salariée ou par réelle envie ?

Arrivées à 40, 50 ans, beaucoup de personnes qui souffrent de la vie en entreprise se rêvent entrepreneurs… Attention, cette soif de liberté n’est pas suffisante pour se lancer !

Le conseil du coach : Je différencie les jeunes qui se lancent juste après leurs études car ils ont ça dans le sang, de ceux qui le font vers 40, 50 ans. J’alerte sur le fait que ce choix ne doit pas être une fuite en avant d’un monde où l’on ne se sent plus à sa place. Il faut fondamentalement en avoir envie, et éventuellement être poussé par une lassitude pour se lancer. Autrement, gare aux désillusions !

N°8 : Aimez-vous les autres ?

Oui, cette question peut sembler étrange, mais entreprendre, ce n’est pas rester tout seul dans son coin !

Le conseil du coach : Savoir manager n’est pas fondamental pour créer son entreprise, car tout dépend du statut que vous allez adopter. En revanche, c’est largement nécessaire si vous avez des personnes sous votre responsabilité. Certains mauvais managers réussissent car ils ont le leadership sur leur idée, mais de manière générale, je dirais que quand on entreprend, il faut aimer les gens. C’est vous qui allez prendre des décisions pour recruter, faire évoluer vos salariés, vous en séparer parfois. Vous êtes en première ligne. Ce goût des autres est très important.

N°9 : Etes-vous résistante ?

Entreprendre, c’est être prêt à faire de très nombreux sacrifices sur son temps personnel. En fait, cela ne s’arrête jamais : connaissez-vous des patrons qui arrivent à déconnecter réellement ? Malgré tout, il faut savoir s’économiser quand cela est possible.

Le conseil du coach : Je compare un entrepreneur à un marathonien. Il faut que ce dernier puisse descendre à 13 km/h pour récupérer, malgré tout, il est toujours en action. Bien sûr, il n’y a pas que du stress négatif quand on est entrepreneur, mais il faut bien avoir conscience que l’arrêt complet n’existe pas. Il faut donc apprendre à récupérer régulièrement pour garder le rythme.

N°10 : Savez-vous demander de l’aide ?

Non, non, demander de l’aide, ce n’est pas s’avouer vaincu, au contraire. Un entrepreneur ne peut pas réussir seul. Le plus grand danger pour lui est de se renfermer.

Le conseil du coach : N’hésitez pas à demander de l’aide, du soutien, la grande erreur est de vouloir s’en sortir seul. Entrez dans des réseaux, pas seulement économiques, mais qui vous permettront de partager vos difficultés, de rencontrer des personnes. Ayez aussi un réseau d’experts autour de vous que vous consulterez quand ce sera nécessaire. Souvent, l’entrepreneur pense qu’il doit s’en sortir seul, mais c’est faux et répond à des problèmes d’égo. N’hésitez pas à solliciter les autres !

@Paojdo

*Eric Perret est auteur d’Osez l’amour de soi- au travail aussi !, paru chez InterEditions. Il a été délégué national du centre des jeunes dirigeants (2010-2012), et fait également partie du réseau Femmes 3000.

Credit photo: http://www.abeautifulmess.com/

Vous aimerez aussi :

>Travailler en indépendant, le statut rêvé ?

>Ambition ou aspiration : quels sont vos rêves ?

>Comment atteindre l’excellence ?

 

Ils nous font confiance