Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

illustration

Newsletter
Boostez votre vie avec nos tips Carrière, Business, Lifestyle !

9 règles d’or pour bien gérer son patrimoine financier

02.02.2016

Du « bon gros bon sens » ? Certes ! Mais ne vaut-il pas mieux l’écrire?

1/ Tout d’abord, effectuer un état des lieux global : vérifier que le « toit est en bon état avant de vouloir meubler la maison ».

Vérifier que vous êtes bien protégée sur le court, moyen et long terme.

Cette analyse passe par un bilan social et patrimonial.

Social : ma prévoyance (que m’arrive-t-il si je dois me faire opérer ? qui protéger si je disparais ?), ma retraite,

Patrimonial : optimisation de mon patrimoine financier.

Ce bilan permettra de se poser les bonnes questions : quels sont mes stocks (biens immobiliers, biens financiers investis, etc) ? Quels sont mes flux ? (combien je gagne, quelles sont mes dettes, combien d’impôts, etc. ?). Comme pour une entreprise, connaitre son bilan (actif/passif) et son compte d’exploitation personnel.

Cet exercice permet ainsi de connaitre sa capacité d’épargne, sa capacité d’endettement, la diversification de son patrimoine et sa protection sociale .

2/ Avoir conscience de votre niveau de « risques » en tant que femme.

Il vaut mieux connaitre les domaines dans lesquels vous êtes « en risque » : maladie, santé, retraite, investissements… là où vous n’êtes pas bien protégée en tant que femme.

3/ Adopter des solutions simples mais efficaces pour vous sécuriser. Un besoin, une solution adaptée

Il vaut mieux adopter des solutions que vous comprenez, dont vous comprenez les objectifs et les conséquences.

Vos interlocuteurs ont un devoir de conseil, utilisez le !

4/ Diversifier vos actifs : immobilier, liquidités, assurances vie, livrets bancaires exonérés, SCPI, FIP etc…

L’important est d’avoir un patrimoine équilibré, en harmonisant court/ /moyen/long terme et liquide/pas liquide. Un patrimoine « trop » exposé à l’immobilier physique n’est pas souhaitable car peu liquide et trop couteux en termes de transmission.

5/ Bien définir votre profil d’épargnant ou d’investisseur

En fonction de votre projet et de la solution choisie, vous devez connaitre le « risque » que vous souhaitez prendre et le mesurer à l’aune de son rendement.

6/ S’adresser à des professionnels qui respectent le code de déontologie : respect de la « Loi de Modernisation Economique ».

En termes plus simples, des professionnels qui se plient aux directives réglementaires, tiennent leurs devoirs de conseil comme primordial vis-à-vis de leur client. Aujourd’hui la plupart des professions libérales (avocats, notaires, banquiers, assureurs, experts comptables..) ont cette obligation.

7/ S’adresser à des institutions financièrement solides

Dans notre environnement chahuté, il est préférable de s’adresser à des acteurs qui seront à vos côtés dans la durée.

8/ Analyser et suivre votre situation sociale, financière et patrimoniale dans le temps.

L’exercice du bilan ou état des lieux ne vaut que s’il est suivi dans le temps. Ajuster régulièrement est préférable à une révolution tous les 10 ans !

9/ Ne pas céder aux chants des sirènes en privilégiant une approche «fiscale» au détriment d’une approche «besoin»

La France est un pays qui adore la fiscalité et sa complexité. Mais l’aspect fiscal n’est que la « cerise sur le gâteau » ! Les lois de finance évoluant tous les ans de façon drastique, il est souvent incertain de miser sur une stratégie fiscale, quand celle-ci peut se dénouer l’année d’après.

 www.pascalineleberre.fr

 

Ils nous font confiance